Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Congrès National Indigène > Amilcingo et lutte contre le Projet Intégral Morelos > SIX MOIS APRÈS SON ASSASSINAT, SAMIR MEPRISÉ EN HAUT, RECONNU EN (...)

SIX MOIS APRÈS SON ASSASSINAT, SAMIR MEPRISÉ EN HAUT, RECONNU EN BAS

vendredi 30 août 2019

télécharger format brochure A5 :

PDF - 141.5 ko

page par page :

PDF - 143.3 ko

SIX MOIS APRÈS SON ASSASSINAT, SAMIR MEPRISÉ EN HAUT, RECONNU EN BAS

La mort de Samir, il y a 6 mois, continue de nous faire mal et de nous indigner. Nous ne pourrons pas nous habituer à son absence, parce que jour après jour sa présence se fait plus forte dans nos cœurs et dans notre chemin. La graine qu’il nous a laissé, c’est la graine de la dignité, qui fleurit dans les multiples couleurs des compañeras et des compañeros qui le revendiquons et qui continuons sa lutte.

Durant ces six mois, nous avons senti et nous avons vu le grand soutien apporté par des compas du pays et d’autres pays qui se sont solidarisés avec nous, et ont assumé le fait que notre douleur et notre indignation était aussi la leur. Et donc, compas, cela nous donne beaucoup de plaisir de vous voir, de vous écouter, de vous sentir parce qu’en vous tous, nous voyons un petit bout de notre frère Samir, parce que le miroir de la dignité rebelle que Samir répand continue à agir malgré son assassinat, parce que nous ne nous sentons pas seuls et qu’au contraire, cela nous donne de la force pour continuer.

Nous voulons remercier l’Armée Zapatiste de Libération Nationale, le Congrès National Indigène-Conseil Indigène de Gouvernement, et les réseaux de soutien, les villages, les collectifs et les organisations sociales et des droits humains pour avoir embrassé notre douleur, notre rage, pour reconnaître et revendiquer notre compañero et pour amener avec eux sa parole et son enseignement. Cela nous rend joyeux, que la dignité et la révolte de Samir se soit répandu aussi loin et aux quatre points cardinaux.

Sœurs et frères zapatistes, nous nous sentons très contents et joyeux que la résistance et l’autonomie continuent à croître dans les terres zapatistes, et nous voulons vous dire que vous êtes un horizon pour notre peuple. Nous voulons vous remercier tout spécialement pour la reconnaissance que vous avez donné à notre compañero Samir durant ce processus si important d’avancée du territoire rebelle, et que vous ayez nommé en son honneur ce travail de 15 ans sous le nom de campagne « SAMIR FLORES VIVE ».

Mais notre joie redevient de l’indignation lorsque nous entendons les déclarations du Président de la République dire que la mort de Samir « n’a rien à voir avec le gouvernement ». Et les oreilles sourdes d ’Obrador devant l’alerte que nous lui avons faite des semaines auparavant, sur la situation difficile dans laquelle se trouvait le conflit généré par le Projet Intégral Morelos, et qu’il fasse attention de ne pas générer plus de violence ? Nous ignorant et, tout au contraire, attisant par le biais de ses insultes proférées à Cuautla au moment d’annoncer la consultation, au milieu des clameurs populaires que disaient « de cette façon là, non ! » .

Comment López Obrador ose-t-il appeler Samir « compañero », quand hier encore il l’appelait « radical de gauche ultraconservateur », et quand il continue à mépriser et à dédaigner sa mort ? A ne pas déplacer ni le petit doigt en tant qu’autorité maximale du pays afin d’éclaircir son assassinat, laissant l’enquête aux mains d’un Parquet étatique qui ne résout pas 99% des homicides au Morelos, et qui a même osé dire qu’elle n’avait pas le budget nécessaire pour enquêter sur autant de morts au Morelos, et qu’elle se consacrerait donc seulement à faire des enquêtes sur la mort de Samir et de deux personnes de plus, chose qu’elle ne fait même pas !

Nous voulons savoir, monsieur le Président, à quoi vous faites référence lorsque vous dites que nous en porterons la responsabilité si le Projet Intégral Morelos tombe en désuétude. Serait-ce une espèce de menace de ce qui nous attend si nous continuons sur le chemin de la dignité et à exiger justice pour nos peuples ? Nous autres, nous ne voulons pas de menaces, nous voulons un dialogue, nous continuons à attendre la réponse à l’invitation que nous vous avons fait parvenir à Huexca.

