Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Oaxaca, appel à la société civile nationale et internationale

Oaxaca, appel à la société civile nationale et internationale

vendredi 1er septembre 2006

Oaxaca, appel à la société civile nationale et internationale

Mexico, DF, septembre 2006.

À la société civile nationale et internationale,
Aux organisations non gouvernementales des droits humains nationales et internationales,
Aux médias honnêtes, nationaux et internationaux,

Nous, membres et représentants des organisations et collectifs du District fédéral (DF) de soutien à l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO), nous adressons à vous pour vous faire part de notre préoccupation au sujet de la violation systématique des droits humains et des droits des peuples d’Oaxaca durant ces dernières années et qui s’est intensifiée ces derniers mois. Nous lançons aussi un appel urgent à la solidarité avec Oaxaca, vu l’incessante violence perpétrée par le gouverneur non reconnu de cet État, Ulises Ruiz Ortiz (URO).

La demande principale, incontournable, du mouvement populaire et des maîtres d’école est le départ immédiat d’Ulises Ruiz. Cette demande s’est exprimée à la suite de la violente répression exercée le 14 juin contre l’occupation pacifique du centre de la capitale de l’État par le corpsenseignant. Face à la violence perpétrée par le gouvernement de l’État, la population oaxaquénienne de la capitale et des autres régions ainsi que de nombreuses organisations sociales et indigènes ont manifesté leur solidarité aux enseignants en lutte. Ces organisations et la population en général ont intégré, en coordination avec la Section 22 du Syndicat de l’éducation, l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO), dont la demande principale est la disparition des pouvoirs constitués, à laquelle s’ajoutent la libération des prisonniers politiques, la fin de la répression, la condamnation des auteurs des cinq assassinats et la satisfaction des demandes économiques et sociales du corps enseignant.

À Oaxaca, le peuple commence à s’organiser pour palier l’absence d’un gouvernement définitivement rejeté par la majorité des gens ; cependant, le gouvernement fédéral, l’exécutif comme le législatif, qui se trouve dans le District fédéral, ne prend pas en compte les demandes légitimes des peuples d’Oaxaca, permettant ainsi l’escalade de la violence provoquée par Ulises Ruiz. Cela engendre des situations de confrontation inégales entre les escadrons de la mort et les enseignants et l’APPO, dans l’intention de créer une situation justifiant l’intervention de l’armée.

Le but recherché est de maintenir une tension constante avec l’intervention des escadrons de la mort, des paramilitaires, des "parapoliciers", des troupes de choc et des provocateurs. Depuis le 14 juin, il y a eu autour de 17 arrestations de dirigeants, dont certains sont encore en prison.

Les faits de violence provoqués par Ulises Ruiz ont été entre autres :

- Le 22 juillet, l’attaque armée des paramilitaires (policiers en civil)contre les installations et les manifestants qui se trouvaient à la station de radio de l’Université autonome Benito Juárez (UABJO).

- Le 1er août, des femmes d’Oaxaca se sont emparées pacifiquement de la télévision de l’État ; deux jours plus tard, les mêmes paramilitaires tirèrent contre la télévision occupée et détruisirent une partie des installations.

- Le 9 août, l’agent municipal Andrés Santiago Cruz, Pedro Martínez, de 70 ans, et Octavio Martínez Martínez, de 12 ans, Indiens triquis de l’APPO, sont assassinés par des éléments du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) d’URO. À cette même date sont détenus et temporairement disparus trois membres de l’APPO.

- Le 10 août, au cours d’une manifestation exigeant la liberté des prisonniers, est assassiné par arme à feu José Colmenares et sont emprisonnés les compagnons Catarino Torres Pereda, Germán Mendoza Nube, Erangelio Mendozam, le biologiste Ramiro Aragón et Renato Cruz Norales.

- Le 21 août, les paramilitaires d’URO entrent avec violence dans les installations de la télévision de l’État ; quelques heures plus tard, les membres de l’APPO prennent les installations de 12 radios commerciales.

- Le 22 août, les escadrons de la mort d’URO font feu dans les rues d’Oaxaca sur les manifestants et la population civile, avec comme résultat l’assassinat de Lorenzo San Pablo Cervantes dans la colonia Reforma. Au cours de cette même nuit, les policiers ont voulu brûler les maîtres d’école Pedro Solis et Filiberto López, mettant le feu au véhicule dans lequel ils se trouvaient et leur causant des brûlures de premier et second degré.

- Le 9 septembre, des hommes non identifiés ont mis le feu à un des sièges de l’APPO.

- Le 14 septembre, des policiers encapuchonnés ont lancé des explosifs contre des barricades, faisant six blessés.

- Le 20 septembre, la Police fédérale préventive (PFP) envoie en cachette des agents à Oaxaca.

- Le 24 septembre, les mêmes paramilitaires du groupe d’URO font feu sur les manifestants de l’APPO qui se trouvaient aux abords de l’hôtel où avait lieu une interview avec URO.

Le gouvernement d’Ulises Ruiz Ortiz continue à être celui de "la loi du gourdin". Toute cette vague de violence d’État et l’indifférence du gouvernement fédéral face à ces faits ont provoqué la rupture du dialogue.

Après plusieurs sessions, le ministère de l’Intérieur a montré plus une complicité pour raisons politiques partisanes qu’un réel intérêt à résoudre le problème.

Face à cette situation, l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca continue à réaliser des actions pacifiques, comme la marche qui bientôt arrivera dans la capitale du pays pour exiger du Sénat qu’il prononce la disparition des pouvoirs à Oaxaca, mettant ainsi fin à une situation critique.

D’autre part, l’APPO convoque une Rencontre nationale et internationale de solidarité avec les peuples d’Oaxaca, qui se réalisera le 14 octobre prochain dans la ville d’Oaxaca.

Face à la poursuite de la répression et aux menaces d’une intervention de la Police fédérale préventive (militaires déguisés en policiers), avec l’inévitable bain de sang que cela impliquerait, nous faisons un appel pour nous maintenir en alerte et convoquer à des mobilisations au niveau national et international afin d’exiger que s’accomplissent les demandes légitimes de l’APPO et le respect des droits humains.

Du Congrès national indigène : Conseil citoyen d’Unión Hidalgo, Oaxaca ; Conseil indigène populaire d’Oaxaca - Ricardo Flores Magón ; Xochimilco Zapatista, DF.

De l’Autre Campagne DF : Collectif zapatiste Jetitas ; Mouvement pour la paix dans la justice et la dignité ; Coordination en soutien et solidarité à la Palestine ; Un pont à l’espérance ; Maison de tous les peuples.

À titre individuel, des compagnons de la CNTE des Sections 9 et 10.

Pour plus d’information, la page de l’APPO : http://www.asambleapopulardeoaxaca.com/

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0