Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Bien le bonjour du Mexique IV

Post-scriptum

George Lapierre

lundi 22 août 2005

Bien le bonjour du Mexique (IV)
Fuego amigo

Les zapatistes ont senti venir le danger avec Andrés Manuel López Obrador, alias señor AMLO. Ils ont senti les cornes du taureau, et nous devons leur reconnaître une intelligence de la guerre peu commune. Si AMLO gagne les élections, et il a de fortes chances de les gagner s’il a le soutien des États-Unis, il mettra tout en œuvre pour en finir avec les zapatistes. Il pourra d’autant mieux arriver à ses fins qu’il se présentera comme un "démocrate sincère" et "homme de gauche", proche des gens. Les États-Unis le savent et le fait qu’il se soit entouré de transfuges du PRI, anciens compagnons d’armes de Salinas de Gortari, confirme les excellentes intentions, aux yeux de l’empire du Nord, du señor AMLO. Il fallait donc en toute hâte élever un pare-feu, c’est "l’Autre Campagne" lancée par les zapatistes, qui n’est pas une campagne électorale, mais un appel à la mobilisation des forces de gauche : attention, le PRD est en train de nous trahir, du moins ceux qui composent la coupole du parti et qui sont aux commandes. Certes, ce n’est pas dit d’une façon aussi brutale car il faut ménager le militant de base de ce parti, qui a souvent risqué sa vie pour le PRD, comme dans le Guerrero où il y a eu des centaines d’assassinats de militants, qui a toujours soutenu les zapatistes et qui ne saisit pas ce qui se passe ; il s’agit donc d’amener ce militant à prendre conscience de l’énorme fracture qui existe désormais entre le parti et sa base sociale, c’est le but de "l’Autre Campagne". Disons pour les Français que López Obrador est le François Mitterrand du Mexique, qui va se prévaloir des idéaux de la gauche pour faire avaler la pilule du néolibéralisme.

Le feu est dans la maison

L’EZLN avait perçu le danger depuis quelque temps, non seulement quand elle s’est rendu compte qu’AMLO allait avoir le soutien des États-Unis, et nous pouvons supposer à quelles conditions, mais dès avril 2001, quand le PRD a rejoint les partis de droite, le PAN et le PRI, pour falsifier les accords de San Andrés sur l’autonomie indienne. Cela signifiait que les bureaucrates du PRD, "los bribones y sinvergüenzas", ne voulaient pas que l’EZLN retournât à la vie politique et qu’ils entendaient garder ainsi la haute main sur la gauche mexicaine. Marcos a fort bien révélé ces manœuvres secrètes du PRD dans une de ses "stèles", écrites à la suite de la Marche de la couleur de la terre. L’EZLN était devenue l’ennemi à abattre des bureaucrates de gauche. Ce premier indice a été confirmé ensuite par l’attitude des gens de ce parti au Chiapas envers les zapatistes. À Zinacantán, par exemple, la mairie aux mains du PRD a coupé l’eau aux zapatistes parce que ceux-ci refusaient de faire partie du conseil municipal. Cet événement me paraît assez révélateur de ce qui risque de se passer avec el señor AMLO à la tête de l’État : ou vous jouez le jeu du pouvoir et nous vous faisons une petite place, ou vous disparaissez. L’équipe municipale et les militants de base n’ont pas hésité à tirer sur les zapatistes lors d’une manifestation pacifique. Un peu partout, quand ils avaient une parcelle de pouvoir, les militants du PRD ont cherché noise aux zapatistes. À Las Margaritas, ce furent les militants d’une organisation paysanne perrediste [du PRD], la CIOAC, qui, avec l’appui de la municipalité, ont séquestré des compagnons zapatistes pour une vague histoire de dette et de camion ; à Ocosingo et Altamirano, ce furent les militants d’une autre organisation paysanne du PRD, l’ORCAO, qui s’en sont pris aux bases d’appui zapatistes pour une question de privatisation de la terre à laquelle s’opposaient les zapatistes.

En 2006, avec l’élection présidentielle, se joue l’avenir de l’EZLN. Les gens du PRI et du PAN n’ont ni l’envergure "morale" ni le soutien populaire qui leur permettraient d’en finir avec le mouvement zapatiste, López Obrador, oui, qui a su se construire une image d’homme politique sérieux et presque honnête, réformiste, certes, ayant l’appui d’hommes d’affaires qui ne semblent pas trop compromis avec les cartels de la drogue, mais, tout de même, homme de gauche, qui a aidé les vieux (plus de 70 ans) de la capitale. La bêtise des hommes politiques de droite, cherchant à le mettre hors jeu en lui intentant un mauvais procès, a fait le reste, il a désormais un soutien populaire indéfectible. La situation est critique et extrêmement préoccupante pour l’EZLN. Au risque de ne pas être comprise et de créer un trouble dans les esprits de "gauche", trouble qui pourrait se retourner contre elle, l’Armée zapatiste de libération nationale se devait de prendre cette initiative d’une "Autre Campagne" afin de tenter de contrebalancer l’effet AMLO. Si la constitution d’une force de gauche s’appuyant sur les organisations sociales, les organisations indiennes, les partis d’extrême gauche, ne parvient pas à empêcher l’élection de López Obrador, du moins évitera-t-elle le démantèlement "annoncé" de l’EZLN. Nous pouvons espérer qu’AMLO, face à ce mouvement de gauche en alerte et vigilant, hésitera à deux fois avant de prendre des mesures définitives.

Oaxaca, le 12 août 2005

George Lapierre

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0