Nous vous rappelons que vous êtes arrivé au pouvoir parce que le peuple du Mexique en a marre de l’injustice, du traitement préférentiel pour les riches aux dépens des pauvres. C’est pour cela que vous êtes arrivé au pouvoir, pour avoir promis de nous apporter justice à nous les peuples, comme lorsqu’en 2014 vous avez dit : « Nous ne voulons pas de ce gazoduc, nous ne voulons pas de cette centrale thermoélectrique, ni des mines ». Si vous, vous nous dites d’assumer la responsabilité de voir le PIM tomber à l’eau, nous nous vous disons : assumez la responsabilité des promesses que vous avez faites au peuple. Ou bien quoi ? Vous feriez partie de ceux qui disent que promettre ne mange pas de pain ?

Assumez votre responsabilité en tant qu’autorité maximale, et ordonnez la saisie du cas de Samir par le Parquet fédéral de la république mexicaine et la création d’une commission de vérité sur les impacts sociaux du PIM ; assumez votre responsabilité et punissez les entreprises qui nous ont accusé injustement, qui nous ont incarcéré, torturé, et qui ont fragmenté nos peuples ; assumez votre responsabilité et annulez la contrat signé avec les entreprises espagnoles Elecnor et Enagas qui ont construit un gazoduc en zone de risque volcanique sans aucune prévention et sans obéir aux recommandations en matière de sécurité ; assumez votre responsabilité et annulez la centrale thermoélectrique parce qu’elle s’est installée sans que les accords soient pris antérieurement sur la fourniture en eau nécessaire à son fonctionnement, ni demander l’avis à ce sujet de la communauté de Huexca ; assumez votre responsabilité et punissez les gouvernements qui ont ordonné le gâchis de millions de dollars afin d’imposer ce projet avec l’utilisation de la police et de l’armée ; assumez votre responsabilité et celle d’une punition exemplaire de ceux qui violent les droits des peuples indigène ; assumez votre responsabilité et respectez l’eau des ejidos de la région d’Ayala, terre de notre général Emiliano Zapata et respectez ce que dit la loi, d’abord l’eau pour l’agriculture et si elle est en excès, pour la production d’électricité. Assumez votre responsabilité et cessez de dire des mensonges, arrêtez de trahir votre parole.

Parce qu’il y a ceux qui, en bas, reconnaissent le travail de notre frère Samir et qui décident d’appeler un processus organisationnel vieux de 15 ans « Samir Flores est vivant », et il y a ceux qui depuis en haut, d’abord le nomment sur un ton belliqueux et menaçant radical de gauche ultraconservateur, et qui après sa mort se rient de nous et de sa famille en disant « espérons qu’un jour sa mort soit éclaircie » sans bouger le petit doigt du soi-disant pouvoir divin à votre disposition pour déclarer la justice dans notre pays, et vous osez encore dire que ceux qui vous désignent comme responsable de sa mort sont des gens conservateurs. Monsieur Obrador, n’avez-vous donc pas un seul gramme d’autocritique en vous ? C’est pour cela que nous, nous ne pouvons plus vous croire, parce que d’abord vous dites quelque chose et ensuite tout le contraire, parce que vous dites que dans votre gouvernement il n’y aura plus de répression, mais la Commission Fédérale d’Électricité nous accuse de dommage moral à la centrale thermoélectrique, sans aucune preuve pour cela.

C’est pour cela que nous savons également que la liberté et la justice ne seront que l’œuvre de nous mêmes, et pas de votre gouvernement. C’est pour cela que nous continuerons à lutter pour le respect de notre terre-mère, de l’eau, de la liberté et de l’auto-détermination. A avancer dans la résistance et la rébellion afin de rompre l’encerclement du capital qui prétend nous noyer, et en finir avec les peuples originaires du Mexique et du monde afin de mener à bien ses mégaprojets et obtenir l’argent qui a fait mourir le roi Midas.

Six mois d’injustice pour Samir depuis en haut, six mois durant lesquels l’appel de Samir s’est transformé en bas à gauche, en volcan en activité

SAMIR FLORES EST VIVANT

BRISONS L’ENCERCLEMENT

AVANCONS DANS L’OFFENSIVE POUR LA DEFENSE DE LA TERRE-MÈRE

CONSTRUCTION DE L’AUTONOMIE ET DE L’AUTODÉTERMINATION

JUSTICE POUR SAMIR ANNULATION DU PROJET INTEGRAL MORELOS

Front des villages en défense de la terre et de l’eau - Morelos, Puebla, Tlaxcala