Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Congrès National Indigène > Ostula > A un mois de l’agression militaire contre Ostula

communiqués depuis la côte du Michoacán

A un mois de l’agression militaire contre Ostula

jeudi 3 septembre 2015

A un mois de l’agression militaire contre Ostula, de l’assassinat d’Hidilberto, et de l’emprisonnement de Cemeí

Santa María Ostula, municipalité d’Aquila, Michoacán, 19 août 2015

Aux peuples du Mexique et du monde

Au Congrès National Indigène

A l’Armée Zapatiste de Libération Nationale

A la Sexta nationale

Aux organismes de défense des droits humains honnêtes

A tous les médias libres

Depuis la communauté indigène d’Ostula, nous vous adressons cet appel urgent, car cela fait maintenant un mois que notre frère, commandant et compañero Cemeí Verdía Zepeda a été incarcéré, et que la violence physique et psychologique s’est abattue sur nous, les comuner@s d’Ostula.

Répression durant laquelle certain.e.s de nos comuner@s ont été blessés, et durant laquelle l’enfant Hidelberto Reyes García a été brutalement assassiné, comme cela a été largement diffusé par de nombreux médias et durant de nombreuses visites de divers organismes, qui soi-disant étaient venus pour réaliser un travail d’investigation sur les faits lamentables du 19 juillet dernier, mais qui, loin de dire la vérité, répondent aux intérêts du gouvernement et des grands capitalistes nationaux et transnationaux.

Depuis cette date, nous maintenons les exigences suivantes :

1. La liberté immédiate et inconditionnelle du commandant Cemeí Verdía Zepeda, et le retrait des fausses accusations existantes à son encontre.

2. La condamnation des responsables et des membres des corporations militaires et policières qui ont assassiné l’enfant Hidilberto Reyes García, qui ont roué de coups et blessé différents comuneros, et détruit des biens de la communauté d’Ostula.

3. La réparation des dommages causés à la communauté d’Ostula, et la dévolution des articles suivants : quatre émetteurs radio, et le tampon d’identification du conseil de vigilance.

4. La présentation en vie des comuneros disparus, et la condamnation des auteurs intellectuels et matériels des assassinats des comuneros appartenant à la communauté d’Ostula durant les quatre dernières années, assassinats restés impunis jusqu’à ce jour.

5. Le respect, la reconnaissance et la dévolution de garanties permettant le fonctionnement de la police communautaire des municipalités d’Aquila, Coahuayana, Chinicuila et Coalcomán, vu que ce sont les véritables gardiens des peuples originaires.

6. Nous manifestons notre rejet des mégaprojets touristiques et miniers, qui, au sein de notre territoire nahua, prétendent détruire et saccager les ressources minières, et privatiser nos plages.

7. Que cessent la désinformation et la création de groupes de choc au sein du peuple nahua.

Nous dénonçons le fait que, au moment de la rédaction, nous n’observons aucune réponse de la part du gouvernement fédéral, ni de la part du gouvernement du Michoacán. Nous nous rendons compte que l’armée mexicaine n’a pas été condamnée, bien au contraire : elle a été récompensée avec des augmentations et des diplômes pour sa participation aux faits délictueux mentionnés plus haut, raison pour laquelle nous accusons les gouvernements d’être responsables de cette impunité, du fait de ne pas avoir condamné les coupables de l’agression.

Notre unique délit est la défense de notre Terre-Mère face aux intérêts des puissants, qui prétendent s’emparer et nous déposséder du territoire communal où reposent nos ancêtres. C’est l’une des raisons pour laquelle jamais nous n’abandonnerons et ne laisserons tomber cette lutte.

Nous rendons les deux niveaux de gouvernement (FÉDÉRAL ET DU MICHOACÁN) responsables de toute agression, détention, disparition, séquestration et violations de nos droits en tant que peuple originaire de Santa María Ostula.

Et de plus, nous nous joignons aux exigences suivantes :

1. La réapparition en vie des 43 jeunes étudiants d’Ayotzinapa, Guerrero, ainsi que la justice pour les 3 jeunes qui furent assassinés.

2. Liberté pour tous les prisonniers politiques du pays et du monde.

3. L’annulation du projet d’autoroute que les gouvernements prétendent construire à Xochicuautla, municipalité de Lerma, Etat de Mexico.

4. Halte à la guerre d’extermination contre les peuples originaires.

5. Que soient expulsés les groupes paramilitaires et les groupes de choc des peuples indigènes.

6. Que soient respectées les communautés bases de soutien de l’armée zapatiste de libération nationale, et condamnés de manière effective les assassins du compañero Galeano.

Bien à vous

Communauté indigène de Santa María Ostula

“Nous autres luttons pour la vie et pour la paix, nous ne luttons pas pour le pouvoir, encore moins pour la mort”.

