Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Communiqués et déclarations de l’EZLN > À propos de la rencontre avec la société civile (Oventik, juin (...)

À propos de la rencontre avec la société civile (Oventik, juin 2000)

Communiqués du CCRI-CG de l’EZLN

jeudi 1er juin 2000

AUX PARTICIPANTS À LA RENCONTRE AVEC LA SOCIÉTÉ CIVILE (OVENTIK, JUIN 2000)

Juin 2000.

À : LA RENCONTRE NATIONALE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE POUR LA PAIX ET CONTRE LA MILITARISATION AU MEXIQUE.

Zócalo de la ville de Mexico.

Sœurs et frères :

Recevez tous et toutes le salut respectueux des zapatistes. Au nom de toute l’EZLN, nous saluons la prochaine célébration de votre Rencontre nationale des 9 et 10 juin 2000 au zócalo de la ville de Mexico.

Avec enthousiasme et espoir, nous avons lu que ceux qui appellent et organisent cette Rencontre représentent un arc-en-ciel de ce que notre pays compte de meilleur. L’honnêteté et la noblesse sont le dénominateur commun de ceux qui aujourd’hui, en plein processus électoral, reviennent vers ce territoire en guerre qu’est le Sud-Est mexicain. Non pas malgré les élections, mais plus précisément pour ces élections, vous tenez à bien rappeler à la société mexicaine et à la classe politique, qu’il ne peut y avoir de démocratie tant qu’il y aura la guerre, et que la démocratie n’est possible que dans la paix avec dignité.

Sur nos terres, la guerre gouvernementale contre les peuples indiens continue son avance, bien qu’elle soit occultée par le processus électoral. Le mécanisme de l’État mexicain se mobilise au Chiapas sur deux fronts : d’un coté pour tenter d’imposer le nouveau seigneur de guerre Francisco Labastida Ochoa ; d’un autre coté, tout préparer pour une action policière et militaire de grande envergure contre l’EZLN. Dans les hautes sphères gouvernementales on parle d’un accord entre les señores Labastida et Zedillo. Au cas où le PRI atteindrait son objectif d’imposer 6 années de cauchemars de plus aux mexicains, en échange de la protection des arrières de celui qui est aujourd’hui mis à la porte de Los Pinos, le candidat officiel a reçu des garanties qu’il n’"hériterait" pas du conflit au Chiapas. C’est pourquoi ils font des plans pour que l’offensive gouvernementale "définitive" (parole très chère à Zedillo) soit lancée après les élections du 2 juillet et avant que le nouveau "président" ne prenne possession de son poste... au cas où le PRI arriverait à se maintenir au pouvoir. Mais devant la possibilité d’un échec, à l’intérieur du PRI, on effleure la possibilité que cette offensive soit réalisée avant les élections, en pensant que cela pourrait réparer la catastrophique campagne de Labastida.

C’est pourquoi, parce que nous sommes dans l’attente d’une attaque gouvernementale, il sera impossible que des dirigeants de l’EZLN puissent être présents à Oventik le 11 juin. En conséquence, en accord avec le protocole zapatiste, la clôture de cette Rencontre ne pourra être réalisée ce jour et en ce lieu (ce qui, d’après ce que la presse nous apprend, était l’intention des organisateurs). Cependant, en ces mêmes lieu et date, des bases d’appui zapatistes assisteront au concert que donnera le chanteur Oscar Chávez, ainsi que vous tous que nous invitons.

Bien que nous ne puissions être présents à cette importante Rencontre, nous voulons vous dire que, pour nous tous, votre acharnement et votre préoccupation sont un espoir. Nous, comme nous l’avons souvent dit, nous voulons la paix, mais avec justice et dignité. Le mauvais gouvernement nous la refuse et c’est pourquoi nous sommes toujours en résistance. Et nous continuerons ainsi.

Nous ne croyons pas au gouvernement. De lui, nous n’avons reçu que mensonges, trahison et mort. Nous croyons au changement, en des gens comme vous. Nous croyons en des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants et d’anciens (dont quelques-uns assisteront à votre Rencontre) qui nous ont écoutés avec noblesse et nous ont parlé avec honnêteté. De vous, nous avons appris l’importance et la transcendance d’une paix digne et juste sans plus de destruction ni de haine. De votre effort et de celui de dizaines de milliers comme vous, cette paix que nous exigeons, dont nous avons besoin et que nous méritons sera possible.

