Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Du silence où se forme le vent pour se faire parole...

Du silence où se forme le vent pour se faire parole...

Congrès national indigène

samedi 6 janvier 2007

DÉCLARATION DU CONGRÈS NATIONAL INDIGÈNE LORS DE LA RENCONTRE DES PEUPLES ZAPATISTES ET DES PEUPLES DU MONDE

Porteurs des temps anciens, aussi loin que remonte notre mémoire, forts des enseignements des plus sages parmi nos grands-pères et nos grands-mères, du silence où se forme le vent pour se faire parole, nous venons vous raconter une histoire que nous avons apprise de notre plus grande et plus forte fleur, la parole.

Notre grand-mère nous racontait que c’est dans les terres dignes du sud de ce pays que vit la mère de tous ceux qui sont nés dans de terribles souffrances mais au cœur armé d’espoir, la Madre Ceiba, le fromager arbre de la vie qui se dresse vers le ciel et dont le vent notre père répand les graines aux quatre horizons, des terres du Sud-Est mexicain.

Notre mémoire de résistance recouvre une longue nuit de plus de cinq cents ans d’exploitation, de dépossession, de discrimination et de misère ; ténèbres au cours desquelles les puissants ont tenté d’arracher du plus profond de nous-mêmes le droit suprême à organiser la vie et la gouverne de nos peuples en accord avec leur coutume et leur histoire. En vain, car ils n’ont pas réussi à arracher les racines de l’arbre de notre vie, qui fait de nous les hommes et les femmes de maïs !

Quand bien même ils ont coupé le tronc de notre arbre, ils n’ont pas pu arracher ses racines et elles ont commencé à repousser et à bourgeonner avec le soulèvement indigène de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) le premier jour du mois de janvier de mil neuf cent quatre-vingt-quatorze, un jour qui a ébranlé la nation tout entière et qui rendit visible aux yeux du monde l’oppression, la misère, l’oubli et l’abandon auxquels étaient voués et dans lesquels continuent de vivre les peuples indigènes de tout le Mexique.

Le bourgeonnement de notre arbre de vie s’est fait plus fort et grandit encore quand nos peuples ont rencontré la parole zapatiste, puis lors du Forum national indigène auquel nous avons appelé en janvier 1996 et finalement avec la fondation du Congrès national indigène, en octobre de la même année, où s’illustra l’EZLN par la voix de la commandante Ramona.

Le Congrès national indigène (CNI), la maison des peuples qui sont les nôtres, les peuples premiers nés de la terre et du maïs, de la douleur et de l’espoir, constitua dès sa fondation une possibilité d’unir nos résistances et les chemins qu’ont suivis depuis l’aube des temps les peuples indigènes qui habitent ce pays.

La graine de l’arbre de notre vie a été arrosée jusque dans les quatre horizons par les vents de la mémoire et de la résistance et on en arriva vite au moment du deuxième puis du Troisième Congrès national indigène pour exiger la reconnaissance constitutionnelle des Accords de San Andrés, quand nous croyons encore que le mauvais gouvernement allait tenir parole. Mais nous nous sommes rendu compte que là-haut nulle dignité n’existe, rien que la trahison à la parole digne de l’EZLN et du CNI qui rapporte la voix de nos peuples.

Aucun parti ni aucun des pouvoirs de l’État n’est resté en marge de cette trahison, c’est à ce moment-là que nous nous sommes aperçus que ce sont les meurtriers de notre terre-mère, les grands maîtres du capital, qui possèdent le pouvoir dans ce pays, tandis que les gouvernants ne sont que des instruments qui défendent leurs intérêts, et que si nous permettions que l’on construise des barrages, que l’on rase les forêts de nos montagnes, que l’on privatise et pollue l’eau, que l’on fasse commerce de plantes transgéniques et que l’on vende nos centres cérémoniels, nous permettrions l’extermination de nos peuples. Aussi considérons-nous le système capitaliste et ces chefs d’entreprise qui gouvernent comme les principaux ennemis de nos peuples, eux qui poursuivent sans relâche leur plan de pillage et d’assassinat de la terre-mère et de tout ce qu’elle fait naître.

