Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Vers une transformation radicale de l’Oaxaca ?

Vers une transformation radicale de l’Oaxaca ?

Rubén Valencia Núñez

mercredi 7 février 2007

La lutte pour la réforme de notre État : Vers une transformation radicale de l’Oaxaca ?

Ciudad Ixtepec, État d’Oaxaca.

La crise sociale dans l’Oaxaca et le besoin impérieux d’opérer de profonds changements dans la société de cet État sont devenus plus qu’évidents. Notre mouvement de résistance passe actuellement par une étape de réflexion dont l’objet principal est de déterminer les changements que nous voulons et la manière dont nous voulons le faire. Nous devons nous poser les questions qui nous aiderons à poser les bases nouvelles de nos actions et faire en sorte que participent à ce processus ceux qui ont toujours été exclus par le système, système que nous voulons réinventer.

La société est actuellement polarisée : la quasi-totalité de la classe politique est alliée aux classes aisées, tandis qu’une partie des classes moyennes est avec le peuple et les organisations populaires. Dans le feu de notre mouvement, différentes propositions de transformation de l’Oaxaca ont vu le jour. Certaines semblent aller dans le même sens, ne se distinguant que par la stratégie et par la méthode de représentation qu’elles préconisent pour atteindre leurs objectifs. D’autres se limitent au contraire à exposer certaines priorités et problèmes de fond, dans le seul but de calmer le peuple et de freiner l’ardeur insurrectionnelle et l’esprit de désobéissance civile qui l’animent, dans la conscience grandissante de l’immense tâche à accomplir.

Le texte qui suit se propose de décrire brièvement certaines des initiatives prises par la société dans les derniers mois et d’examiner les positions respectivement adoptées par les autorités fédérales et par l’APPO.

L’été dernier, des autorités municipales et agraires, plusieurs organismes civils, la Section XXII du syndicat des enseignants et l’APPO ont appelé à un forum national sous le thème "Construire la démocratie et la gouvernabilité dans l’Oaxaca". Il a effectivement eu lieu les 16 et 17 août 2006, rassemblant 1 500 personnes venues de toutes les régions de cet État. L’objectif principal qu’il s’était fixé consistait à examiner la crise actuelle, proposer une issue alternative et répondre aux problèmes qui se posent dans une perspective politique et citoyenne.

La publication des résultats et des accords pris dans ce forum permet de dégager trois objectifs principaux : encourager la formation d’une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution pour l’Oaxaca, élaborer un programme politique unitaire et promouvoir des politiques non discriminatoires respectueuses de la diversité dans l’Oaxaca.

À propos de la position adoptée par certains représentants indigènes et par certains intellectuels en ce qui concerne le "Pacte de gouvernabilité" proposé par le SEGOB (Secretaria de Gobernación : le ministère de l’Intérieur mexicain) : début octobre 2006, le ministère de l’Intérieur avait invité une centaine de personnes, dont Ulises Ruiz Ortiz et ses mandataires, mais surtout différentes factions politiques, à une réunion devant avoir lieu le 4 octobre au siège de ce ministère afin d’analyser la situation dans l’Oaxaca et de conclure un "Pacte pour la gouvernabilité, la paix et le développement de l’Oaxaca". Seules cinq personnes de la Section XXII et de l’APPO ayant été invitées, ces deux organisations ont décidé de ne pas y participer. Parmi les autres personnes invitées se trouvaient trois dirigeants indigènes et plusieurs intellectuels et artistes, qui décidèrent, après mûre réflexion, d’assister à cette réunion dans l’intention explicite de la boycotter et de dénoncer publiquement son absence totale de légitimité. Avant d’abandonner la salle en signe de protestation, ils définirent ensemble leurs positions, dès le début de cette réunion, en donnant lecture du manifeste suivant :

POUR UN DIALOGUE VÉRITABLE ET AUTHENTIQUE DANS L’OAXACA

    "Nous avons accepté de participer à cette réunion, à laquelle nous avons été invités à la dernière minute et sans disposer des informations suffisantes quant à ses objectifs, ses contenus et ses participants, car nous sommes convaincus que c’est uniquement au travers du dialogue, et non par l’emploi de la force, que la paix, la justice et la démocratie pourront exister dans l’Oaxaca.

