Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Communiqués et déclarations de l’EZLN > STOP À LA GUERRE NARCO-PARAMILITAIRE CONTRE LE CONSEIL INDIGÈNE ET POPULAIRE (...)

STOP À LA GUERRE NARCO-PARAMILITAIRE CONTRE LE CONSEIL INDIGÈNE ET POPULAIRE DU GUERRERO – EMILIANO ZAPATA

Communiqué urgent du CNI-CIG et de l’EZLN

vendredi 7 juin 2019

STOP À LA GUERRE NARCO-PARAMILITAIRE CONTRE LE CONSEIL INDIGÈNE ET POPULAIRE DU GUERRERO – EMILIANO ZAPATA (CIPOG-EZ)

Communiqué urgent du Congrès national indigène, du Conseil indigène de gouvernement (CNI-CIG) et de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN)

Aujourd’hui, c’est avec douleur et indignation que nous dénonçons un nouveau crime abject commis contre nos compañeros du Conseil indigène et populaire du Guerrero – Emiliano Zapata (CIPOG-EZ).

Ce 23 mai, autour de 13h30, près de Chilapa, dans le Guerrero, nos compañeros Bartolo Hilario Morales et Isaías Xanteco Ahuejote ont été privés de liberté. Le 24 mai ils ont été retrouvés sans vie et dépecés. Tous deux étaient membres de la police communautaire des communautés nahuas de Tula et Xicotlán, le premier, Bartolo Hilario Morales, en était le commandant. Ils étaient également promoteurs du CIPOG-EZ et membres du Congrès National Indigène.

Ce crime abject vient après les assassinats récents des compañeros Lucio Bartolo Faustino et Modesto Verales Sebastián, membre et délégué du CNI-CIG, respectivement. Nous tenons pour responsables de ces crimes la politique de terreur que les groupes narco-paramilitaires infligent à nos frères du CIPOG-EZ et à tous les territoires indigènes du Mexique. Ces groupes narco-paramilitaires comptent sur l’aide éhontée des trois niveaux de mauvais gouvernement. Dans le cas présent, l’auteur de ce terrible crime est le groupe Paz y Justicia [paramilitaires, ndt], de mêche avec les Ardillos [narcotrafiquants, ndt], qui bénéficient de l’appui de l’Armée fédérale.

Nous, peuples, nations, tribus et quartiers indigènes, nous battons non seulement contre les mégaprojets avec lesquels les teneurs en titre du pouvoir s’approprient la nature et la terre, mais aussi contre la mort, la peur et le désespoir que leurs groupes armés imposent à tout le pays. Qu’ils portent les atours des Rojos [gang armé, ndt], des Ardillos ou des forces répressives du mauvais gouvernement, le pouvoir de l’argent et la volonté de faire du profit sur la souffrance des peuples font d’eux un seul et même ensemble. Construire la paix et l’autonomie des peuples de Chilapa et de la région est l’horizon pour lequel luttent nos frères assassinés par le capitalisme néolibéral.

C’est pour cela que nos compañeros continuent de lutter, parce que les graines qu’ils ont plantées germent dans la détermination des peuples, en harmonie avec notre terre-mère. Nous ne nous rendons pas, nous ne nous vendons pas, ni ne capitulons dans la bataille pour ne pas disparaître de l’histoire au beau milieu de la destruction totale. Nous ferons croître leur lutte, leur parole et leur détermination dans la conscience collective de ceux qui rêvent d’un monde meilleur et luttent pour lui.

Nous exigeons que cesse la répression à l’encontre du CIPOG-EZ, que justice soit faite pour nos frères Bartolo Hilario Morales, Isaías Xanteco Ahuejote, Bartolo Faustino et Modesto Verales Sebastián, et pour les dignes peuples de Guerrero.

Bien à vous,
Mai 2019,

Pour la reconstitution intégrale de nos peuples,
Plus jamais un Mexique sans nous,

Congrès National Indigène,
Conseil Indigène de Gouvernement,
Armée Zapatiste de Libération Nationale.

Traduction collective

Source : Enlace zapatista


Voir aussi le reportage en espagnol du média libre mexicain Subversiones