Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Atenco en lutte contre le projet d’aéroport > Atenco de nouveau en lutte contre le projet d’aéroport

Atenco de nouveau en lutte contre le projet d’aéroport

mercredi 20 avril 2016

Les “porteurs de machettes” retirent les piquets du tracé de la future autoroute

San Salvador Atenco, État de Mexico, 12 avril 2016.- Des membres du Front des Villages en Défense de la Terre (FPDT) de San Salvador Atenco ont réalisé une caravane afin de retirer plusieurs centaines de “piquets” que des travailleurs et des topographes ont installé sur les terres collectives de leurs ejidos pour marquer le tracé de la construction de l’autoroute Piramides-Texcoco qui devrait passer par leurs terres, afin de se connecter au futur Nouvel Aéroport International de la ville de México (NAICM).

Les paysans maintiennent un campement au sein de la zone ejidale de terres collectives, au niveau des collines de Huatepec et de Tepezingo, où ils effectuent des gardes et depuis où, à l’aide de jumelles, ils se retrouvent en alerte permanente afin d’éviter l’incursion sur leurs terres de travailleurs et de topographes.

Depuis tôt dans la matinée, une caravane d’ejidatarios du FPDT s’est dirigé en direction de leurs zones de culture où ils ont parcouru les limites entre leurs terres collectives et la zone fédérale où devrait être édifié le futur aéroport.

Les activistes ont parcouru une partie des terres collectives des ejidos d’Atenco, de Francisco I. Madero et de Tocuila, où des centaines de “piquets” en bois ont récemment été installés par des travailleurs et des topographes afin de délimiter le tracé de la future autoroute Piramides-Texcoco.

Les paysans ont retiré la maçonnerie et les bornes de signalisation, et les ont amené à leur campement.

“Cela fait déjà plusieurs mois que nous avons détecté que les travailleurs qui participent à la construction du nouvel aéroport ont tracé et installé des piquets en bois et des tiges de fer fixées avec du ciment afin de signaler le tracé de l’autoroute. Sur chaque piquet est est inscrit le kilomètre et une autre série de numéros avec lesquels ils se guident le long du tracé”. “Ces bornes de signalisation sont disposées tout au long des terres collectives ejidales, et nous calculons qu’ils sont disposés sur plus de 15 kilomètres, là où ils pensent construire l’autoroute qui sera connectée au nouvel aéroport”, expliquait Ignacio del Valle Medina, l’un des dirigeants du Front des Villages en Défense de la Terre (FPDT).

Le gouvernement fédéral a comencé il y a presque deux ans la construction de l’autoroute Piramides-Texcoco, qui devrait connecter le corridor México-Tuxpan au nouvel aéroport, et en septembre 2015 le premier tronçon de 4 kilomètres reliant Acolman à Tezoyuca a été ouvert à la circulation, sa construction ayant reposé sur l’expropriation des terrains et la démolition de plusieurs habitations ; il manque cependant 13 kilomètres à construire.

Selon les autorités, près de 1700 millions de pesos (100 millions d’euros) seront investis dans la construction de l’autoroute. Celle-ci, prévue pour être terminée en août 2016, devrait faire 17,1 kilomètres de long et être constituée de deux fois deux voies. La circulation y est prévue pour environ 10 000 véhicules en moyenne et selon les informations techniques fournies, elle devrait bénéficier aux municipalités d’Ecatepec, Otumba, Teotihuacán, Acolman, Tezoyuca, Nezahualcóyotl, Chimalhuacán et Texcoco.

Depuis le sommet des collines de Huatepec et de Tepezingo, les paysans maintiennent des gardes, tout spécialement les matinées, lorsque sont réalisées la plupart des travaux d’édification du futur aéroport. Ignacio del Valle Medina a affirmé que l’incursion d’éléments de l’armée pour proteger les travailleurs et les topographes, et qui ont été expulsés hier par les ejidatarios, représente une provocation pour les villages en défense de la terre.

