Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Aux Compagnons du Collectif Espiral 7-Puebla

Aux Compagnons du Collectif Espiral 7-Puebla

CSPCL

mercredi 23 juin 2004

Aux Compagnons du Collectif Espiral 7-Puebla,
À la presse alternative nationale et internationale,
À la societé Civile nationale et internationale

Le 16 juin 2004 nous avons pris connaissance des actes violents qui ont eu lieu dans le local du collectif Espiral 7 de Puebla. Le Comité de Solidarité avec les peuples du Chiapas en Lutte (CSPCL) (Paris) voit avec inquiétude les actions de répression mises en place par le gouvernement mexicain contre la création d’alternatives de vie et d’organisation indépendantes, démocratiques et autonomes. Le Collectif Espiral 7 se trouve dans la ville de Puebla, point névralgique du Plan Puebla Panama. Ce plan de colonisation commence dans cette ville et s’étend vers le Sud-Sud-Est du Mexique et vers les pays d’Amérique Centrale. Le PPP est un projet imposé à la population, il représente les intérêts du capitalisme et des transnationales et a pour conséquences d’appauvrir les peuples et de détruire les cultures, les formes d’organisations communautaires, l’environnement, et la souveraineté des peuples. Le Plan Puebla Panama est le résultat d’une stratégie d’expansion du capital qui s’exprime à travers la globalisation néo-libéral. L’Accord de Libre Échange des Amériques (ALCA) qui a son siège à Puebla fait partie de cette même stratégie.

Sachant que :

- Le Collectif Espiral 7 s’est toujours opposé à l’imposition de ces plans, qui ne respectent pas la volonté des peuples et qu’il a appuyé l’ouverture des espaces de participation, d’information, et de débat public.

- La construction du Collectif Espiral 7 répond à la nécessité d’impulser des processus d’organisation sur des principes d’équité, de solidarité et de justice.

- Le collectif a concrétisé son action et ses idées par la construction d’un espace autonome et collectif d’information, d’expression populaire destiné à la création d’ateliers, de forums, de rencontres culturelles, de commerce équitable, etc. ? Ce qui a ainsi créé un nouvel espace alternatif et culturel dans la ville de Puebla.

- Le Collectif s’est inspiré et s’est solidarisé depuis sa naissance avec la lutte zapatiste du Chiapas et avec les mouvements sociaux d’Atenco, de Puebla et de Mexico.

Les membres du CSPCL dénoncent énergiquement les faits qui ont eut lieu le 23 mars 2004 et le 10 juin 2004. Dans un article paru sur d’Indymedia-Press le 15 juin 2004. Un groupe de personnes de la PGJ (Procuraduría Géneral de Justicia) et de la police municipale, en tout 6 personnes, ont pénétré le 23 mars 2004 dans le local du collectif Espiral 7, en menaçant de leurs armes à feu les membres du collectif et un visiteur. Selon la police et la PGJ, il s’agissait d’une simple opération de contrôle. Plus tard le 10 juin 2004, un individu se présentant comme un membre de l’AFI (Agencia Féderal de Investigación) a pénétré dans le local du collectif Espiral 7, il a dit mener à bien une autre opération de police en les menaçant de coups et d’expulsion. Nous dénonçons toutes les stratégies qui ont pour but de détruire les espaces autonomes et populaires et nous exigeons que soient respectées les initiatives de résistance comme une expression nécessaire à la construction d’un Mexique démocratique et juste.

Nous condamnons l’attitude de la PGJ et du gouvernement de l’État de Puebla envers nos compagnons qui luttent pour la construction d’espaces indépendants, alternatifs et critiques face aux propositions politiques de l’État et du gouvernement.

Le CSPCL tient pour responsable de ces actes de violence et de répression le gouvernement de la république mexicaine. Nous restons attentifs à tout événement qui pourrait arriver aux membres et aux sympathisants du collectif ESPIRAL 7.

En solidarité avec les compagnons de l’Espiral 7-Puebla, Nous disons : Respect au Droit à l’autodétermination des Peuples ! ! !

Le Comité de Solidarité avec les peuples du Chiapas en Lutte (CSPCL),
Paris, 23 juin 2004.

Traducción al español.