Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Violente répression à Oaxaca

Violente répression à Oaxaca

CSPCL

jeudi 15 juin 2006

De : Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

À : La société civile mexicaine, nationale et internationale

Paris,
le mercredi 14 juin 2006, à 23 heures

Sujet : Violente répression à Oaxaca

Nous dénonçons avec indignation la répression sanglante qui s’est abattue aujourd’hui sur la ville d’Oaxaca visant des enseignants demandant de meilleures conditions d’enseignement.

Des milliers de policiers n’ont pas hésité à tirer sur eux. On dénombre une centaine de disparus, de nombreux blessés et plusieurs morts*, sans compter toutes les arrestations.

Nous dénonçons les perquisitions violentes au siège des enseignants et la destruction des locaux et du matériel de la radio communautaire (Radio Plantón).

Nous dénonçons le renfort militaire et le blocage des accès de la ville afin d’empêcher l’arrivée de nombreux soutiens et d’observateurs.

Nous exprimons notre plus vive inquiétude devant cette situation et la répression qui se déchaîne sur le mouvement social au Mexique : après les carnages perpétrés à Sicartsa, Michoacán, contre des grévistes (2 morts et 40 blessés), à Atenco, contre le mouvement paysan (2 morts, des centaines de détentions, une trentaine de viols), maintenant le mouvement enseignant, et demain... à qui le tour ?

Nous tenons pour responsables les autorités mexicaines du sort des disparus et des détenus. Nous restons en état d’alerte face à la gravité de la situation et exigeons l’arrêt immédiat de la répression et la libération de tous les détenus.

Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

P.-S.

* Cette information était donnée par plusieurs sources dans la nuit du mercredi 14 juin, mais s’est révélée fausse. Le site Enlace Zapatista s’en est tenu au bulletin d’information de la Commission Sexta, émis le 14 juin à 12 heures (heure locale), faisant état de la féroce agression policière à Oaxaca, de la destruction des installations de Radio Plantón, de très nombreux blessés et d’arrestations, mais d’aucun décès.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0