Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Communiqué du CSPCL suite à l’expulsion de « La Clinique », à Montreuil, et aux (...)

Communiqué du CSPCL suite à l’expulsion de « La Clinique », à Montreuil, et aux violences policières qui ont suivi

Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

lundi 20 juillet 2009

Le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte, créé en 1995 pour porter le feu et la parole des insurgés et communautés zapatistes et plus largement des luttes sociales au Mexique, a continuellement fait le lien entre ceux qui luttent ici et là-bas, radicalement, contre le système capitaliste.

Engagés à soutenir toutes les luttes d’autonomie et de projets autogestionnaires, il nous semble fondamental de nous positionner face à l’expulsion du lieu occupé « La Clinique » à Montreuil et les violences policières qui ont suivi.

Pour nous, « La Clinique » était un exemple de construction d’espaces communautaires pour tous les sans voix et les sans droits ou se mêlaient projets de vie, de lutte et d’organisation politique, en dehors des partis.

Ce lieu était tellement important car il se voulait un centre social autogéré dans un quartier populaire de la périphérie de Paris. Comme toujours, l’État et sa police ont décidé de détruire cette expérience concrète de résistance et de construction d’un autre futur. Ils l’ont fait avec une violence extrême. Les mercenaires de la police ont délibérément blessé plusieurs habitants de « La Clinique » et leurs soutiens du quartier.

L’un de nos camarades a perdu un œil visé à la tête par un policier avec son flash-ball. Ce camarade fait notamment parti de La Parole errante, située également à Montreuil, espace culturel qui a toujours ouvert ses portes pour des initiatives en solidarité avec les zapatistes, les gens d’Atenco et plus largement aux différents luttes.

La violence dont a fait preuve une fois de plus la police à Montreuil n’est pas une bavure de plus : elle vise, ici comme au Mexique ou ailleurs, à dissuader les gens de reprendre en main leur vie et les territoires qu’ils occupent que ce soit celui de leur ville, de leur rue ou de leur communauté.

D’Atenco au Chiapas, de Montreuil à Tarnac, de la Guadeloupe au Pérou, de Toronto à Oaxaca, la police et l’armée sont à pied d’œuvre pour défendre l’État et ses valets.

Aux côtés de ceux qui luttent à Montreuil et ailleurs, nous continuerons à défendre nos territoires de vie et de résistance face aux gouvernants et aux exploiteurs.

Police hors de nos quartiers !
Solidarité et résistance !

Le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte.

Contact avec les habitants de la clinique :
laclinique93(a)gmail.com et www.laclinique.over-blog.net

Site internet de La Parole errante :
www.la-parole-errante.org

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0