Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Articles de presse > LES ZAPATISTES ET LES PEUPLES INDIENS MEXICAINS PROCLAMENT LEUR SOUTIEN AU (...)

LES ZAPATISTES ET LES PEUPLES INDIENS MEXICAINS PROCLAMENT LEUR SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

mercredi 27 août 2014

Traduction d’un article du média alternatif mexicain « Chiapas Paralelo » du 5 août 2014 : “EZLN y CNI, proclaman su apoyo y solidaridad con el pueblo de Palestina desde la Selva Lacandona en Chiapas”.


Dans le cadre des rencontres mexicaines du « premier partage entre les peuples originaires du Mexique et les villages zapatistes », plus de 300 représentants des peuples indigènes mexicains et environ mille trois cent membres des bases d’appui de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), ont exprimé ce 3 août leur soutien et leur solidarité avec le peuple palestinien victime en ce moment d’un massacre provoqué par l’armée israélienne.

Le commandant Tacho, s’exprimant au nom du Comité Clandestin Révolutionnaire Indigène – Commandement Général de l’EZLN, fut ce jour-là le principal orateur de l’évènement, auquel étaient également présents le Sous-commandant Galeano (auparavant dénommé sous-commandant Marcos), le sous-commandant Moisés, et les plus de 300 participants du Congrès National Indigène.

Durant ces rencontres organisées à La Realidad Trinidad, une communauté indienne enclavée dans la forêt Lacandone, et alors qu’il souhaitait la bienvenue aux plus de 300 représentants de différents peuples indigènes du Mexique, ainsi qu’aux 1300 membres des bases d’appui et insurgés de l’EZLN présents, les paroles du Commandant Tacho furent claires :

« Nous sommes ici pour partager les souffrances et les douleurs que nous ont infligé ce système néo-libéral. Mais pas seulement cela. C’est également évident que nous sommes ici pour partager nos connaissances inestimables, nos expériences de lutte, d’organisation, nos objectifs et nos défis, face aux envahisseurs capitalistes néolibéraux ».

Tacho poursuivit en signalant que ces envahisseurs n’étaient toujours pas repus, et que le vol et les saccages provoqués par les conquérants en 1492 n’avaient pas été suffisants pour eux. Confrontés à la résistance des peuples, des tribus et des nations originaires de ces terres et de ce pays mexicain, « ils ont assassiné ceux qui se sont opposés au fait d’être soumis au pouvoir de la monarchie espagnole. Ces malfaisants bourreaux qui nous envahirent ont tâché leurs mains de sang indigène, et ont dérobé les richesses sur lesquelles veillaient nos ancêtres les plus anciens. Mais ce n’est pas seulement les peuples indiens du Mexique et de toute l’Amérique latine qu’ils ont pourchassé, avec pour objectif de faire disparaître les peuples originaires et de bannir leur existence. Cela, ils n’ont pas réussi à le faire : la preuve, c’est que nous sommes ici présents », détailla-t-il.

Il ajouta que c’est ainsi que se perdit la communication entre les peuples de leurs ancêtres, mais que si fut perdu ce lien des peuples, la sagesse et l’intelligence des ancêtres les plus anciens furent quant à elles soustraites aux yeux de l’envahisseur espagnol.

« C’est comme cela qu’ils réussirent à ce que puissent de nouveau exister les peuples originaires. Nous avons grandi dans l’oubli des puissants, et c’est ainsi que se sont écoulés ces 500 ans, dans tous les recoins de notre patrie mexicaine. Nous autres les peuples originaires, nous avons été ignorés, trompés, oubliés, exploités durant plus de 500 ans, sous le joug de l’esclavage. Et revient à nouveau aujourd’hui l’invention des puissances néo-libérales, leur machine de destruction et de disparition de nos peuples ».