Il a précisé que le FPDT et son équipe juridique compte actuellement sur 5 recours juridiques en cours contre la construction du nouvel aéroport et pour la défense de leurs terres, recours qui ont été violés par les autorités.

Source : https://reporterosenmovimiento.word...

— 

Le Front des Villages en Défense de la Terre (FPDT) ne permettra pas les travaux du futur aéroport sur les terres collectives ejidales des ejidos de Texcoco et de San Salvador Atenco.

San Salvador Atenco, État de Mexico, 14 avril 2016.- Une trentaine de paysans du Front des Villages en Défense de la Terre (FPDT) de San Salvador Atenco se sont rendus là où les travailleurs de l’entreprise Geosol installaient une perforeuse afin de les obliger à démanteler la machine et les expulser de la zone où ont lieu les travaux d’équipement du futur aéroport de Mexico.

La machine était installée dans une zone des terres collectives de l’ejido de Tocuila, municipalité de Texcoco, où hier les mêmes ejidatarios avaient retiré les tracés nécessaires à la construction d’une nouvelle autoroute. Les paysans et les travailleurs ont chacun discuté, mais au final les travailleurs ont ‘decidé de démonter la machine et de se retirer.

Ils réalisaient des études au sujet de l’autroute Piramides-Texcoco, qui passera par les territoires des municipalités de San Salvador Atenco et de Texcoco.

Les ejidatarios ont fait savoir qu’ils comptaient sur un recours juridique afin d’éviter que ne soient réalisées des travaux sur la zone des terres collectives ejidales de Tocuila.

Dans la matinée, les membres du FPDT se sont réunis avec Juan Miguel del Espiritu Santo Cordero, superviseur des machines du Groupe Aéroportuaire de la ville de Mexico, dans leur campement situé dans la zone des collines de Huetepec et de Tepezingo, à San Salvador Atenco. Le fonctionnaire s’était rendu au campement après que les lundi et mardi 12 et 13 avril, un groupe de topographes sous son autorité et protégés par l’armée, qui étaient venus réaliser des travaux dans la zone de Nexquipayac, aient été expulsé par les paysans.

Néanmoins les ejidatarios ont été très clairs, avertissant qu’ils ne permettraient pas la tenue des travaux sur leurs terres afin de construire l’aéroport.

Le fonctionnaire dût abandonner la réunion au vu de l’énervement croissant des paysans et de leur posture hostile à l’entrée des machines et des travailleurs sur leurs terres collectives ejidales.

Source : https://reporterosenmovimiento.word...

Un recours juridique est déposé à San Salvador Atenco afin déviter le passage de l’autoroute Piramides - Texcoco

San Salvador Atenco, État de México, 20 octobre 2015.- Des paysans propriétaires de 24 parcelles où la construction de l’autoroute Piramides-Texcoco est planifiée ont promu le recours juridique 886/2015 auprès de la sixième cour du tribunal du district de Nezahualcóyotl afin d’éviter l’affectation de leurs terres par cette autoroute qui relierait l’aéroport de Mexico à la ville de Tuxpan.

Les paysans ont dénoncé les pressions effectuées par l’entreprise Lince, le commissaire ejidale et différents fonctionnaires du Ministère des Communications et des Transports (SCT) afin que soient vendus leurs parcelles pour le projet d’autoroute.

Il y a plus d’un mois, plus de 500 policiers fédéraux avaient expulsé une personne âgée et ses 5 chiens et détruit sa maison de deux étages qui se trouvait sur le tracé du premier tronçon de l’autoroute en direction de Pirámides.

Il reste à construire un autre tronçon de 13 kilomètres, qui devrait passer par San Salvador Atenco, où 24 comuneros seraient affectés.

Le gouvernement fédéral aide l’entreprise Lince, car si celle-ci n’arrive pas à acheter les parcelles, elles seront expropriées.

Face à cette situation, les paysans ont déposé un recours juridique devant le tribunal de Nezahualcóyotl contre les déterminations faites par la SCT, le Président de la république et diverses autres autorités.

Source : https://reporterosenmovimiento.word...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0