Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Communiqués et déclarations de l’EZLN > POUR LA DOULEUR, POUR LA RAGE, POUR LA VÉRITÉ, POUR LA JUSTICE

communiqué de l’EZLN

POUR LA DOULEUR, POUR LA RAGE, POUR LA VÉRITÉ, POUR LA JUSTICE

26 septembre 2015

samedi 26 septembre 2015

JPEG - 485.8 ko
manifestation en territoire zapatiste, 26 septembre 2015
photo radio regeneración

POUR LA DOULEUR, POUR LA RAGE,

POUR LA VÉRITÉ, POUR LA JUSTICE.

Septembre 2015.

Compañeras, compañeroas et compañeros de la Sexta du Mexique et du Monde :

Sœurs et frères des peuples de la Terre :

Notre cœur collectif, hier comme aujourd’hui, sait que notre douleur n’est pas lamentation stérile.

Il sait que notre rage n’est pas soulagement inutile.

Nous le savons, nous qui sommes ce que nous sommes, que nos douleurs et nos rages naissent et s’alimentent de mensonges et d’injustices.

Parce que celui qui est en haut, au dépens de nous qui en bas sommes ce que nous sommes, fait du mensonge une manière de faire de la politique, et décore la mort, la disparition forcée, l’incarcération, la persécution et l’assassinat du scandale de sa propre corruption.

Il est criminel, dans l’impunité et sans honte, celui qui en haut se trouve, et ce quel que soit la couleur de sa politique. Peu importe qu’il prétende se cacher derrière un changement de nom ou de drapeau.

Toujours le même visage, la même arrogance, la même convoitise et la même stupidité.

Comme si, en faisant disparaître et en assassinant, ils cherchaient à faire disparaître et à assassiner la mémoire.

D’en haut et de ceux qui y nichent leurs perversions et leurs faiblesses, nous ne recevrons que le mensonge pour salaire, et l’injustice pour appointement.

Ponctuels arrivent le mensonge et l’injustice, tous les jours, à toutes heures, et partout.

Cela ne les rassasie pas, de nous spolier de notre travail, de notre vie, de notre terre, de la nature.

Ils volent aussi celles et ceux qui sont à nos côtés : fils, filles, sœurs, frères, pères, mères, familles, compas, ami.e.s.

Celui qui en haut se trouve pourchasse. Enferme. Séquestre. Fait disparaitre, Assassine.

Il n’en finit pas seulement avec les corps, avec les vies.

C’est aussi des histoires qu’il détruit.

C’est sur la privation de la mémoire que celui d’en haut construit son impunité.

L’oubli est ce juge qui non seulement l’absout, mais également le récompense.

C’est pour cela, et pour plus encore, que nos douleurs et nos rages recherchent la vérité et la justice.

Tôt ou tard nous apprenons qu’elles ne se trouvent nulle part. Qu’il n’y a ni livre, ni discours, ni système juridique, ni institution, ni promesse, ni moment, ni lieu pour elles.

Qu’il faut les construire, c’est ce que nous apprenons.

Comme si le monde n’était toujours pas au juste, comme si un vide lui blessait le ventre, lacéré le cœur de la couleur qui sommes de la Terre.

C’est ainsi que nous apprenons que sans vérité et sans justice, il n’y a pas de jour ni de nuit qui ne sonne juste. Jamais ne se repose le calendrier, jamais ne se repose la géographie.

Dans de nombreuses langues, dialectes et signes, nous nommons la personne qui manque.

Et chaque douleur et chaque rage prend un nom, un visage, une histoire, un creux qui fait mal et qui indigne.

Le monde et son histoire se peuplent ainsi d’absences, Et ces absences se font murmure, parole dite avec fermeté, cri, hurlement.

Si nous crions, ce n’est pas pour nous lamenter. Si nous pleurons, ce n’est pas par nous faire de la peine. Si nous murmurons, ce n’est pas par résignation.

C’est pour que les personnes qui manquent trouvent le chemin du retour.

Pour qu’ils sachent qu’ils sont là, bien qu’ils manquent.

Pour qu’ils n’oublient pas que nous n’oublions pas.

Pour cela : pour la douleur, pour la rage, pour la vérité, pour la justice.

Pour Ayotzinapa, et pour tous les Ayotzinapa qui blessent les calendriers et les géographies d’en bas.

Pour cela la résistance.

Pour cela la révolte.

Parce que viendra le moment où paieront ceux qui tout nous doivent.

Il paiera, celui qui a pourchassé ; il paiera, celui qui a enfermé ; il paiera, celui qui a frappé et torturé. Il paiera, celui qui a imposé le désespoir de la disparition forcée. Il paiera, celui qui a assassiné.

Parce que le système qui a créé, alimenté, couvert et protégé le crime qui se montre sous les traits du mauvais gouvernement, il sera détruit. Il ne sera ni maquillé, ni reformé, ni modernisé. Démoli, détruit, mis fin, enseveli il sera.

C’est pour cela qu’en cet instant, notre message à destination des personnes endolories par une ou plusieurs absences n’est pas de réconfort ni de résignation.

Notre message est de rage, de colère.

Parce que nous connaissons cette même douleur.

Parce que nous avons la même rage dans les entrailles.

Parce que, bien que différents, ainsi nous nous ressemblons.

Pour cela notre résistance, pour cela notre révolte.

Pour la douleur et la rage.

Pour la vérité et la justice.

Pour cela :

Ne pas vaciller. Ne pas se vendre. Ne pas se rendre.

Pour cela :

Vérité et Justice !

Depuis les montagnes du sud-est mexicain.

Sous-commandant Insurgé Moisés.

Sous-commandant Insurgé Galeano.

Depuis un recoin de la planète qu’ils nomment “Terre”, septembre 2015.

* * *

Ce 26 septembre, des milliers de zapatistes, d’enfants et de jeunes, garçons et filles, femmes, hommes, autrEs, anciens et anciennes, vivant.e.s et mort.e.s, nous manifesterons au sein de nos territoires pour embrasser ainsi toutes les personnes qui ont de la douleur et de la rage, à cause de la prison, de la disparition et de la mort imposé par celui d’en haut.

Nous vous embrasserons aussi parce qu’ainsi nous nous embrasserons, nouEs, nous, zapatistes.

Et c’est ainsi que nous appelons toutes les personnes honnêtes et justes de la planète à ce qu’elles fassent de même, dans leurs calendriers et leurs géographies, selon leurs moments et leurs propres manières.

Parce que tant qu’ils chercheront à remplacer par des mensonges et des moqueries le manque de vérité et de justice, l’humanité continuera à n’être qu’une grotesque grimace sur la face de la Terre.

PDF - 201.1 ko
douleur rage vérité justice
communiqué mis en page recto/verso

Texte original : http://enlacezapatista.ezln.org.mx/...

Traduction ici : http://enlacezapatista.ezln.org.mx/..., avec quelques relectures de 7NubS

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0