Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Congrès National Indigène > Amilcingo et lutte contre le Projet Intégral Morelos > APPEL A CAMPAGNE D’INFORMATION CONTRE LE PROJET INTEGRAL MORELOS

APPEL A CAMPAGNE D’INFORMATION CONTRE LE PROJET INTEGRAL MORELOS

jeudi 5 novembre 2020

télécharger l’appel en format pdf :

PDF - 128.4 ko

et en format brochure A5 :

PDF - 126.6 ko

CONVOCATION A LA CAMPAGNE D’INFORMATION « LE PROJET INTEGRAL MORELOS N’EST PAS DU DEVELOPPEMENT, C’EST DE LA SPOLIATION ET DE LA DESTRUCTION

Samir : à 20 mois de ton assassinat, nous les villages et les peuples continuons à lutter pour transmettre la vie.

Nous convoquons à la campagne de diffusion « Le Plan Intégral Morelos (PIM), ce n’est pas du développement, c’est de la spoliation et de la destruction ».

Samir :

Dimanche dernier, dans les assemblées des villages de Moyotepec et de Tenextepango, ont triomphé la raison et la défense de l’eau et de la vie : deux des ejidos ayant la production agricole la plus importante et les principales attributions d’eau ont décidé par unanimité de ne pas retirer les recours juridiques déposés contre la construction de l’aqueduc. Cet aqueduc que tu étais allé inspecter lorsqu’il était en cours d’installation, celui pour lequel ils avaient arrêté Jaime, pour lequel ils l’avaient fait disparaître durant quelques heures et l’avaient torturé ; l’aqueduc dont la construction avait été empêchée après une forte répression et des affrontements le 30 août 2016. L’aqueduc qui maintient bloqué tout le Projet Intégral Morelos, la dernière tranchée du chantier, mais certainement pas la dernière de la résistance.

Ca t’aurais plus Samir d’être dans ces assemblées, les gens ne se sont pas laissés intimider ni tromper, la dignité paysanne et le sang zapatiste ont brillé au grand jour face aux tentatives de persuasion de Rogelio Plascencia, President d’Asurco et de Martín Ortíz, président de l’ejido de Tenextepango. Je ne m’imagine pas avec quelle tête ces personnages vont-ils continuer à aller dans les autres ejidos pour les convaincre que « tout le monde est déjà d’accord », « qu’ils se sont déjà rendu compte que la thermo ne fait pas de dégâts et qu’il y aura plus d’eau, d’argent et de chantiers », « qu’ils ne se vendent pas, ils se remettent juste à la page ». Je ne sais pas si les autres ejidos vont les croire, si même dans leurs propres ejidos ils n’ont pas pu convaincre les leurs ni même leurs familles, et que beaucoup d’entre eux les considèrent comme des traîtres à la défense de l’eau.

D’autres ejidos ont également dit « NON » à ce qu’ils s’emparent de l’eau pour la centrale thermoélectrique : ce sont les ejidos de Villa de Ayala, San Vicente las Piedras, Salitre et Ahuehueyo. Il n’y a qu’à Anenecuilco, Cuauhuixtla et à La Heredia, en petites assemblées, que des familles achetéees par le Commissaire, comme c’est le cas à Anenecuilco, ont dit que oui, mais ce sont des assemblées atypiques et informelles. Il y a aussi les ejidos d’Abelardo L. Rodriguez, Lorenzo Vázquez, Los Hornos, Huitchila, Pizotlán, Zacapalco, El Vergel et Chinameca, dont les trois premiers maintiennent leurs recours juridiques, et les cinq autres ont eux aussi commencé à poser des recours. Partout où tu te mets à écouter les ejidatarios, ils disent qu’ils mettront leur vie en jeu pour défendre l’eau.

Depuis Zacatepec en haut jusqu’à Huexca, en passant par Atlixco et Amilcingo, on continue à être debout face à la centrale thermoélectrique et au gazoduc, par le biais aussi de recours juridiques et de suspension des travaux. Prêts à nous défendre contre l’attaque qu’impliquerait l’imposition du Projet Intégral Morelos par la force. Si toi, tu as donné la vie pour nous toutes et tous, pour nos filles et nos fils, pour ceux qui arrivent et ceux qui arriveront, et parce que nous n’allons pas rester à nous taire ou bien rester les bras croisés. Ici on continue à être ce que nous sommes, et on continuera !

