Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Congrès National Indigène > Ostula > Ostula 25 mai 2015 - Bulletin 1

Ostula 25 mai 2015 - Bulletin 1

lundi 25 mai 2015

Bulletin N° 1 AU SUJET DES FAITS SURVENUS RECEMMENT DANS LA COMMUNAUTE AUTOCHTONE DE SANTA MARÍA OSTULA (25 mai)

*A LA SOCIETE CIVILE*

*A LA SEXTA NATIONALE ET INTERNATIONALE*

*AUX ORGANISMES SOLIDAIRES DE DEFENSE DES DROITS HUMAINS*

*AUX MEDIAS HONNETES*

Comme cela a été rendu public ce 25 mai 2015, aux alentours de 8 heures du matin, le comunero Cemeí Verdía Zepeda, Premier Commandant de la Police communautaire de Santa María Ostula et coordinateur général des Autodéfenses des municipalités d’Aquila, Coahuayana et Chiniculia (Costa Sierra de Michoacán) ont été pris en embuscade, lui et son escorte, par un groupe armé de narco-paramilitaires.

Les faits ont eu lieu au détour d’un chemin de la communauté au niveau du hameau dit “Los Otates”, situé entre la démarcation de la Cobanera et la route fédérale Manzanillo-Lázaro Cárdenas 200.

Le membre du groupe d’auto-défense Juan Manuel Satín Cándido, originaire de la communauté de San Miguel de Aquila, Michoacán, a été blessé, mais se trouve actuellement hors de danger.

En réaction, la communauté autochtone de Santa María de Ostula et les groupes d’autodéfense de la Sierra Costa de Michoacán ont déployé 2000 policiers communautaires depuis la sierra jusqu’á la côte pacifique tout le long du territoire communal d’Ostula, afin de parvenir à arrêter les agresseurs et les remettre aux autorités correspondantes.

Durant l’après-midi un commando de ce groupe narco paramilitaire a été localisé dans les montagnes situées entre le hameau dit de “La Marieta” Et la dépendance d’Ixtapilla, ou eurent lieu une série de fusillades vu le refus des agresseurs de se rendre à la police communautaire et aux groupes d’auto-défense. A l’heure actuelle un comunero membre de la police communautaire de Santa María Ostula a été tué, et il y a un nombre indéterminé de blessés.

Il nous faut alerter sur le fait que cette nuit, les affrontements continuaient.

C’est une agression supplémentaire dans la guerre entreprise par le crime organisé, quelques politiciens et quelques petits propriétaires de la municipalité d’Aquila contre la communauté autochtone de Santa María Ostula depuis qu’ont été récupérées par la communauté en 2009 plus de 1000 hectares de terres qui lui avaient été spoliées par le crime organisé. Dans ce cas plus particulièrement, on a pu identifier que les faits survenus aujourd’hui correspondent à une agression orquestrée et organisée par Mario Álvarez et Federico González, alias “Lico”, chefs locaux du cartel des Caballeros Templarios (Chevaliers du Temple) pour la zone de Costa-Sierra de Michoacán. L’agression de ce jour répond aux efforts et aux actions de défense du territoire entreprises par la communauté depuis un an maintenant. Concrètement ce dernier samedi 23 mai, 106 hectares de terres récupérées, divisées en 53 parcelles, ont été confiées à des comuneros et des familles de la communauté afin d’être protégées et surveillées. Cette action correspond à une décision prise par l’assemblée générale des comuneros de Santa María de Ostula, mise en œuvre à partir du 12 juin 2009 et à nouveau ratifiée le 30 janvier 2015, Sur la base de la convention 169 de l’OIT, des articles 2 et 27 de la constitution politique des Etats-Unis Mexicains, des articles 101 et 102 de la loi agraire en vigueur, ainsi que des us et coutumes propres à la communauté autochtone de Santa María Ostula.

Il faut signaler ici qu’en réponse à tous les assassinats, agressions et disparitions forcées (32 personnes assassinées, 6 disparus), aucune action ne fut entreprise pour arrêter et punir les responsables, que ce soit de la part des autorités fédérales ou des autorités du Michoacán.

Il est de notoriété publique sur place que la réactivation de la police communautaire de Santa María de Ostula et la formation des groupes d’auto-défense ont provoqué la fuite vers l’Etat voisin du Colima des principaux responsables des cartels de la région, Mario Álvarez et Federico González. Malgré le fait qu’ils soient identifiés comme les délinquants responsables de tous les crimes commis récemment dans les municipalités de Chinicuila, Aquila et Coahuayana, ils n’ont jamais été arrêtés. C’est particulièrement le cas de Mario Álvarez, qui se promène en public et avec cynisme dans les rues principales du centre de la capitale de l’Etat de Colima.

Nous souhaitons faire savoir à la société civile, aux organismes de défense des droits humains, a la Sexta et aux medias de communication honnêtes qu’a la différence des faits survenus en 2010, 2011 et 2012, la communauté est forte aujourd’hui, preuve en est la réaction organisée de la communauté ce jour-ci. Nous informerons durant les prochaines heures de l’évolution des évènements dans la région.

Nous vous invitons à rester attentifs et en en état d’alerte au vu de la évolution des faits récents. Hausser le ton de quelque forme que ce soit est nécessaire afin de dénoncer les faits survenus et pouvoir se mobiliser dans les prochains jours si nécessaire.

Bien à vous.

Equipe de soutien et de solidarité avec la communauté autochtone de Santa María Ostula

25 mai 2015

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0