Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Agenda > Concert de solidarité avec les Ch’oles zapatistes expulsés de Tumbalá (Roberto (...)

Concert de solidarité avec les Ch’oles zapatistes expulsés de Tumbalá (Roberto Barrios)

Dimanche 26 novembre à partir de 17 heures - PAF 5 €

jeudi 23 novembre 2006

Concert de solidarité avec les Ch’oles zapatistes expulsés de Tumbalá
(Roberto Barrios)
Dimanche 26 novembre - 17 heures - au CICP

17 h 30. Projection d’un film tourné par les habitants des communautés avec l’aide de l’association Promedios. Suivi d’une discussion avec le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte sur la situation au Mexique et notamment à Oaxaca.

Informations, tables de presse et musiques avec :

 

ACAPULCO GOLD (golden ska dance - Paris)

THE CLEAN CUTS (original roots punk’n’roll ’76 - Saint-Etienne)

NEVROTIC EXPLOSION (breizh punk - Saint-Brieux)

 

Centre international de culture populaire (CICP) - 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris - M° Nation ou Rue-des-Boulets. http://www.cicp21ter.org

Collectif contre culture. http://ccc.samizdat.net

**********

Histoire des Ch’oles de Tumbalá

Dans le cadre de la lutte légitime pour l’accès à la terre, les bases d’appui de l’EZLN ont récupéré le 9 septembre 1999 un terrain de 532 hectares dans la communauté de "Carlos Salinas" [1]. Située sur le territoire de la municipalité de Tumbalá, dans la zone Nord du Chiapas, peuplée principalement par des Indiens ch’oles.

Le 3 août 2006, à 10 h 30 un juge fédéral a débarqué dans ce village, rattaché à la commune autonome « El Trabajo », siège du Caracol de Roberto Barrios. Se basant sur un titre de propriété, il a exigé des bases d’appui zapatistes qu’elles prennent leurs affaires et abandonnent leurs maisons en raison d’un ordre d’expulsion émanant de l’autorité fédérale.

À 11 h 30, arrivent trois véhicules de la police municipale et d’autres corps de police amenant des forces de la Sécurité publique ainsi que des personnes vêtues en civil. Ce sont ainsi près de 260 personnes qui vont brûler et détruire une trentaine de maisons ainsi que des vêtements et des ustensiles de cuisine volant au passage des affaires appartenant aux bases d’appui (notamment du maïs). De même, ils détruisent les vergers où poussaient orangers, cocotiers, citronniers, avocatiers, bananiers, et brûlent les animaux de basse-cour. Une cinquantaine de zapatistes ont ainsi vu leur maison et tous leurs biens détruits.

Durant l’expulsion, la police a arrêté 3 membres des bases d’appui tandis que, avec leur passe-montagne, ils prenaient note des immatriculations des véhicules présents et filmaient la scène. Insultés et frappés lors de leur trajet vers le siège de la Sécurité publique de Palenque, ils ont du signer un document indiquant qu’ils quittaient volontairement leur communauté. Ils ont été finalement libérés dans l’après-midi.

En octobre 2006, les terres ont été à nouveau récupérées par 150 bases d’appui de l’EZLN. Depuis lors, ces compagnons ont été harcelés et menacés d’une nouvelle expulsion violente comme le montre la présence de la Police de secteur, le survol d’hélicoptères et la pression des éleveurs locaux.

Terre d’élevage, la région Nord du Chiapas a été depuis longtemps le théâtre de violents conflits agraires. Les "gardes blanches", milices créées par les grands propriétaires pour contrôler leurs terres, ont fourni les principales ressources des groupes paramilitaires qui se sont fait connaître peu de temps après le soulèvement zapatiste de 1994.

Notes

[1] Carlos Salinas de Gortari fut président du Mexique de 1988 à décembre 1994 suite à une gigantesque fraude électorale.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0