Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Prisonniers en lutte > Lettre de Miguel Peralta, prisonnier originaire d’Eloxochitlan, (...)

Lettre de Miguel Peralta, prisonnier originaire d’Eloxochitlan, Oaxaca

jeudi 20 avril 2017

LETTRE DE MIGUEL PERALTA, Prisonnier originaire d’Eloxochitlan de Flores Magon, Oaxaca

AVRIL 2017.

Comment vous allez, compas ? Je vous salue et adresse une embrassade sincère à toutes et tous ceux qui écoutent ou lisent ces lignes.

Ces derniers jours passés dans l’enfermement ont été plus difficiles que les mois antérieurs pour différentes raisons, c’est tellement le cas que je ressens une grande rage et une impuissance qui n’a fait qu’augmenter… je voudrais tout d’abord vous partager un peu de ma situation juridique et de comment chaque jour qui passe leur « justice » empeste un peu plus.

On avait notre audience programmée pour le 11 avril pour en finir avec les interrogatoires des personnes qui nous accuse, qui ont reçues des convocations à cette fin depuis plus de deux ans déjà, mais ils ne sont sont jamais manifesté devant le juré (ce n’est qu’à la dernière audience que nous avons eu le 30 janvier, que sur les sept personnes qui devaient se présenter, deux seulement sont venues). Pour l’audience du 11, les messieurs qui « délivrent la justice » ont déclaré les jours en question ineffectifs, et se sont donc moqué une fois de plus de leur propre système, ce qui fait que maintenant nous n’avons pas de date pour la prochaine audience, il faudra attendre que cela leur vienne à l’esprit de passer un accord. Mes compañeros qui sont dans une autre prison à cause de la même affaire ( sept dans le péintencier d’Ixcotel, Oaxaca), ont dû être transféré pour la soi-disante audience et ont dû voyager durant plus de sept heures depuis la ville de Oaxaca jusqu’à la sierra mazateca, un voyage sans motif s dans des conditions déplorables sans pouvoir voir leur famille, tout cela alors qu’ils savaient déjà que l’audience avait été annulée… Il ne nous reste plus qu’à faire preuve de patience et de continuer à lutter pour notre liberté.

D’un autre côté, ici dans la prison, dans le pénitencier de Cuicatlán (región cañada de l’Etat de Oaxaca), nous avons tenté de nous organiser afin qu’ils « améliorent » l’alimentation parce que la vérité c’est de la merde, ils nous ont imposé un directeur qui n’a aucun respect pour nous en tant que personnes que nous sommes, ils nous ont obligé à acheter un unforme ( tee-shirt blanc et pantalon bleu pour nous corriger), la chaleur a empiré ce qui fait que nous ne sommes pas en condition pour pouvoir dormir à autant dans des cellules aussi petites, la chaleur est insupportable, on sue à n’importe quelle heure et on n’a pas d’ombre où nous protéger… à cause de ces conditions nous essayons de nous organiser et de faire quelque chose, même si c’est compliqué parce qu’après pas tout le monde ne veut s’y mettre et certains préfèrent supporter ces humiliations.

Donc on avance là-dedans, en tentant de ne pas chuter et de continuer à avancer, en luttant depuis là où nous sommes, malgré le fait que nous voyons que les choses tant à l’intérieur de la prison qu’à l’extérieur sont chaque fois plus désagréables, dans mon village par exemple les personnes qui nous ont fait enfermer continuent à être au pouvoir faisant et défaisant ce qui leur chante, dans d’autres pays nous voyons les puissants violent leurs propres lois de guerre en tuant des innocents, en cherchant des prétextes pour générer une guerre nucléaire…

Cela c’est les paroles que pour le moment je peux partager avec vous, je sais que déjà sur vos terres circulent quelques objets d’artisanats que j’ai fait et un fanzine avec plus d’information sur la répression que nous avons vécu à Eloxochitlán de Flores Magón et la situation des huit prisonniers que nous sommes à continuer à lutter pour notre liberté, il y a aussi par là quelques écrits que l’ai écrit durant les presque deux ans depuis lesquels je suis enfermé et qui grâce au soutien de compas ont pu être réunis afin de faire un fanzine, je vous invite à ce que vous puissiez les lire. Le 30 avril prochain cela fera deux ans que je suis en détention, deux ans d’enfermement compliqués mais avec la solidarité et le soutien de compas comme vous qui s’intéresse à nous, on continue !!! Santé et liberté !!!

Miguel Peralta

Depuis le couloir des pourritures

Cuicatlán, Oaxaca

(trad 7NubS)


Plus de lettres et d’infos sur Miguel sur le site "Liberons les".

Ici, la traduction en français d’une brochure sur les conflits à Eloxochitlan et le contexte de son arrestation :

PNG - 45.8 ko
– Cliquez sur l’image pour télécharger le livre en français –
Traduction collective