Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Prisonniers en lutte > Miguel Peralta condamné à 50 ans de prison !

Miguel Peralta condamné à 50 ans de prison !

lundi 5 novembre 2018

JPEG - 566 ko
mobilisation devant le tribunal de Huautla, 28 septembre 2018

Le 26 octobre dernier a été rendu une sentence inique contre notre compa libertaire Miguel Ángel Peralta, originaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, petit village de la Sierra mazatèque, dans l’Etat de Oaxaca [1]

La stupeur est de taille, car selon les avocats en charge du dossier, celui-ci est vide d’accusations directes et personnelles à son encontre, et tous ses proches espéraient sa prompte libération. Avec cet objectif, Miguel avait dernièrement entamé une grève de la faim, afin d’exiger d’être enfin jugé après plus de trois et demi d’incarcération...

Comme plusieurs dizaines d’autres personnes du village, Miguel a été accusé fin 2014 de tentative d’homicide suite à des affrontements ayant éclaté le 14 décembre 2014 à Eloxochitlán entre l’assemblée communautaire, défendant le système traditionnel des us et coutumes, et les partisans d’un cacique de la communauté, Manuel Zepeda. Suite à la mort de son fils durant les heurts, sept personnes furent directement incarcérées et sont toujours aujourd’hui en attente de leur procès, et plusieurs dizaines d’ordres d’arrestation émis contre les membres de l’assemblée communautaire, dont Miguel et une partie de sa famille.

Arrêté le 30 avril 2015 sur son lieu de travail à Mexico, Miguel se trouve depuis lors enfermé dans la prison de Cuicatlan, Oaxaca. N’ayant cessé depuis lors de dénoncer la corruption, l’autoritarisme et l’impunité mis en oeuvre par la famille Zepeda afin de se hisser dans les institutions politiques, il est aujourd’hui la première personne de l’assemblée à avoir été condamnée, sept autres personnes étant toujours en détention provisoire, et de nombreuses autres toujours recherchées et obligées de se cacher.

Depuis plus de trois ans, il n’a cessé de clamer son innocence, de dénoncer le système carcéral et d’exiger la libération des prisonniers d’Eloxochitlán et d’ailleurs.

Xita’ra titsaya nda yá kata bitjoni ! (liberté pour les prisonniers en lutte !)

Pour plus d’informations en français, voir le site internet "Libérons les !"

JPEG - 148.3 ko
mobilisation devant le tribunal de Huautla, 28 septembre 2018. mère de Miguel

Communiqué des avocats de Miguel suite à la sentence

Le 26 octobre dernier, il a été personnellement notifié à notre compañero Miguel Ángel Peralta que le juge Juan León Montiel l’avait jugé pénalement responsable de la commission des délits de tentative d’homicide qualifié avec circonstances aggravantes à l’encontred’Eliza Zepeda Lagunas (ex-présidente municipale d’Eloxochitlán et aujourd’hui député locale de MORENA pour le 4e district de Teotitlán, Oaxaca) ainsi que de son frère Manuel Zepeda Lagunas ; lui imposant une peine de 50 ans de prison, plus la récupération du dégât causé, qui s’élève à la quantité de 150 000 pesos. C’est la raison pour laquelle Miguel a décidé de suspendre la grève de la faim qu’il avait débuté le 19 octobre dernier, afin de reprendre des forces et continuer en entamant une seconde étape afin d’obtenir sa liberté.

Le processus pénal entamé contre Miguel, et qui culmine aujourd’hui au travers de cette injuste et infâme sentence, a été rempli d’irrégularités et d’inconsistences juridiques depuis le départ, tout cela fomenté et sous les auspices de la famille Zepeda Lagunas, caciques et répresseurs d’Eloxochitlán. Cependant même si cette résoultion injuste nous remplit de rage et d’indignation, nous restons forts et déterminés, ou, comme nous le disons nous autres : en pie de lucha ! (debout prépararés à lutter).

Nous remercions tout le soutien et la solidarité de tous les compañeros, collectifs rt organisations de défense des droits humains qui se sont jointes à l’exigence qui avait été faite afin que le rendu de la sentence ne soit pas ajourné. Nous les exhortons par la même à rester attentifs aux prchaines actions qui seront réalisées afin de contester cette résolution par les voies légales.

Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes convaincus de l’innocence de Miguel Ángel Peralta Betanzos, nous savons que nous avons la raison avec nous, et que cette rage que nous ressentons sera celle qui guidera et motivera notre chemin afin de leur extirper cette liberté qui lui a été injustement arrachée au travers de mensonges et d’arguties légales.

Liberté pour Miguel Ángel Peralta Betanzos !
Liberté pour les prisonniers politiques de l’Assemblée communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca.

Los Otros Abogadoz, octobre 2018

Communiqué de Miguel au sujet de la résolution de la sentence

Une fois de plus, il a été prouvé que la loi se trouve du côté de la soif de pouvoir, de la puissance et de l’argent. Le cynisme de la “justice” a attisé la rage de nos coeurs, afin de continuer la bataille contre le pouvoir. Aujourd’hui les sentiments flanchent, mais la raison de la liberté jaillit avec plus de force encore entre nous tous. Nous recrachons le goût amer laissé par la simulation de justice procédée par le chargé du Tribunal de Huautla de Jiménez, Juan León Montiel, à nous gargariser comme quoi le corrompu n’était pas corrompu, alors que son travail durant 18 ans au sein du système le démontrait, et qu’aujourd’hui, il ne fait que le réaffirmer.

Nous continuons à aller de l’avant, recouverts de force, embrassés par l’essence de la liberté. Nous ne céderons pas jusqu’à récupérer l’harmonie dans notre communauté, à Eloxochitlán de Flores Magón, nous ne céderons pas tant que ne seront pas respectées nos formes d’organisation, jusqu’à faire tomber les mensonfes qui nous mantiennent enfermés et pourchassés, jusqu’à ce que la vérité sorte sur le devant de la scène. Même q’ils tentent de nous faire taire en nous maintenant dans l’emprisonnement, nous ne céderons jamais.

Miguel Peralta

Depuis la prison de Cuicatlán, Oaxaca
Avec toute ma rage


[1C’est à Eloxochitlán (N’guixo, en mazatèque) qu’est né en 1895 siècle le célèbre anarchiste mexicain Ricardo Flores Magon. C’est suite aux célébrations organisées pour le centenaire de sa naissance dans son village mazatèque par le mouvement anarchiste mexicain que l’intérêt pour les idées libertaires et anarchistes s’est éveillé chez Miguel, qui a depuis cette époque participé à différents collectifs et espaces autogérés comme l’okupa Che à Mexico ainsi qu’à la "commune de Oaxaca" en 2006.