    "Cependant, en l’absence de la Section XXII du Syndicat national des travailleurs de l’enseignement et de l’Assemblée populaire des peuples de l’Oaxaca, deux acteurs indispensables à un tel dialogue, nous nous voyons forcés de nous retirer, non sans exprimer auparavant notre position :

    "1. Nous pensons que la société de l’Oaxaca n’est pas représentée dans cette réunion, ni suffisamment ni de manière adéquate. En outre, Le procédé employé pour formuler l’invitation à cette rencontre ainsi que les propres termes de cette invitation nous semblent inappropriés ;

    "2. Aucun pacte de gouvernement ni aucun pacte de gouvernabilité ne sera possible tant que celui qui se prétend gouverneur de l’État de l’Oaxaca continuera formellement d’occuper ses fonctions. En ce sens, nous unissons nos voix à celles de la société de l’Oaxaca qui exige la dissolution des pouvoirs, selon les termes établis par la Constitution fédérale et la procédure réglementaire en vigueur ;

    "3. D’autre part, nous tenons à déclarer que les questions qui intéressent la plus grande partie de la population de notre État ne sont pas inscrites à l’ordre du jour prévu pour cette réunion. Nous souhaitons également relever la plus grave de ces omissions, qui à notre sens illustre parfaitement le caractère de cette réunion : il n’y est fait aucune mention de la question indigène, alors que les peuples indiens constituent la population de l’Oaxaca de loin la plus nombreuse et que ses difficultés exigent la priorité la plus absolue ;

    "4. Il y a longtemps que de nombreux citoyens, groupes et secteurs de l’Oaxaca ont examiné et proposé les questions à aborder en vue d’établir un calendrier d’actions absolument nécessaires pour instaurer la démocratie dans l’Oaxaca. Rien de cela n’apparaît ni ne semble pris en compte à l’heure d’aborder, par ailleurs sans aucun ordre ni distinction, toutes sortes d’aspects concernant les intérêts et les perspectives de nos concitoyens ;

    "Nous sommes favorables à la conclusion d’un pacte pour la démocratie, la paix et la justice afin que tous les secteurs et tous les peuples de l’Oaxaca puissent contribuer à la réalisation d’une réforme en profondeur de cet État.

    "Nous réaffirmons notre engagement envers l’établissement d’un dialogue. Toutes les parties ici présentes doivent œuvrer à donner une issue politique à l’actuelle crise de l’Oaxaca et s’opposer activement à l’emploi de la force.

    "Il est impossible de signer quelque pacte que ce soit ici, mais il est cependant possible de formaliser les bases nécessaires à l’établissement d’un authentique dialogue de l’ensemble des secteurs et peuples de l’Oaxaca dans un esprit participatif et non discriminatoire."

Après avoir lu ce document, les représentants indigènes et les intellectuels mentionnés se retirèrent du forum et communiquèrent aux médias leur position.

Du coup, ledit forum perdit toute crédibilité et toute légitimité. Le ministère de l’Intérieur n’a pu sortir de son chapeau aucun "pacte" pour une quelconque gouvernabilité, dont les termes manifestaient de toute façon la précipitation, l’improvisation et un évident manque de sérieux.

Le groupe qui avait répudié de la sorte la réunion appelée par le SEGOB décida d’impulser dans l’Oaxaca un dialogue ouvert à tous les secteurs de la société afin d’envisager tous les changements que l’on jugerait nécessaires, continuant ainsi ce qui avait été commencé avec le forum national des 16 et 17 août.

Après plusieurs réunions préparatoires auxquelles participaient les représentants d’organisations de la société civile et d’organisations indigènes, l’Église catholique, des chefs d’entreprise, des artistes et des professeurs, ainsi que des délégués de la Section XXII et de l’APPO, un appel à une "Initiative citoyenne de dialogue pour la paix, la démocratie et la justice" était lancé, le 9 octobre.

