Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Communiqués et déclarations de l’EZLN > Paroles du sous-commandant insurgé Marcos à l’annonce du décès de la (...)

Paroles du sous-commandant insurgé Marcos à l’annonce du décès de la commandante Ramona

vendredi 6 janvier 2006

PAROLES DU SOUS-COMMANDANT INSURGÉ MARCOS À L’ANNONCE DU DÉCÈS DE LA COMMANDANTE RAMONA

Le 6 janvier 2006, Tonalá, Chiapas, Cinéma Palacio. 16 h 15.

(Version sténographiée)

Bien, compañeros et compañeras. Je vais vous demander de m’écouter attentivement, et je vais vous demander respectueusement de ne pas m’interrompre jusqu’à ce que j’aie terminé.

Ce que nous faisons avec l’Autre Campagne est pour que la voix de tous soit écoutée, pour cela il est important que nous soyons tous patients et que nous écoutions la voix de tout le monde. Dans mon travail comme porte-parole de l’Armée zapatiste de libération nationale, il y a des moments très difficiles comme ce que je vais vous dire maintenant.

On vient de m’informer... C’est pour cela que nous avons interrompu la réunion, que la compañera commandante Ramona est décédée au cours de la matinée. Comme tout le monde sait, elle n’allait pas mal mais (inaudible)... grâce à l’aide de personnes comme vous, elle a pu surmonter la maladie et avoir une greffe du rein. Ce matin, elle a commencé à vomir, à saigner, à avoir de la diarrhée et elle est décédée alors qu’elle était en route pour San Cristóbal.

Bien qu’il me soit difficile de parler dans cette circonstance, je peux dire que le monde a perdu une femme exemplaire. Que le monde, que le Mexique a perdu une de ces combattantes comme il en faudrait plus, et que c’est un peu de notre cœur à tous qui s’en va. Dans quelques minutes, le Caracol d’Oventic sera fermé et nous allons (inaudible) la mort de cette compagne en privé. Nous espérons que les médias respectent cela et ne transforment pas sa mort en un (inaudible). Au vu de cet événement, nous allons annuler notre participation aux manifestations d’aujourd’hui et de demain, et pour l’instant nous allons rentrer là-bas et attendre les ordres des compagnons du Commandement et du Comité clandestin révolutionnaire indigène. (Inaudible) nous serons là-bas.

Merci d’être venus. Merci pour vos paroles. Nous continuerons. Nous verrons comment. La commandante Ramona était présente à la clôture de la plénière. Pardon, quand la plénière a commencé à La Garrucha. Nous avons plaisanté avec elle. Il y a encore quelques jours, des compagnons l’ont vue le 1er janvier. Elle m’a salué et a plaisanté (inaudible). Je me souviens maintenant que, le jour de la plénière, elle nous a donné une broderie qu’elle avait faite alors qu’elle était convalescente suite à l’opération subie il y a presque dix ans. Elle me l’a donnée et elle m’a dit qu’elle espérait que l’Autre Campagne soit comme cette broderie. Nous devons nous retirer. Excusez-nous.

Traduit par Susana (corrigé par le CSPCL).

Source : http://enlacezapatista.ezln.org.mx/la-otra-campana/124/