Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Congrès National Indigène > Péninsule du Yucatán > Déclaration du CNI et de l’EZLN contre la répression à Chablekal, (...)

Déclaration du CNI et de l’EZLN contre la répression à Chablekal, Yucatán

4 mai 2016

vendredi 6 mai 2016

4 mai 2016 – COMMUNIQUÉ CONJOINT DU CNI ET DE L’EZLN AU SUJET DE LA RÉPRESSION DANS LA COMMUNAUTÉ DE CHABLEKAL

Aux médias

Aux organisations des droits humains

A l’Union des Habitantes et habitants de Chablekal

Au peuple du Mexique

Soeurs et frères

Les peuples, communautés, tribus, quartiers, organisations et collectifs qui faisons partie du Congrès National Indigène dénonçons et réprouvons les faits survenus aujourd’hui dans la communauté de Chablekal, Yucatán, lorsque la police a tenté d’expulser de son foyer un ancien de la communauté et que, ayant pris connaissance de la situation d’expulsion injuste, les habitants ont décidé de se manifester contre et de tenter d’éviter l’expulsion, ce à quoi les policiers anti-émeutes de l’État ont répondu en lançant des gaz lacrymogènes. Plus de 40 cartouches de gaz ont été retrouvées jusqu’à maintenant dans la communauté sur les lieux où se trouvaient des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Alors qu’ils réalisaient leur travail de défense des droits humains, Jorge Fernández Mendiburu et Martha Capetillo Pasos, membres du Centre des Droits Humains Indignation A.C. et du Congrès National Indigène ont été arrêtés et menottés de façon agressive et en absence de toute procédure, et bien qu’ils aient été libérés peu de temps après, cela constitue un acte d’intimidation et de criminalisation de l’observation des droits humains et de la protestation sociale.

Nous dénonçons en sus cet acte comme constituant une tentative d’intimidation tant à l’égard des défenseurs des Droits Humains qu’envers les habitants de la communauté de Chablekal, communauté qui s’est organisée au sein de l’Union des Habitantes et Habitants de Chablekal pour le droit à la propriété de la terre, du territoire et des ressources naturelles afin de défendre ce qu’il reste de leur territoire du vol et de la spoliation qu’ils ont enduré durant les dernières années de la part de spéculateurs et de nouveaux grands propriétaires soutenus par les autorités agraires et politiques de la municipalité, de l’État du Yucatan et de la fédération. Leur exigence d’empêcher la vente indiscriminée de terres obtient pour réponse cela et d’autres tentatives d’intimidation envers leurs habitants et ceux qui les accompagne dans la défense de leurs droits.

Cet abus d’autorité et les délits qui en dérivent s’inscrivent dans le contexte de l’imposition de la stratégie “Bouclier Yucatán” qui, au trvaers d’importants prêts économiques à la destination peu claire, prétendent construibuer à un état de passivité citoyenne face aux agissements de la police. L’équipe d’Indignación A.C. a présenté un document dénonçant cela et d’autres irrégularités de cette stratégie policière. La traitement appliqué aux groupes critiques des agissements policiers est une des déviations de ce plan mentionné plus haut, qu’il faudrait analyser avec plus de détails avec son imposition.

En raison de ce qui a été dit antérieurement NOUS EXIGEONS :

- L’ENQUÊTE ET LA PUNITION DES POLICIERS RESPONSABLES DE LA DÉTENTION ILLÉGALE ET ARBITRAIRE DONT ONT ÉTÉ VICTIMES DES MEMBRES DE L’ÉQUIPE INDIGNACIÓN A.C.

- LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DES 4 MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ DE CHABLEKAL QUI SE TROUVENT DÉTENUS

• Pedro Euan Flores • Alfonso Tec • Pedro EuanSantana –Membre du MPDT de Chablekal y du CNI • Un jeune de 15 ans.

-  L’ENQUÊTE SUR L’AGRESSION SUBIE PAR LES HABITANTS DE LA COMMUNAUTÉ DE CHABLEKAL

-  QUE SOIENT GARANTIE LA SÉCURITÉ DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS.

-  QUE CESSENT LES ACTES D’’INTIMIDATION CONTRE L’UNION DES HABITANTES ET HABITANTS DU VILLAGE DE CHABLEKAL POUR LE DROIT À LA TERRE, AU TERRITOIRE ET AUX RESSOURCES NATURELLES

-  QUE SOIT DISCUTË FACE AUX VILLAGES ET AUX CITOYENS LA NÉCESSITÉ ET LES DËTAILS DE TOUTE ACTION DE SÉCURITÉ QUI POURRAIT ATENTER AUX DROITS HUMAINS, Y COMPRIS LA CRÉATION DU DÉNOMMÉ “BOUCLIER YUCATAN”.

Soeurs et frères de Chablekal,

VOUS N’ÊTES PAS SEULS !

JAMAIS PLUS UN MEXIQUE SANS NOUS !

POUR LA RECONSTITUTION INTÉGRALE DE NOS PEUPLES !

CONGRÈS NATIONAL INDIGÈNE

ARMÉE ZAPATISTE DE LIBÉRATION NATIONALE

Source du communiqué en castillan : Enlace zapatista

P.-S.

Note : les personnes détenues ont finalement été libérées le 6 mai 2016 suite à la forte mobilisation contre cette opération de plusieurs centaines d’éléments de la police de l’État du Yucatán contre les habitantes et habitants du village maya de Chablekal, situé à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Mérida.

L’Union des Habitantes et Habitants de Chablekal pour le droit à la propriété de la terre, du territoire et des ressources naturelles est une organisation fondée le 28 août 2014 par près de 250 habitantes et habitants de Chablekal ayant décidé d’occuper la zone dite de Misne-Balam, afin d’y défendre les terres ejidales du village, menacées d’être vendues à différents hommes d’affaires charchant à réaliser des plus-values immobilières sur ces terrains situés dans la zone d’expansion urbaine et touristique de la ville de Mérida.

Plus d’informations en espagnol sur le site d’Indignación A.C. et ici : ¡Chablekal, Yucatán No Se Vende !.

La stratégie policière dite “Bouclier Yucatán”, annoncée officiellement en mars 2016, prévoit l’investissement de près d’un milliard 500 millions de pesos dans le renforcement des infrastructures de sécurité du Yucatán, notamment au travers du développement d’un réseau de plusieurs milliers de caméras de surveillance.

L’État du Yucatán et la ville de Mérida particulièrement, bénéficiant d’une étroite collaboration policière et militaire de la part des États-Unis et d’Israël, attire également les intérêts de la France, qui y a renforcé ces derniers mois sa collaboration diplomatique, notamment avec la ville de Nantes, en vue de futurs investissements touristiques.

Il est à noter que les unités de police du RAID et du GIPN de Marseille ont entre autre contribué à former sur place les unités d’élite de la police locale, tandis que la gendarmerie mexicaine, formée par la gendarmerie française s’y est déployée ces derniers mois et qu’au centre de la ville, leur nouveau quartier général y est en cours de construction...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0