Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Le CIPO-RFM dénonce l’agression paramilitaire et policière contre les (...)

Le CIPO-RFM dénonce l’agression paramilitaire et policière contre les installations de la radio et de la télévision occupées par l’Assemblée populaire d’Oaxaca (APPO)

Communiqué du Conseil indigène populaire d’Oaxaca Ricardo Flores Magón (CIPO-RFM)

lundi 21 août 2006

Communiqué du Conseil indigène populaire d’Oaxaca Ricardo Flores Magón
(CIPO-RFM)

Santa Lucía del Camino, Oaxaca, 21 août 2006

À tous les hommes et toutes les femmes honnêtes du monde,
À tous les médias de communication honnêtes,

Frères et sœurs :

Ce matin le gouvernement renié et répudié d’Ulises Ruiz Ortiz a de nouveau frappé le peuple d’Oaxaca, ce matin vers 3 heures des groupes paramilitaires et un grand nombre de policiers ont expulsé les camarades qui s’occupent des antennes du canal 9 et de la radio APPO qui transmet sur le 96.9 FM, ainsi que les installations de CORTV et Radio APPO.

Ces paramilitaires et policiers sont entrés en faisant feu, avec des armes de type AR 15, contre ceux qui s’y trouvaient afin de protéger les antennes au Cerro del Fortin.

Jusqu’ici nous ne savons pas combien de personnes ont été blessées et une grande confusion persiste, mais, selon les informations, il y aurait plusieurs blessés et des disparus.

Le camarade photographe Mario Jiménez Leyba du journal Noticias est blessé et a été transporté à l’hôpital de l’ISSSTE [1].

Selon les premières informations, les antennes de la radio APPO et du canal 9 ont subi des dommages importants.

Également, nous dénonçons que notre maison du CIPO continue d’être surveillée et nous craignons une agression contre nous-mêmes.

Nous faisons un appel à tous et toutes les personnes de bon cœur et défenseurs de la justice pour qu’elles envoient une lettre exigeant :

a) du gouvernement fédéral de s’occuper des demandes du peuple d’Oaxaca et de destituer immédiatement le gouvernement d’Ulises Ruiz Ortiz

b) que cesse la persécution et le harcèlement envers le peuple d’Oaxaca. De demander au gouvernement assassin d’Ulises Ruiz Ortiz de partir, parce que personne ne veut de lui et que tous et toutes le répudient.

Nous faisons appel aux organisations de droits humains afin qu’elles soient attentives aux événements qui se déroulent à Oaxaca, parce que aujourd’hui les garanties individuelles sont inexistantes et nous vivons dans un État autoritaire et où, en raison des présentes dénonciations, les autorités gouvernementales peuvent nous assassiner.

Pour la reconstitution et la libre association des peuples

Consejo Indígena Popular de Oaxaca "Ricardo Flores Magón"
CIPO-RFM

La junta organizadora
Dolores Villalobos Cuamatzi, Rosario Gómez, Simón Illescas, Crisologo Calleja, Pedro Bautista.

Site Internet : http://www.nodo50.org/cipo/

Notes

[1] Institut de sécurité et des services sociaux des travailleurs de l’État.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0