C’est le capitalisme et ses marionnettes du gouvernement qui répriment ceux qui se défendent du vol et de l’extermination qu’ils organisent, ce sont eux les coupables de tous nos gens emprisonnés, de nos morts et de nos disparus. Autrement dit, le capitalisme et les faux gouvernements sont les coupables de la pauvreté, de l’oppression et de l’extermination de nos peuples.

En 2001, lors de la Marche pour la couleur de la terre, notre parole a pu parcourir le moindre recoin de notre pays, mais elle ne fut pas écoutée. Aussi avons-nous décidé, à ce moment-là, en tant que Congrès national indigène, de garder le silence et de pratiquer l’autonomie dans les faits en nous fondant sur les Accords de San Andrés comme constitution et de mettre en place un découpage par région pour renforcer le travail de coordination du CNI.

Alors qu’il semblait que notre arbre de vie se fanait, il répandit ses semences jusque dans les endroits les plus reculés de ces terres.

Ces graines de vie ont germé dans ces sols avec dignité, se transformant en autant de forums, d’ateliers, de rencontres, de réunions et d’assemblées.

Pendant ce temps-là, en terres zapatistes, les vents très autres accouchaient de la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone, et avec elle de l’Autre Campagne. Les peuples indigènes y ont aussitôt adhéré et nous avons appelé au Quatrième Congrès national indigène il y a quelques mois.

Réunis dans la communauté indigène de N’donhuami-San Pedro Atlapulco, dans l’État de Mexico, les délégués et déléguées représentant des peuples indigènes Amuzgo, Coca, Ch’ol, Chinantèque, Chocholtèque, Cuicatèque, Guachichil Chichimèque, Hñahñu, Kumiai, Kikapu, Mazahua, Maya, Mayo, Matlazinca, Mixe, Nahua, Ñu Saavi, Popoluque, Purhépecha, Raramuri, Tlahuica, Tenek, Tepehua, Tlapanèque, Totonaque, Triqui, Tzeltal, Wixaritari, Zapotèque et Zoque déclarèrent ce qui suit :

1. Nous continuerons à exercer dans les faits notre autonomie ;

2. Nous ratifions la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone et faisons nôtre l’Autre Campagne. Nous nous solidarisons avec nos frères de San Salvador Atenco prisonniers ;

3. Nous exigeons le départ immédiat des forces de police et des corps de répression de l’État de la région de San Salvador Atenco, mais aussi de toutes les régions de notre pays où sévit le contrôle militaire et policier pour harasser et museler tous les peuples et communautés qui luttent pour défendre leur territoire et leur mode de vie ;

4. Nous dénonçons les meurtres de notre compañero Javier Cortés, tué par les policiers qui ont réprimé la population de San Salvador Atenco ; de notre compañero Concepción Gabiño, de la communauté indigène de Cuzalapa, qui se battait pour défendre la terre dans la région de Manantlán, au Jalisco, ainsi que de notre compañero Faustino Acevedo, de San Blas Atempa, dans l’isthme de Tehuantepec, tué quand il se dirigeait vers cette communauté pour y participer aux travaux de notre Quatrième Congrès ;

5. Nous dénonçons également les viols de toutes nos compañeras appréhendées à San Salvador Atenco, viols commis par les policiers, ainsi que la violence systématique et fasciste qu’exerce l’État contre toutes les femmes qui revendiquent par leur travail les luttes de résistance et la dignité partout dans ce pays ;

6. Nous appelons à la consolidation de toutes les régions du Congrès national indigène et à la tenue fréquente et régulière de réunion de coordination : réflexion, action et propositions ;

7. Nous refusons toutes les lois avec lesquelles l’État veut nous déposséder, légitimer la vente de notre pays et imposer des contrôles qui restreignent l’activité de peuples et communautés en même temps qu’il donne carte blanche aux entreprises multinationales pour saccager notre pays et s’emparer des richesses matérielles et spirituelles de nos peuples et de l’ensemble des Mexicains ;

