Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Résistances > Contre la visite d’Etat du président mexicain en France

compte-rendus des manifestations

Contre la visite d’Etat du président mexicain en France

dans plusieurs villes de France

vendredi 24 juillet 2015

Manifestations dans plusieurs villes françaises contre la visite d’Etat
du président mexicain en France. Il était invité d’honneur pour le
défilé du 14 juillet à Paris et est venu signer, entre autres, des
accords militaires.

Ce 14 juillet 2015, des actions se sont succédées tout au long de la
journée pour protester contre la venue du président mexicain Enrique
Peña Nieto, invité d’honneur de la Fête nationale, date anniversaire de
la révolution française.

A Paris, dès le matin, des manifestants se sont regroupés sur le
parcours du défilé militaire pour marquer leur rejet de la présence de
l’armée mexicaine qui a ouvert celui-ci et lui rappeler sa
responsabilité dans la disparition des 43 étudiants d’Ayotzinapa. Onze
personnes ont été arbitrairement arrêtées par la police et détenues
pendant la durée du défilé.

Puis de nombreuses fontaines parisiennes, dont celle de l’Hôtel de
Ville, ont été teintées de rouge symbolisant la responsabilité du
gouvernement mexicain dans les différents massacres et disparitions
forcées dans tout le Mexique.

A Marseille la fontaine des Danaïdes, square Stalingrad, a été « baignée
de sang » dans le cadre des actions globales en refus de la visite du
président mexicain Enrique Peña Nieto et ses collaborateurs. Les
portraits des 43 étudiants ont décoré la fontaine en leur hommage.

A Toulouse, 43 ballons ont couvert le ciel pour rappeler la demande de
présentation en vie des normaliens d’Ayotzinapa. Une activité
d’information s’est déroulée sur la place où, il y a quelques mois, le
collectif franco-mexicain s’est solidarisé avec les manifestations
contre des violences policières et la mort de Rémi Fraisse.

A Lyon, un groupe de personnes a dénoncé la complicité de la France avec
le Mexique et le silence par rapport aux violations des Droits Humains
sous le gouvernement de Peña Nieto.

De retour à Paris, un rassemblement s’est tenu à la Fontaine des
Innocents, aux cris de "Vivants ils les ont pris, vivants nous les
voulons !" et la journée s’est terminée par la deuxième soirée du
Festival de films documentaires Anti-Peña Nieto, devant plus d’une
centaine de personnes.

A Marseille, "Peña, ta place est à la Haye »

La déplorable visite de l’Etat mexicain a continué le lendemain à
Marseille. Dans l’après-midi, la performance "Nous ne sommes pas des
dommages collatéraux" a eu lieu devant la mairie où le président
mexicain et son équipe ont été accueillis par le maire de la ville de
Marseille, le président de la région PACA et le consul honoraire du
Mexique (ex-président d’Eurocopter).

La performance représentait des corps dans des sacs poubelles noires
pour rappeler la manière dont les criminels jettent les corps sans vie
dans des espaces déserts, la mer, les rivières ou des fosses communes au
Mexique. « Les morts et les disparus ne sont pas des dommages
collatéraux de la, soi-disant, guerre contre la drogue, il s’agit de
familles entières victimes du narco-état mexicain, puisque criminels et
autorités sont en collusion » était le message de ce groupe. Le sol a
été teint en rouge pour le passage de Peña Nieto.

Les chiffres officiels parlent de plus de 27,000 disparus et 130,000
morts depuis 10 ans. Les chiffres des ONG, plus réalistes, parlent de
200,000 morts et 300,000 disparus.

En milieu d’après-midi, François Hollande a rejoint le président
mexicain pour visiter la chaîne de production des hélicoptères
militaires Super Puma Airbus Helicopters, une commande de 50 engins
devrait être effectuée dans le cadre des accords militaires,
France-Mexique.

Ils ont survolé le Parc national des calanques et atterri au MuCEM
(Musée des Civilisations Européennes et de la Méditérranée), où ils ont
dévoilé le timbre « Gilberto Bosques », souillant ainsi l’image de ce
héros mexicain qui a permis l’exil des persécutés juifs et des
résistants espagnols au Mexique durant la Seconde Guerre Mondiale,
lorsqu’il était consul à Marseille.

Dehors, une centaine de personnes, portant des habits blancs
ensanglantés et des masques de tête de mort, se sont rassemblées sur le
Vieux Port, le cortège s’est dirigé vers le MuCEM.

« C’est illégal de signer des accord d’armes avec un pays qui ne
respecte pas le Droits Humains »

Les manifestants contestaient la visite d’Etat du Mexique et les accords
militaires avec la France. En effet, il y a même des évidences de
l’implication de la police et de l’armée dans des crimes contre
l’humanité, tels que des exécutions extra-judiciaires (Tlatlaya,
Tanhuato) et des disparitions forcées, notamment celle des 43 étudiants
(Ayotzinapa), entre autres cas de violence étatique des dernières
années.

« La fuite du capo de la drogue « El Chapo » Guzmán la nuit de l’arrivée
du président mexicain en France, en totale complicité avec les
autorités, a été l’excuse parfaite pour que Enrique Peña Nieto déclare
le besoin de signer ces accords commerciaux-militaires en France »,
expliquait un étudiant survivant au massacre d’Ayotzinapa.

La manifestation n’a pas pu arriver au MuCEM, un dispositif de sécurité
des CRS a bloqué le passage. Les manifestants ont lancé des consignes
contre EPN et la complicité de la France dans la violation des Droits
Humains au Mexique, « EPN assassin, ta place est La Haye », « Hollande
complice »…

« Les seuls bienvenus et dignes représentants du peuple mexicain sont
les peuples originaires en lutte et en résistance contre la
dépossession, l’écocide et l’extermination, ainsi que les familles
mobilisées pour trouver des proches disparu.e.s, et les personnes qui
défendent les Droits Humains » déclaraient les mexicain.e.s et les
français.e.s, italien.ne.s, grec.que.s, kurdes et espagnol.e.s
solidaires.

Comme les fontaines de Paris et Marseille, les mains d’Enrique Peña
Nieto et ses sbires sont rouges, rouges du sang des victimes de leur
guerre sale contre ceux qui luttent pour la justice et un monde où soit
reconnu à chacune et chacun le droit de vivre dignement !

NON AUX ACCORDS MILITAIRES MEXIQUE-FRANCE QUI PIETINENT LES DROITS DE
L’HOMME !

NON A L’IMPLANTATION ABUSIVE DES ENTREPRISES FRANCAISES AU MEXIQUE QUI
CONTINUENT DE PILLER LES TERRES DES PEUPLES ORIGINAIRES !

BASTA DE LA COMPLICITE DU GOUVERNEMENT FRANCAIS ET DE SA PARTICIPATION
AU MASSACRE QUE SUBIT LE PEUPLE MEXICAIN !

Video Fontaine Marseille
https://www.youtube.com/watch?v=pRhy4v0Y4QI

Avec information des Collectifs Paris-Ayotzinapa et Marseille-Ayotzinapa