Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Palenque, future « porte d’entrée du “Mundo Maya” »

Palenque, future « porte d’entrée du “Mundo Maya” »

mercredi 1er février 2006

Sur le programme du Forum international du tourisme solidaire, prévu du 24 au 27 mars à Tuxtla Gutiérrez, on apprend qu’en parallèle au forum se tiendra une réunion internationale Monde maya ayant pour titre : « Vers une politique régionale de tourisme durable » (Mexico, Guatemala, Salvador, Honduras, Belize).

On peut lire sur le programme du FITS : « 24 mars : 14 heures : Sommet des ministres de Monde maya / Repas - Session de travail Ministres du tourisme du Mexique, Guatemala, Honduras, Salvador et du Belize Ministres du tourisme des États de Chiapas, Campeche, Quintana Roo, Tabasco et Yucatán »

Le projet « Mundo Maya », justement, prépare une entrée fracassante dans une petite dizaine d’années, sur les terres encore relativement peu adaptées au tourisme de l’est du Chiapas...

Afin de consolider le Mexique comme puissance touristique mondiale (premier pays le plus visité d’Amérique latine, huitième pays le plus visité du monde) et de capitaliser ainsi la forte croissance du secteur au Mexique, John McCarthy, directeur général de la FONATUR (l’organisme de planification touristique du gouvernement mexicain) déclarait en juin 2003 que la SECTUR avait décidé de relancer « un nouveau chapitre de la planification touristique au Mexique » (Latin Trade, juin 2003) : « À cette fin, nous avons préparés des options commerciales touristiques nouvelles et diversifiées, qui répondent aux demandes d’un marché mondial à forte compétitivité », déclarait McCarthy au journal Latin Trade, avant de citer cinq grands projets futurs, parmi lesquels... PALENQUE. Voici ce qu’on peut trouver sur le site de la FONATUR :

PROJET PALENQUE

« Un nouveau Centre intégralement planifié sera promu ici, porte d’entrée au Monde maya et orienté vers le tourisme culturel et écologique, se basant sur la richesse des témoignages arquéologiques de Palenque, Bonampak, Yaxchilan et Tonina, ainsi que sur la beauté naturelle incomparable des cascades d’Agua Azul et de la Selva Lacandona, et contribuant à améliorer les conditions de vie de la population de la région, en générant un important débouché économique et de nouveaux emplois. »

PLAN DE MAITRISE D’ŒUVRE

À Palenque :
Créer un centre touristique intégralement planifié, porte d’entrée au Monde maya, qui concentrera 5 710 chambres de logement de qualité, des équipements de service et de loisir.

Aux cascades d’Agua Azul :
Créer un parc thématique naturel, des espaces commerciaux et une offre de logement de 1 260 lits exclusifs, ainsi que des services de la meilleure qualité, qui permettront de capter l’intérêt du tourisme écologique, d’aventure et de loisirs sportifs.

À Catazaja :
Un projet touristique lacustre sera développé, avec 780 chambres répondant aux standards touristiques.

Dans la région :
Des circuits touristiques seront mis en place ou consolidés, avec une offre de 600 habitations en villas, gîtes et hôtels.

BÉNÉFICES :

Lors de l’étape de consolidation (année 2020) :
- Une offre d’accueil de 8 350 chambre répondant aux standards touristiques
- La réception de près de 14,1 millions de nouveaux touristes, étrangers et nationaux
- La production de près de 6 800 millions de dollars et 17 300 millions de pesos de revenu
- La production de près de 30 000 emplois, bénéficiant aux communautés indigènes de la région.
- 8 000 chambres d’hôtel, à replacer dans le contexte régional où la plus grosse ville, Palenque, compte 85 000 habitants...

Il ne s’agira plus de touristes de passage, comme c’était le cas jusqu’à présent au Chiapas (à l’exception des jeunes « routards »), mais vraiment d’un lieu de séjour touristique, comparable dans ses modalités à Cancún ou ailleurs. Un projet, donc, qui va complètement modifier la société et l’économie régionale de l’est du Chiapas ! Les cinq Centres intégralement planifiés que cet organisme a construits jusqu’ici au Mexique donnent la mesure de ce futur projet : Cancún, Los Cabos, Ixtapa, Loreto et Bahías de Huatulco, cinq stations balnéaires qui concentrent à l’année, avec leurs 250 hôtels et près de 40 000 chambres, près de 40 % des touristes étrangers qui se rendent au Mexique... Une « performance » du tourisme social et écologique célèbre dans le monde entier. Ce qui justifie sûrement que la FONATUR se définisse comme « responsable de la planification et du développement de projets touristiques durables d’impact national ». On le voit, pour le gouvernement mexicain, la promotion du « tourisme solidaire » correspond bien à tout sauf à une remise en cause du tourisme de masse...

Ainsi restitué dans son contexte futur, le « Forum international du tourisme solidaire », tout comme le développement actuel au Chiapas de microprojets communautaires de tourisme « solidaire » ou « écologique », apparaissent dans leur vraie nature : de simples couches de vernis et de belle sémantique, « sociale » et « équitable », visant à camoufler et « humaniser » des projets capitalistes d’une tout autre dimension.

Luu Ban

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0