Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Témoignages, entretiens, récits et réflexions... > Salut à tous d’Oaxaca, le 1er décembre.

Salut à tous d’Oaxaca, le 1er décembre.

vendredi 1er décembre 2006

Salut à tous d’Oaxaca, le 1er décembre.

Au 733e jour d’impunité d’URO et de sa clique d’assassins, nous vivons à
Oaxaca un véritable état d’exception, les garanties individuelles
n’existent plus. Les convois de la PFP tournent en tous sens à travers la
ville, et le centre est occupé par les flics, qui ont installé un
campement au parque du Llano. L’APPO a abandonné, pour l’instant, l’idée
de se réinstaller à Santo Domingo et de manifester lundi dernier, de
crainte de la répression. Depuis samedi, il y a eu plus de 300 détenus (35
femmes officiellement recensées, des mineurs...), tous se sont fait
copieusement tabasser, la majorité d’entre eux ont été sauvagement
torturés. Les familles et les avocats des détenus n’ont toujours pas accès
aux prisonniers qui ont commencé à être, dès le lundi, transférés vers des
prisons de haute sécurité du nord du Mexique (États du Nayarit,
du Tamaulipas, du Jalisco...), les autorités en charge de la répression, arguant
du fait de la dangerosité des prisonniers, les éloignent et espèrent ainsi
cacher les preuves de tortures et empêcher toute protestation devant les
centres de détention. Jusqu’à présent ils ont été 141 à être déportés,
dont 35 femmes et 8 instituteurs du CMPIO (Coalition de "maestros" et
promoteurs indigènes d’Oaxaca).

Certains détenus ont été relâchés et ont pu raconter comment ils ont été
ramassés dans la rue alors qu’íls rentraient chez eux, simplement du fait
d’être jeunes ou en petits groupes, ils ont témoigné de comment ils se
sont fait sévèrement cogner et menacer par les flics. Nous ne comptons
plus les témoignages de ce genre...

Samedi, lors de la manifestation, les 3 500 flics de la PFP ont
pourchassé les manifestants jusqu’en dehors du centre-ville, où
attendaient des groupes de "sicarios" (des hommes de main, des tueurs à la
solde d’Ulises) et de policiers en civil qui ont continué la sale besogne
toute la nuit en tirant sur les attroupements à multiples reprises. Les
mêmes scènes se sont reproduites aux abords de l’université que certains
manifestants cherchaient à rejoindre pour se regrouper. Des témoins ont vu
les corps être emportés...

Le gouvernement ne reconnaît aucune victime, mais il est certain qu’il y a
eu des tués, étant donné la violence de la répression, et l’on dénombre
une dizaine de blessés par armes à feu parmi les 120 recensés... De plus,
dans la nuit du samedi, les assassins ont semé la panique à l’hôpital,
parmi les familles venues aux nouvelles, en tirant des coups de feu, puis,
entre les infirmières et les médecins médusés, ils ont parcouru sans dire
un mot les coursives de l’hôpital à la recherche de quelqu’un, qu’ils
n’ont visiblement pas trouvé, et sont repartis bredouilles continuer leurs
saloperies ailleurs.

Depuis la répression de la marche de samedi dernier, nous subissons
l’arbitraire et la brutalité de l’État : perquisition de domiciles et
arrestations indiscriminées sans ordres judiciaires. Tout autour de la
ville, il y a des barrages où l’on fouille les véhicules, où l’on retient,
en toute illégalité, les gens qui paraissent suspects. Les femmes qui sont
obligées de s’aventurer dans le centre-ville subissent les sarcasmes et
les obscénités des forces d’occupation. Quotidiennement, des flics en
civil et des groupes de sicarios enlèvent en pleine rue, arme au poing,
des personnes impliqués dans le mouvement de l’APPO.

