Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Agenda > JOURNEE ZAPATISTE : PAROLE/ACTION TRANSFORMATRICE, UN AUTRE MONDE EXISTE (...)

JOURNEE ZAPATISTE : PAROLE/ACTION TRANSFORMATRICE, UN AUTRE MONDE EXISTE DÉJÀ DANS LES COMMUNAUTÉS ZAPATISTES

LIEU ET DATE : La Parole Errante, Montreuil (Paris), samedi 20 juin 2015

mardi 16 juin 2015

PAROLE/ACTION TRANSFORMATRICE

UN AUTRE MONDE EXISTE DÉJÀ DANS LES COMMUNAUTÉS ZAPATISTES

Journée organisée avec le soutien du Centre d’Études sur les Médias, les Technologies et l’Internationalisation Cemti, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

PDF - 674.5 ko

PROGRAMME :

C’est en opposition à une réalité vécue faite d’expropriation, de répression, de mépris et d’oubli qu’a surgi au Mexique le ¡Ya basta ! (« Ça suffit ! ») des communautés rebelles de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN pour son acronyme en espagnol). Le 1er janvier 1994, est alors apparue, dissimulée derrière le symbole du passe-montagne zapatiste, la Fleur de la Parole Véritable. Enracinée dans la résistance et l’organisation des peuples indiens mayas, la lutte zapatiste s’ouvre au monde avec la force de sa mémoire collective née et protégée dans les entrailles culturelles de la Terre Mère. Vingt ans après, les communautés zapatistes poursuivent, à travers l’autonomie, la construction d’un autre monde possible, concret et tangible, où l’on avance collectivement, éclairés par des questions plutôt que par des certitudes, en déployant et en renouvelant les potentialités de l’univers de vie des mayas, et en éliminant les formes étatiques du politique : les représentants doivent « gouverner en obéissant », « servir et non se servir ».

« Dans les communautés indiennes que nous sommes, nous subissons les attaques du système capitaliste ; nous les éprouvons dans le sang et la douleur de nos enfants qui sont partie prenante du seul futur possible pour cette planète que nous appelons Terre et sur laquelle, malgré les distances et les différentes couleurs qui nous font exister, nous maintenons la certitude qu’elle est notre mère et qu’elle est synonyme de vie. Et, afin que cela continue, la justice est une revendication qui se tisse à travers nos actions et nos convictions, celles de nous tous qui appartenons au monde d’en-bas, nous qui n’aspirons pas à le gouverner mais à cheminer en le construisant ».

Les zapatistes inventent depuis plus de vingt une nouvelle façon de faire de la politique et sont devenus, non pas une avant-garde, mais une source de réflexion et d’inspiration pour de nombreux mouvements.

Samedi 20 juin 2015

MATIN

9h30 – 9h45 Ouverture de la Journée : Fabien Granjon et Miguel Escobar

9h45 – 11h : Le processus de la lutte de l’EZLN au cours des 21 ans écoulés (1994-2015). Les grandes étapes, les inflexions et les ruptures, le processus de transformation d’une organisation de lutte armée, l’énigme d’une si longue résistance et d’une surprenante capacité de renouvellement (Virginie Robert et Jérôme Baschet).

11h – 11h30 Extraits de films.

11h30 – 12h : Autonomie, territoire et organisation collective. Autonomie et auto-gouvernement : mise en œuvre d’autres modalités de délégation de la capacité collective de décision (« diriger en obéissant ») ; importance du territoire et de sa défense ; manière d’être et d’agir qui fait une place essentielle au souci du nous (Fernanda Navarro et Virginie Robert).

12h – 12h30 : La « Petite Ecole zapatiste », une expérience pour toucher du doigt la pratique de l’autonomie. L’expérience vécue par ceux qui y ont participé : l’éducation autonome, la santé autonome, la justice autonome, les projets productifs autonomes. Les livres de l’Escuelita, remarquable travail collaboratif de traduction, disponible en ligne (Virginie Robert et Fernanda Navarro).

12h30 – 13h : La « Sexta », les zapatistes et nous. La Sixième Déclaration de la forêt lacandone remonte à 2005, mais sa reformulation, début 2013 (dans le texte intitulé Eux et nous, édité et disponible en français) appelle à la constitution d’un réseau planétaire de luttes et de résistance. Après le Festival mondial des résistances et des rébellions contre le capitalisme (décembre 2014-janvier 2015) et le séminaire « La pensée critique contre l’hydre capitaliste » (mai 2015), en quoi ceci nous concerne ici et maintenant ? (Anne Marie Walden, Cybèle David et François-Xavier Chaunier).

13h – 14h : Pause

14h – 16h : Des ponts entre les mondes (Europe/Chiapas, Chiapas/Europe). On présentera diverses formes de solidarité concrète, notamment à travers la diffusion des produits zapatistes, notamment le café (CSPCL, Échanges solidaires, etc.). Un des Contes rebelles du (défunt) sous-commandant Marcos sera lu par Matita et Philippe Maymat (compagnie Tamèrantong). On présentera aussi l’incroyable aventure de la pièce Zorro el zapato, bel exemple d’une improbable, mais ô combien réjouissante, passerelle entre les mondes (projection d’un court film, 25 minutes ; montage d’une petite exposition). Avec la participation de Christine Pellicane. Modératrice/eurs : Anne Marie Waldem et François-Xavier Chaunier.

16h00 – 19h : Expérience zapatiste et pensée critique face à l’hydre capitaliste. Débat avec des interventions de Carmen Castillo, John Berger, Armand Mattelart (à confirmer), Jérôme Baschet, Fernanda Navarro, Virginie Robert, Miguel Escobar (Collective Lecture de la réalité). Modératrice : Aline Pailler.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0