8. Nos refusons les programmes gouvernementaux qui dérivent des lois mentionnées et veulent diviser les communautés ;

9. Nous renforcerons les mécanismes de communication entre les différentes régions et communautés du Congrès national indigène ;

10. Nous renforcerons et rendrons plus efficaces les mécanismes de solidarité et notre implication avec les luttes de toutes les communautés, organisations et peuples indigènes sans exception ;

11. Dernier point de cette déclaration, nous contestons l’État mexicain et nous appelons tous les peuples, toutes les communautés, toutes les organisations indigènes et tous les secteurs opprimés à former un vaste front anticapitaliste dans le but de rédiger une nouvelle Constitution et de créer une nouvelle forme de gouvernement qui permette la reconnaissance de nos droits et fonde une société juste, libre et démocratique.

Ces accords qui naissent de notre cœur sont les fleurs de notre arbre, des fleurs disposées à produire de nouvelles graines, des graines de vie et d’espoir.

La toute dernière fleur née sur notre arbre, c’est la Rencontre pour la défense de la terre-mère et pour l’autonomie indigène qui a eu lieu à Mezcala, dans l’Autre État de Jalisco, au cours de laquelle nous avons ratifié notre engagement avec la lutte de nos peuples indigènes, d’en bas et à gauche, et où nous avons manifesté notre soutien total à la lutte de l’Assemblée populaire des peuples de l’Oaxaca et ses revendications. Nous réaffirmons que notre terre-mère et l’ensemble de la vie qui procède d’elle sont sacrés, ne peuvent donc ni s’acheter ni se vendre, et que personne ne peut en abuser ou s’en approprier au profit de quelques-uns. Aussi nous déclarons-nous anticapitalistes et disposés à construire une grande force qui émane d’en bas, de nos peuples, et rejoigne d’autres frères et sœurs de la campagne et de la ville qui sont spoliés, exploités et opprimés, afin de mettre un terme à ce système mortifère et aux gouvernements qui le soutiennent.

Les politiques néolibérales de l’État mexicain font partie de l’interminable guerre de conquête à l’encontre de nos peuples, ce sont des politiques qui voudraient tuer la terre et anéantir nos cultures par le pillage et la spoliation de nos territoires et de nos savoirs traditionnels, par la pollution de nos maïs autochtones, par la privatisation de tous les éléments qui composent notre terre-mère et par le mépris de nos gouvernements et formes d’organisation.

Voilà quel est notre chemin, c’est ainsi qu’est né et qu’a grandi notre arbre au sein du Congrès national indigène, les luttes et résistances de nos peuples indigènes l’alimentent, nos fleurs éparses appartiennent maintenant à un seul arbre de vie, c’est-à-dire que nos peuples s’unissent et s’accompagnent afin de ne plus être seuls dans notre combat pour l’autonomie.

En cet instant, nous considérons comme notre projet historique principal la pratique dans les faits des gouvernements autonomes indigènes, muni de leur propre contrôle territorial dans l’exercice de leur autonomie, comme l’apport issu de nos peuples, nations et tribus au programme national de lutte et au nouveau Mexique que nous voulons construire.

Le pouvoir et les grandes entreprises capitalistes ont cherché à arracher nos racines, autrement dit l’identité de nos peuples, mais nous sommes devenus forts en suivant le chemin de notre mémoire. S’ils n’y sont pas parvenus quand nous étions dispersés, ils n’y parviendront pas maintenant que nous sommes unis au sein du CNI. C’est ce que disent nos grands-pères et nos grands-mères. C’est ce que nous croyons aussi.

De la commune autonome zapatiste d’Oventik, dans l’Autre État du Chiapas, le 31 décembre 2006.

POUR LA RECONSTITUTION COMPLÈTE DE NOS PEUPLES !

PLUS JAMAIS UN MEXIQUE SANS NOUS !

CONGRÈS NATIONAL INDIGÈNE

Traduit avec plaisir par Ángel Caído.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0