Chaque jour, le nombre de détenus et de disparus augmente (plus de 300
détenus, il y en a eu jusqu’à 520, et plus de 100 disparus). Il semble
bien que le gouvernement se soit offert une semaine d’impunité pour faire
le ménage dans la ville et en finir une fois pour toute avec le mouvement
de l’APPO avant la prise de fonction de Calderón. En début de semaine,
l’APPO a eu un contact avec le secrétariat du gouvernement pour exiger le
droit de manifester pacifiquement. La réponse a été très claire : l’unique
ordre que possède la police est l’agression directe contre le mouvement et
il ne sera pas permis de manifestation même si celle-ci est on ne peut
plus pacifique... De son côté, la radio "mapache", aux ordres de Ruiz,
continue ses appels au lynchage, en donnant les noms et les adresses de
certains adhérents de l’APPO, et appelle de la même manière à la délation
de ses voisins s’ils sont supposés être sympathisants du mouvement. Ainsi,
les bureaux de la Nouvelle Gauche d’Oaxaca, le parti créé par Flavio Sosa,
ont été incendiés après avoir été fouillés. L’animatrice de Radio
Universidad, la doctora Bertha, ainsi que sa famille, le troubadour Andrés
Contreras, et d’autres plus anonymes ont été directement menacés. Le
centre de secours improvisé de "7 Principes" et l’automobile du pasteur
qui a en charge le temple ont été mitraillés dimanche dernier (il y a eu
d’autres fusillades tout au long de la semaine). Des étudiants en médecine
ont été enlevés en début de semaine, les ravisseurs n’ont pas hésité à
tirer sur la facade de l’université de médecine pour faire fuir les
étudiants qui accouraient pour tenter de délivrer un des leurs. Jeudi
matin à l’aube, la PFP est intervenue pour retirer la barricade de Cinco
Señores
, la seule qui restait, et dégager la rue qui mène à Radio
Universidad (qui est brouillée depuis le 2 novembre). De peur d’être
arrêté par les flics, tabassé et détenu, personne n’est venu pour défendre
les lieux, et devant le petit nombre de personnes qui étaient présentes
pour protèger la radio (une quinzaine), les responsables ont préféré la
remettre au recteur de l’université, plutôt qu’aux flics ou au "porros".
Depuis maintenant trois jours, la PFP, en coordination avec des policiers
de l’État vêtus en civil, pénètre dans les écoles et détient des profs qui
ont participé au mouvement. À Ocotlàn, la police est intervenue dans une
école primaire en se servant de gaz lacrymogène et, semant la panique et
la terreur parmi les élèves et le personnel d’éducation, ils ont enlevé
quatre instituteurs et le directeur de l’école. Les mêmes faits se sont
reproduits dans d’autres municipalités, à Xoxocotlán, à Esquipulas, à San
Javier, à Etla, à Miahuatlán, à Huatla de Jimenez, à San Antonio Castillo
Velasco et à Santa Cruz Amilpas. À Santa Cruz Amilpas, les familles se
sont opposées au rapt des professeurs qui ont réussi à s’enfuir. Malgré la
tiédeur et le manque de réaction de la Section 22, de nombreuses écoles
ont voté une nouvelle grève de 48 heures pour protester contre le manque
de sécurité.

De fait, nous vivons ici un véritable état de siège où les droits les plus
élémentaires sont niés. Cela rappelle les épisodes les plus noirs de la
"guerra sucia" (la guerre sale que le gouvernement mexicain a menée dans
les années 1970 contre les mouvements sociaux).

L’impunité la plus totale règne. Hier, les responsables de la mort du
journaliste d’Indymedia Bradley Will (assassiné le 27 octobre à Santa
Lucía) - le régisseur de la sécurité publique de Santa Lucía del Camino,
Abel Zarate, et le sous-officier de la police municipale Orlando Manuel
Aguilar Coello - ont été remis en liberté pour une faute de procédure...

Bon, voila où nous en sommes aujourd’hui, le 1er décembre, à Oaxaca.

Les autorités recherchent toujours une centaine d’étrangers, pour
l’instant ils ont réussi à en choper cinq (deux Françaises, un Espagnol,
un Argentin et un Cubain), qui seront expulsés du pays d’ici peu s’ils ne
sont pas accusés de charges plus importantes.

L’APPO a convoqué à une méga-marche aujourd’hui pour exiger le retrait de
la PFP de la ville, la libération des prisonniers, et que cesse la
répression du mouvement. Il n’est pas sûr qu’il y ait beaucoup de
manifestants, non pas à cause d’une quelconque démobilisation du peuple
d’Oaxaca, sinon pour la crainte justifiée des exactions policières...

À l’instar de Raoul Vaneigem et de son appel "Que vive Oaxaca !", que vous
avez reçu il y a peu, je vous invite à vous manifester, de la manière qui
vous conviendra le mieux, en faveur de la Commune libre d’Oaxaca et contre
la répression, l’impunité, l’arbitraire et les brutalités policières qui
s’exercent contre le mouvement populaire et indigène de l’APPO.
Si la commune d’Oaxaca est réprimée de telle manière qu’elle ne se relève
pas, nous perdons tous...

À bientôt.

M, Oaxaca, le vendredi 1er décembre 2006.