Votre effort est si important pour nous que nous demandons que vous nous donniez un espace pour notre parole. Les peuples zapatistes des diverses régions ont préparé un rapport-dénonciation sur la militarisation et ses conséquences dans les communautés. Regroupés en plusieurs Aguascalientes, les peuples zapatistes feront un résumé critique de ce qu’ils vivent et de ce dont ils souffrent chaque jour et à chaque heure : la botte militaire. Nous voulons vous demander que vous nous permettiez de laisser arriver ces paroles de nos peuples. Si vous nous indiquez publiquement où et comment, avec opportunité nous vous ferons parvenir notre témoignage avec opportunité.

Ils restent beaucoup de choses à vous dire, nous espérons qu’il y aura un temps et une façon pour y arriver. Quoi qu’il en soit, nous voulons vous répéter que nos communautés seront toujours ouvertes pour vous recevoir, pour vous accompagner, et que nous n’oublions, ni n’oublierons jamais que vous avez toujours eu pour nous une oreille attentive et respectueuse et une parole d’appui et d’espérance.

Salut donc à la Rencontre nationale de la société civile pour la paix et contre la militarisation au Mexique. Salut à nos frères et sœurs.

Nous vous souhaitons beaucoup de succès pour cette Rencontre et n’oubliez pas que le 11 juin 2000, à l’Aguascalientes d’Oventik, Oscar Chávez et les zapatistes chanteront. Parce que le lendemain se fait aussi avec de la musique.

Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain.
Pour le Comité clandestin révolutionnaire indigène -
Commandement général de l’Armée zapatiste de libération nationale.
Commandant David, sous-commandant insurgé Marcos.
Mexique, juin 2000.

*********

LETTRE À OSCAR CHÁVEZ

Juin 2000.

À Oscar Chávez.

Mexico.

Don Oscar :

Nous vous écrivons au nom de tous les hommes, femmes, enfants et anciens de l’EZLN.

Nous savons que vous avez réalisé un disque de musique dédié au Chiapas et aux peuples indiens qui résistent avec dignité, et que vous avez également décidé de faire une présentation de ce disque à l’Aguascalientes d’Oventik, Chiapas, le 11 juin de cette année.

Nous vous connaissons depuis longtemps. Nous admirons toujours vos qualités artistiques, votre recherche historique de nos racines musicales et, surtout, votre engagement permanent pour les causes les plus justes. Aujourd’hui, nous sommes honorés que vous ayez choisi un territoire zapatiste pour vous présenter publiquement. Il n’est pas courant qu’un artiste de la stature morale et du prestige d’Oscar Chávez joue en territoire rebelle. Croyez bien que nous le ressentons plus fort que ce que peuvent refléter ces lignes, et que nous savons que votre chant en ces lieux trouvera l’écho que l’espérance mérite et atteint toujours.

Nous voulons que vous sachiez que nous vous recevrons comme un grand frère (que vous êtes pour nous) lorsque vous arriverez à Oventik. Les difficiles conditions de militarisation et le climat de persécution dont souffrent les zapatistes rendent pratiquement impossible que des membres du CCRI-CG de l’EZLN puissent assister personnellement à votre concert (et l’envie ne nous en manque pas, le commandant David a même déjà accordé sa guitare). Mais ceux qui sont les commandants réels de notre lutte, les bases d’appui zapatistes, seront présentes pour vous écouter, pour vous accompagner et, surtout, pour vous faire sentir notre gratitude et notre admiration. Bien que nous ne puissions être présents, sachez que nous y serons, représentés par ces hommes, ces femmes, enfants et anciens qui vous écouteront et vous applaudiront. Pas seulement pour vos qualités artistiques, mais aussi et surtout, pour vos qualités humaines. Dans nos positions sur la montagne, la musique de vos chansons fait déjà partie de notre quotidien, et les nuits et les pluies qui nous surprennent à les chanter sont nombreuses (si nous chantons un peu faux, mettez cela sur le compte de l’arme ou de la mémoire). Soyez le bienvenu sur les terres zapatistes, dernier recoin de la dignité rebelle.

Bien. Salutation et que le concert de la paix soit entonné quelques fois de la seule façon qui est possible, c’est-à-dire avec dignité.

Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain.
Pour le Comité clandestin révolutionnaire indigène - Commandement général de l’Armée zapatiste de libération nationale.
Commandant David, sous-commandant insurgé Marcos. Mexique, juin 2000.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0