Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Atenco en lutte contre le projet d’aéroport > URGENT. Des paysans d’Atenco venus bloquer le chantier de construction du (...)

URGENT. Des paysans d’Atenco venus bloquer le chantier de construction du nouvel aéroport de Mexico se font tirer dessus

jeudi 6 octobre 2016

PDF - 238.4 ko
doc PDF

NOTE : Alors qu’ici se prépare la grande manifestation du 8 octobre en soutien à la zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes, l’opposition d’Atenco au projet de nouvel aéroport de la ville de Mexico (projet d’aéroport le plus cher au monde, notamment promu par l’OCDE affronte une dure répression para-étatique...

Contre les mégaprojets mortifères, solidarité sans frontières !

URGENT.

Des paysans d’Atenco venus bloquer le chantier de construction du nouvel aéroport de Mexico se font tirer dessus par un groupe d’hommes de main

  Traduction d’un article du quotidien mexicain La Jornada du 5 octobre 2016.

 

San salvador Atenco, Etat de México. Un groupe d’hommes de main, apparemment payés par les entreprises Lince et Cipsa Vise, entreprises de construction qui construisent l’autoroute devant relier les environs de Teotihuacan et la ville de Texcoco au projet de « nouvel aéroport international de la ville de Mexico » (NAICM) ont agressé par balles les paysans du Front des Villages en Défense de la Terre (FPDT), qui tentaient de bloquer le chantier au niveau des terres collectives des ejidos d’Atenco et de Francisco I. Madero. Les paysans ont pu fuir l’agression sans qu’aucun d’entre eux ne soit blessé.

  Le FPDT s’est rendu auprès des installations de la sous-préfecture de justice de l’Etat de México, située dans la ville de Texcoco, afin de déposer une plainte pénale pour l’agression ; ils ont de plus porté responsables les autorités fédérales de fomenter la répression du fait de leur implication dans le projet d’aéroport.

  Ignacio del Valle Medina, leader du FPDT, a expliqué que ce mercredi dans l’après-midi, un groupe d’une vingtaine de paysans se sont aperçus qu’aux limites entre l’ejido d’Atenco et celui de Francisco I. Madero, des ouvriers étaient entrés avec des engins afin de travailler à la construction de l’autoroute, raison pour laquelle ils s’étaient rassemblés afin d’empêcher les travaux et d’exiger leur départ de leur territoire.  

Un groupe d’une cinquantaine d’hommes de main qui protégeait le chantier est cependant intervenu, en les agressant tout d’abord avec des bâtons et des pierres, avant de sortir plusieurs armes à feu et de les actionner contre les paysans. Ceux-ci ont réussi à s’enfuir sans qu’il n’y ait de blessés par impact de balle.

  María Trinidad Ramírez, une des dirigeantes du FPDT, a rendu le président Enrique Peña Nieto responsable d’avoir incité l’agression envers le mouvement d’Atenco dans le cadre d’une stratégie visant à en finir avec leur opposition au projet d’aéroport ; elle a exigé de plus que la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) intervienne dans le dossier et se prononce sur la situation.  

« C’est une guerre ouverte et cynique qu’ils ont déclarée contre le peuple et contre les membres du FPDT. Nous dénonçons la politique répressive du gouvernement fédéral d’Enrique Peña et nous avertissons que par le biais de cette situation ils cherchent à provoquer un affrontement de grande ampleur, car ils utilisent déjà des armes à feu. Nous rendons le gouvernement fédéral responsable de notre intégrité physique, car ici il y a l’imposition d’un projet sans que les préoccupe que certains tombent et qu’il y ait des morts ; nous nous ne pouvons pas vivre de cette manière, avec cette menace latente », a-t-elle expliqué.  

Le 19 août dernier, les paysans ont subi une agression de la part d’un groupe d’hommes de main apparemment payés par les entreprises en question, groupe qui les a expulsés du campement qu’ils avaient installé sur les terres collectives de l’ejido de Tocuila (municipalité de Texcoco) en y mettant le feu, afin de permettre que le chantier de construction des routes recommence. Ce jour-là, durant l’agression, plusieurs villageois avaient été blessés.

  Le FPDT a dénoncé cette agression devant le tribunal, ainsi que la violation du recours numéro 349-2016-II sur lequel ils peuvent compter, recours qui n’a pas été respecté vu que leurs terres sont actuellement utilisées pour la construction de l’autoroute du projet de Nouvel aéroport international de la ville de Mexico (NAICM).  

Depuis lors les travaux de l’autoroute ont recommencé et quotidiennement un groupe de jeunes se présentant comme étant un groupe de choc vient protéger les machines afin d’éviter que les paysans reviennent bloquer le chantier. Les travaux sont déjà arrivés au niveau des terres collectives de l’ejido Francisco I. Madero et d’Atenco, où a eu lieu ce mercredi cette nouvelle agression, mais cette fois-ci avec l’aide d’armes à feu. L’autoroute Pirámides- Texcoco prévoit de connecter les autoroutes México-Piramides et Peñón Texcoco ainsi que le couloir México-Tuxpan au projet de nouvel aéroport.  

Le gouvernement fédéral a débuté la construction de l’autoroute il y a presque deux ans, et ouvert la circulation sur le premier tronçon de 4 kilomètres en septembre 2015, entre les localités d’Acolman et de Tezoyuca, procédant pour cela à l’expropriation de plusieurs terrains et à la démolition de différentes maisons. Il reste cependant près de 13 kilomètres de plus à construire, qui devraient passer par les terres collectives des ejidos de Tocuila, San Felipe, Santa Cruz de Abajo, la Magdalena, Francisco I. Madero, Atenco, Acuexcomac et Nexquipayac.

Traduction Siete NubS

P.-S.

Pour plus d’infos en espagnol sur Atenco, consultez leur blog 

Des traductions récentes ou plus anciennes sur la lutte d’Atenco contre la construction du nouvel aéroport de Mexico peuvent êtres consultées sur le site du Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte (CSPCL) : http://cspcl.ouvaton.org/

Rubrique « Atenco en lutte contre le projet d’aéroport ».

Envoyez éventuellement vos messages de soutien à Atenco au cspcl@samizdat.net qui retransmettra en espagnol.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0