Il expliqua qu’aujourd’hui cette stratégie avait été amplifiée et modernisée, « prenant comme recours les lois et les mauvais gouvernements, afin de faire de nouvelles invasions, grâce à leur nouveau plan de spoliation, pour « nous dépouiller de notre terre-mère avec la machinerie de pouvoir de l’argent, et s’emparer de toutes les richesses que possède la terre-mère, qui les protège en son sein depuis des millions d’années. »

Cette machinerie vient accompagnée de la mort et de la destruction des peuples et de la terre-mère, et c’est au milieu de cette terreur, dit-il, qu’est infligée la mort et la destruction au peuple palestinien.

“Parce qu’on les écoute et on les lit, appeler cela “le conflit de Gaza”, comme si c’était deux forces égales qui s’affrontaient. Comme si, en appelant cela « conflit », ils arriveraient à cacher la mort et la destruction, et faire comme si la mort ne tuait pas, comme si la destruction ne détruisait rien », ajouta Tacho. Mais en tant qu’indigènes, eux savent bien que ce qui se passe, ce n’est pas un « conflit », mais un massacre. Que ce qui a lieu en ce moment, c’est que le gouvernement d’Israël met en œuvre une guerre d’extermination contre le peuple palestinien, et que le reste, ce ne sont que des paroles cherchant à dissimuler la réalité.

« Mais », dit alors le commandant zapatiste, « nous savons également, en tant qu’indigènes que nous sommes, que le peuple de PALESTINE résistera, et qu’il se lèvera à nouveau et reprendra sa marche, et qu’ils sauront alors que, bien qu’éloignés sur les cartes du monde, nous les villages zapatistes nous les embrassons, aujourd’hui tout comme hier, et comme nous le ferons toujours… c’est-à-dire que depuis notre cœur collectif, nous les embrassons ».

« Dans ce contexte », continua-t-il, « la machine de guerre du pouvoir de l’argent est sans cervelle et sans mémoire. Ce sont de malfaisants animaux sauvages lancés contre les peuples indigènes du Mexique. Peu leur importe la destruction et la mort de nos peuples tout entiers, de nos tribus et de nos nations. Nous, les peuples du Mexique, nous sommes à la merci des lois et des mauvais gouvernements. L’espoir que nous avons, c’est nous-mêmes. Personne ne va venir pour nous sauver. Personne, absolument personne, ne va lutter à notre place. Ni partis politiques, ni politiciens, ni réformes légales, ni rien. Il n’y a rien en notre faveur. », fit savoir le zapatiste en cagoule.

Il avertit alors que les hommes du pouvoir ne vont plus pouvoir continuer leurs tromperies, car au long de ces 83 ans, ils ont démontré qu’ils sont tous au service des capitalistes transnationaux. Et que c’est pour cette raison qu’il faut lutter tous ensemble pour défendre la terre-mère : « La Terre nous a vu naître, elle nous donne vie, et au final, c’est en son sein que nous aurons le repos pour toujours ».

“C’est pour cela que nous sommes toutes les couleurs que nous sommes, et toutes les langues que nos cœurs parlent. C’est pour cela que nous sommes des peuples, des tribus et des nations. Nous sommes les gardiens et les gardiennes de ces terres, de ce pays du Mexique, de ce continent, et du monde. Et donc, compañeras et compañeros, aujourd’hui sera le commencement de notre cheminement, et de la recherche de comment élaborer notre défense de manière commune. Il n’y a plus de temps à perdre », conclut Tacho, avant de déclarer que ce matin du 3 août, était officiellement inaugurées les rencontres entre villages zapatistes et peuples originaires du Mexique.

Isaín Mandujano, 5 août 2014.

Traduction solidaire del « Sexta C.R.E.E.L. » (« Construisons les Rencontres Et l’Entraide entre nos Luttes »)

Si ces paroles vous parlent, merci de les faire tourner... C’est le seul moyen pour qu’elles circulent.

—  Référence source de l’article original :

http://www.chiapasparalelo.com/noti...

Déclarations et communiqués de l’EZLN :

http://enlacezapatista.ezln.org.mx/...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0