Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > De Paris, village intergalactique du Vieux Continent, lettre d’adhésion à la (...)

De Paris, village intergalactique du Vieux Continent, lettre d’adhésion à la Sexta

CSPCL

lundi 30 janvier 2006

DE PARIS, VILLAGE INTERGALACTIQUE DU VIEUX CONTINENT, LETTRE D’ADHÉSION À LA SEXTA

Compañeras et compañeros, recevez notre salut de Paris, France.

Nous vous envoyons ce message pour rendre public notre volonté de participer au programme international de la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone.

Nous souhaitons réaffirmer à l’EZLN et à toutes les communautés zapatistes en résistance notre profonde solidarité avec la lutte menée depuis plus de vingt et dix ans, ainsi que pour toutes les avancées des communautés dans la construction de l’autonomie. Nous sommes également très enthousiastes à la suite du nouvel appel de l’EZLN qui propose de développer les résistances au capitalisme, en renforçant la construction de réseaux, en dehors de tout jeu électoral, en bas et « à gauche », là où battent nos cœurs.

Nous souhaitons aussi insister sur un aspect de la proposition : la solidarité ne doit pas uniquement s’exprimer comme un appui à la lutte zapatiste, mais avec tou(te)s celles et ceux qui luttent depuis la base contre les logiques assassines du capitalisme. Nous souhaitons continuer cet effort et tisser des liens entre nos résistances au monde capitaliste. Pour cela, la rencontre des personnes et des collectifs en résistance est très importante. Dans cette perspective, nous voulons faire nôtre la Sixième Déclaration : aller à la rencontre des luttes (nouvelles et anciennes) qui nous entourent, mettre en commun la Sixième Déclaration et essayer de créer des liens plus forts entre nos luttes.

En Europe, nous traversons actuellement une étape de durcissement du système de contrôle politique et policier. La répression touche de façon sélective ceux qui, étant migrants, sont exploités, persécutés et expulsés de la forteresse Europe comme on jette les pelures d’un citron bien pressé...

Cette répression s’étend et elle permet d’imposer des moyens de contrôle sur toute la société qui s’organise contre les migrants, leurs enfants de peau foncée nés dans nos pays, contre les jeunes, les pauvres, les chômeurs, les travailleurs qui luttent pour leurs droits, les non-conformes, ceux qui refusent les OGM, contre les droits les plus élémentaires de l’humanité.

C’est pourquoi nous pensons qu’il est très important de nouer des liens, et pas seulement pour faire de grands discours mais également pour renforcer les réseaux de solidarité entre les différentes luttes. Ainsi, avant d’avoir des propositions plus concrètes pour la rencontre intergalactique, nous avons besoin d’en discuter avec celles et ceux qui luttent où nous sommes. Nous prévoyons dans les semaines qui viennent des rencontres avec celles et ceux qui animent ces différentes luttes, nous ferons l’effort de nous écouter pour mieux comprendre l’autre, à quel niveau est sa lutte, pour mieux nous connaître et comprendre la lutte des autres. Ensuite, nous réfléchirons ensemble à la dynamique que nous pouvons créer, et comment nous pouvons assembler nos différences, nos luttes, nos envies, pour nous soutenir mutuellement. Après ça, nous vous ferons part de propositions plus concrètes pour la prochaine intergalactique.

Ici comme là bas, avec nos différences, et nos situations diverses, nous continuons la lutte contre le capitalisme, pour un monde où tous les mondes ont leur place, construit depuis la base.

Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (Paris, France)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0