Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Communiqués et déclarations de l’EZLN > FACE À LA VIOLENCE DÉCLENCHÉE À L’ENCONTRE DES PEUPLES ORIGINAIRES

FACE À LA VIOLENCE DÉCLENCHÉE À L’ENCONTRE DES PEUPLES ORIGINAIRES

Communiqué du CNI-CIG et de l’EZLN

samedi 8 juin 2019

COMMUNIQUÉ DU CNI (CONGRÈS NATIONAL INDIGÈNE) – CIG (CONSEIL INDIGÈNE DE GOUVERNEMENT) ET DE L’EZLN (ARMÉE ZAPATISTE DE LIBÉRATION NATIONALE) FACE À LA VIOLENCE DÉCLENCHÉE À L’ENCONTRE DES PEUPLES ORIGINAIRES

Aux peuples du monde,
Aux réseaux de soutien au CIG,
À la Sexta nationale et internationale,
Aux médias,

La marche du capitalisme néolibéral porte dans ses pas la marque du sang de nos peuples contre lesquels la guerre empire parce que nous n’abandonnons pas notre terre, notre culture, notre paix et notre organisation collective ; parce que nous ne cédons pas dans notre résistance ni ne nous résignons à mourir.

Nous dénonçons la lâche attaque perpétrée le 31 mai dernier à l’encontre de la communauté nahua de Zacualpan et des membres du CNI, dans la commune de Comala, État de Colima, où un narco paramilitaire a utilisé des armes de gros calibre contre un groupe de jeunes, assassinant l’un d’entre eux et en blessant grièvement trois autres.

Nous accusons comme responsables de ces graves faits les trois niveaux du mauvais gouvernement qui permettent que ces groupes paramilitaires opèrent dans la région, et en priorité le directeur de la sûreté publique Javier Montes García. Nous exigeons que soient pleinement respectés les us et coutumes de la communauté nahua de Zacualpan.

Nous condamnons l’agression et la destruction qui se sont produites à l’aube du 31 mai dans les localités de Rebollero et de Río Minas, appartenant à la communauté binizza de San Pablo Cuatro Venados dans la commune de Zaachila, de État d’Oaxaca, des mains d’un groupe armé qui a détruit violemment les maisons de dizaines de familles. Un grand groupe de personnes est arrivé dans la localité en tirant avec des armes de gros calibre et, après plusieurs salves, utilisant de lourds engins, ont démoli les maisons, obligeant les habitants, parmi lesquels se trouvaient des mineurs d’âge, à s’enfuir et à se réfugier dans la montagne. Ils ont détruit 24 habitations, brûlé le maïs et d’autres grains stockés pour semer. Ils ont brûlé les affaires personnelles de la communauté comme des vêtements et des chaussures. Ils ont en plus volé du bétail, des groupes électrogènes et des pompes à eau.

Nous condamnons la répression et le pillage commis à l’encontre de nos compagnons et compagnes de la communauté indigène otomi résidant dans la ville de Mexico, qui ont été délogés violemment par des groupes de choc au service du mauvais gouvernement et des entreprises immobilières, accompagnés par des centaines de soldats d’élite pour soutenir Nestor Nuñez, titulaire de la mairie de Cuauhtémoc. C’est le 30 mai à 11h qu’a été attaqué leur campement rue de Londres au n°7, dans le quartier Juárez, occupé par la communauté otomi depuis le séisme du 19 septembre 2017.

Nous condamnons le siège paramilitaire que des groupes criminels, couverts et soutenus par les trois niveaux du mauvais gouvernement et tous les partis politiques, maintiennent contre les communautés du Conseil indigène et populaire du Guerrero – Emiliano Zapata (CIPOG-EZ) dans la commune de Chilapa et José Joaquín de Herrera, qui par leur lutte construisent la paix en autonomie.

Nous lançons un appel aux peuples du Mexique et du monde pour qu’ils soient attentifs et solidaires avec la lutte des peuples du Guerrero, et qu’ils brisent cet état de siège qui impose la violence, favorise l’appropriation capitaliste des territoires indigènes et empêche la circulation des aliments et des médicaments. Nous lançons un appel à soutenir la collecte de vivres et de produits destinés aux communautés affectées tels que du maïs, des haricots, des piments en conserve, du sucre, des sardines, du thon, du papier hygiénique, des langes et des médicaments, à apporter au local de UNIOS, qui se trouve rue Dr. Carmona y Valle, n° 32, dans le quartier Doctores de la ville de Mexico.

Nous le répétons : « Notre terre mère n’est pas à vendre, ni au grand capital ni à personne ; notre existence n’est pas négociable, ni par conséquent la résistance de nos peuples. »

Sincèrement,
Juin 2019

Pour la reconstitution intégrale de nos peuples
Jamais plus un Mexique sans nous

Congrès National Indigène
Conseil Indigène de Gouvernement
Armée zapatiste de Libération Nationale

Traduction collective
Source : Enlace zapatista