Les compañeras et compañeros de l’EZLN nous ont aussi invité à apporter ta voix et ton cœur, ensemble avec celui des femmes, jusqu’au continent européen, d’où viennent les entreprises qui ont construit et qui s’enrichissent sur ce mégaprojet, afin de chercher et de parler avec ceux qui, comme toi, comme nous, luttent pour transmettre la vie à l’humanité.

Mais nous ne sommes pas toutes et tous Samir. Il nous manque beaucoup de personnes pour leur faire savoir pourquoi le PIM est un mégaprojet mortifère, pour les informer comme toi tu l’as toujours fait, et c’est pour cela que nous te demandons que tu nous aides à diffuser les dégâts du PIM, un par un, thème par thème, chanson par chanson, image par image, capsule radio par capsule radio, au travers de programmes, de forums, d’entretiens, de partage, de publications sur les réseaux, d’articles, de rues et de sound systems du passé, du présent et du futur, par le biais des contes tout comme des comptes, mais tous pour dire la vérité sur ce que le Projet Intégral Morelos implique et ce qui pourrait advenir. Aidez-nous à réaliser une campagne d’information décentralisée et enracinée, de maintenant jusqu’au 28 novembre prochain, date à laquelle nous les peuples du Morelos nous commémorons le « Plan d’ « Ayala ».

Au travers de tous les cœurs où Samir se trouve, nous convoquons à la campagne « Le PIM n’est pas du développement, c’est de la spoliation et de la destruction », et nous vous demandons de nous aider à diffuser les dégâts du PIM qui fassent comprendre à plus de gens pourquoi la centrale thermoélectrique n’est pas un projet de développement pour les peuples et pour la population en général mais est, au contraire, un projet conçu pour les riches, un projet qui écrasera les coûts pour la production de marchandises, mais qui n’abaissera pas ceux des marchandises, ni de l’électricité, ni du gaz, ni n’augmentera les salaires, comme cela s’est passé et comme cela se passe dans tous les endroits où s’implantent des projets énergétiques et de grands couloirs industriels où la population originaire doit même pâtir des coûts élevés de l’énergie électrique. Ou bien dites-nous : où est-ce que l’électricité revient moins cher aux peuples du Mexique parce que c’est là qu’elle est produite ? Qui est-ce qui assume les coûts environnementaux que subiront nos nouvelles générations et les impacts à la santé que cela génère ?

Nous appelons les femmes, les hommes, les jeunes, les enfants, les artistes, les collectifs, les intellectuels, les gens de métier, les étudiants, les journalistes, les médias libres, les radios communautaires, les organisations de la société civile, les peuples, et toutes celles et tous ceux qui savent que le PIM n’est pas un projet de développement mais un projet mortifère, afin que vous nous aidiez à expliquer au reste des gens pourquoi l’argent ne doit pas prévaloir sur la vie, pourquoi nous les peuples nous avons raison lorsque nous voulons transmettre la vie à nos futures générations et ne pas penser seulement à l’inévitable d’aujourd’hui, au « développement » qui vient et qui détruit ce qui se trouve sur son passage.

Ceci est un appel urgent à toutes et tous, face aux oreilles sourdes du Président de la République qui n’a pas donné de réponse à notre appel à un dialogue d’ « une heure durant sa matinale ». Face au risque que durant les prochains jours, les prochaines heures ou les prochaines semaines, López Obrador envoie sa Garde nationale essayer de faire évacuer le campement d’Apatlaco si celui-ci décide de passer outre la légalité des suspensions juridiques, et surtout par dessus la décision des villages et des peuples, réaffirmée une fois de plus et ce, depuis le début du projet. Raison pour laquelle nous appelons aussi à être attentifs face à tout acte de répression, ainsi qu’à se solidariser et/ou venir documenter toute violation des droits humains qui pourrait être subie sur le campement d’Apatlaco ou contre tout village ou personne défendant ses droits face au Projet Intégral Morelos.

Aidez nous à diffuser, aides nous Samir

#SamiryZapataviven
#NoalPIM #AguaSitermoNo

21 octobre 2020

T`neki tlalle una atl para tenochti, amo timikiske por tumi – Nous voulons la terre et l’eau pour tous, pas mourir pour l’argent.

Front des Peuples en Défense de la Terre et de l’Eau Morelos, Puebla, Tlaxcala

Source : Congrès National Indigène

Trad 7NubS