“Jamais plus un Mexique sans nous”

COMMUNIQUÉ CONJOINT DE SANTA MARIA OSTULA ET DE COMUNEROS DE LA COMMUNAUTÉ DE POMARO

AU PEUPLE DU MEXIQUE ET AUX PEUPLES DU MONDE

“NOUS AVONS UN ENNEMI COMMUN : LE CAPITALISME”

Aujourd’hui 16 août 2015, les autorités agraires et civiles de Santa María Ostula et plus d’une cinquantaine de comuneros de Pómaro travaillant à la reconstruction de leur communauté, appartenant tout comme Ostula au peuple nahua de la région côtière du Michoacán, avons réalisé une réunion de travail et décidé de rendre publique notre décision de marcher côte à côte et d’unifier notre peuple, face aux attaques perpétrées par le capitalisme contre nos communautés au travers des programmes et des actions du mauvais gouvernement, agissant en complicité avec les cartels mafieux et les entreprises transnationales afin de nous spolier de nos terres et de voler nos ressources naturelles ; ceci est notre parole :

PREMIEREMENT.- LA COMMUNAUTÉ DE SANTA MARÍA OSTULA lutte pour la défense de ses terres communales et contre les groupes criminels qui durant les deux années antérieures se sont dédiées au vol de ses ressources forestières, avec le soutien du président municipal aujourd’hui en prison, Juan Hernández Ramírez, également responsable de la tentative d’assassinat contre le commandant général de la communauté, Cemeí Verdía Zepeda. En ce moment la communauté, en plus de sa revendication primordiale à ce que soit respectée la totalité de ses terres, de ses forêts et de ses sources d’eau, exige :

1/ La libération immédiate et inconditionnelle du commandant général de la police communautaire d’Ostula, Cemeí Verdía Zepeda ;

2) La condamnation des membres de l’armée mexicaine, de la marine militaire du Mexique, de la Police fédérale Préventive et de la police de l’Etat du Michoacán (dénommée Force Citoyenne), ayant participé à l’attaque perpétrée contre la communauté le 19 juillet dernier, attaque durant laquelle est décédé l’enfant Hidelberto Reyes García, et durant laquelle de nombreux comuneros furent blessés.

3) L’arrestation des chefs régionaux du cartel des Templarios, et le véritable démantèlement de ce cartel.

4) Le respect et la dévolution de garanties de fonctionnement pour les polices communautaires d’Ostula et pour les polices communautaires et les auto-défenses des municipalités d’Aquila, Coahuayana, Coalcomán et Chinicuila ;

5) La condamnation des responsables des disparitions et des assassinats des comuneros d’Ostula, depuis 2008 jusqu’à aujourd’hui.

DEUXIÈMEMENT.- LA COMMUNAUTÉ DE SANTA MARÍA OSTULA fait partager l’expérience de la division qui existait au sein de la communauté du fait de l’intervention des partis politiques dans l’élection de ses autorités agraires et civiles, les groupes de pouvoir parrainant les évènements en invitant des mariachis, en offrant des repas et même des boissons, les campagnes politiques triomphales engendrant de nombreuses souffrances dans notre communauté. Le communauté fit preuve de volonté afin de s’organiser et de se décider à expulser les partis politiques, en désignant les responsables du maintien de l’ordre, les chefs de démarcation et les commissaires des biens communaux de manière traditionnelle et uniquement au travers de l’assemblée générale, sans aucun compromis avec les groupes de pouvoir, en obéissant au principe que le peuple commande et le gouvernement obéit.

TROISIÈMEMENT.- LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE PÓMARO a toujours été unie à sa communauté sœur d’Ostula, soutenant en 2009 la lutte entreprise par cette dernière pour récupérer les terres de la nouvelle démarcation agraire de San Diego Xayakalan ; toutefois les autorités corrompues de Pómaro, dirigées par celui qui était alors son commissaire des biens communaux avant de devenir président municipal d’Aquila, Juan Hernández Ramírez, ont toujours été opposés à l’UNITÉ entre les deux communautés. De manière précise, Juan Hernández Ramírez, une fois président municipal, s’est allié à Servando Gómez Martínez, alias la Tuta [leader charismatique du cartel des Caballeros Templarios, aujourd’hui emprisonné] afin de voler les minerais présents dans les mines existantes au sein de la communauté de Pómaro, en complicité avec les autorités corrompues de la communauté. Aujourd’hui, il y a chaque fois plus de comuneros de Pómaro convaincus de la nécessité de défendre leurs terres, et déçus du fait que Juan Hernández Ramírez se soit converti en lieutenant du crime organisé.

QUATRIÈMEMENT.- LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE PÓMARO ne soutient pas le blocage de l’autoroute fédérale côtière numéro 200 mis en place au niveau de la communauté de Maruata, et dirigé par Mohamed Ramírez Méndez, cousin de Juan Hernández Ramírez, excandidat de la mafia et du Parti Vert Écologiste Mexicain à la municipalité d’Aquila. Ce blocage n’a fait l’objet ni d’une consultation, ni n’a été approuvé par l’assemblée de Pómaro, et n’a d’autre objectif que d’exercer une pression afin que le groupe lié à Juan Hernández Ramírez et au cartel des caballeros templarios conserve le pouvoir au sein de la municipalité d’Aquila.

CINQUIÈMEMENT.- Nos deux communautés s’engagent à rester unies afin de faire face au capitalisme et aux programmes gouvernementaux visant à fragiliser le régime comunal, ainsi qu’à réaliser des réunions périodiques afin de freiner dans un premier temps la mise en place du programme PROCEDE et/ou FANAR [programmes gouvernementaux de privatisation des terres communales], ou son futur équivalent, car la fonction de ce programme est d’exterminer les communautés de la région et de tout le pays.

Santa María Ostula, 16 août 2015.

Les autorités agraires et civiles de la communauté indigène de Santa María Ostula

Le groupe de comuneros de Pómaro pour la reconstruction de leur communauté

communiqués originaux disponibles ici : www.centrodemedioslibres.org...

www.centrodemedioslibres.org...

traduction 7nubS

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0