Initiative citoyenne de dialogue pour la paix, la démocratie et la justice dans l’Oaxaca. Le 12 octobre, dans la galerie du couvent de Santo Domingo, deux mille personnes assistant au lancement cette initiative ont débattu et approuvé la Déclaration de Santo Domingo, qui établit la position des participants et énonce certaines de ses dispositions. La Déclaration examine l’importance, le contexte, le diagnostic et les objectifs du dialogue envisagé et présente les premiers accords issus des six groupes de travail constitués ce même jour :

Groupe 1 : Nouvelle démocratie et gouvernabilité (la crise politique)

Groupe 2 : Économie sociale et solidaire (la crise économique)

Groupe 3 : Vers une nouvelle éducation (la crise de l’éducation)

Groupe 4 : Harmonie, justice et équité sociale (la crise sociale)

Groupe 5 : Patrimoine historique, culturel et naturel de l’Oaxaca

Groupe 6 : Moyens de communication au service des peuples

D’autre part, trois forums de réflexion ont été annoncés : un Forum indigène et paysan (afin d’examiner les questions indigènes, agraires et paysannes, ainsi que la question du maïs, de l’eau et de l’émigration), un Forum d’équité de genre et un Forum concernant les droits humains.

Cette initiative veut promouvoir au sein de la société de l’Oaxaca un dialogue dans lequel seront représentés tous les secteurs qui la constituent, pour pouvoir définir ensemble, à travers des accords et des consensus, les comportements sociaux et les réformes juridiques et institutionnelles qui permettront d’opérer la transformation profonde que les Oaxaquiens et les Oaxaquiennes appellent de leurs vœux.

Dès le jour de son lancement, dans chacune de ses manifestations et activités, l’Initiative a réclamé la destitution d’Ulises Ruiz Ortiz comme condition préalable indispensable aux changements jugés nécessaires.

Bien que les activités de l’Initiative se soient vues entravées par l’entrée des forces de police fédérales et par la vague de terrorisme d’État déclenchée à partir du 28 octobre, et en particulier après le 25 novembre, les réunions des groupes de travail se sont poursuivies. Sans oublier de réfléchir à la situation, les participants ont présenté des propositions et des projets qui émanent le plus souvent de longues analyses et d’actions visant au changement.

Aux travaux de réflexion de ces groupes sont venues s’ajouter les activités suivantes :

1. Forum d’analyse des mesures de détente en vue de la paix et de la réconciliation dans l’Oaxaca.

Organisé le 6 novembre à la bibliothèque de l’ancien couvent de Santo Domingo, ce forum réunissant une grande diversité de participants a servi à présenter un rapport détaillé de la situation des prisonniers et des personnes arrêtées ainsi qu’une liste des disparus lors du conflit, accompagné d’une réflexion sur les mesures de détente et de propositions concrètes à ce sujet.

2. Forum des peuples indigènes de l’Oaxaca.

Organisé les 28 et 29 novembre, il a pu rassembler près de 500 personnes, dont des autorités communautaires et municipales indigènes, des représentants d’organisations communautaires et des organismes de la société civile. Quatorze des seize peuples indigènes de l’Oaxaca y étaient représentés.

Les participants à ce forum ont montré comment, alors que l’Oaxaca est une société pluriethnique et multiraciale où vivent seize peuples indigènes, paradoxalement la construction et l’exercice de l’autonomie et de l’autogouvernement de ces peuples sont sujets à une agression constante. Ils ont appelé la société à lancer des initiatives et des propositions de convivialité, à s’organiser et à effectuer des mobilisations et un dialogue dans ce sens, dans tous les domaines de l’existence, du travail et de la lutte des peuples indigènes. Ils appelèrent aussi à renforcer le processus d’organisation et d’action de l’APPO, notamment en stimulant cette nouvelle attitude au sein de tous les mouvements et de toutes les organisations, pariant sur le fait que c’est ce qui permettra de tout pouvoir articuler, de pouvoir transformer en partant de nous-mêmes, de pouvoir construire d’en bas. Enfin, ils se sont réaffirmés dans leur conviction et dans leur engagement quant à la construction d’un mouvement pacifique qui tienne compte des raisons profondes du conflit vécu aujourd’hui dans l’Oaxaca et qui pose les bases d’un nouveau pacte social et d’un nouveau cadre juridique qui rende possible la justice, la paix et la démocratie pour toutes et pour tous.

3. La société civile face à la réforme de l’Oaxaca

Le 18 décembre, des membres de "l’Initiative citoyenne..." ont présenté publiquement leur appel aux peuples de l’Oaxaca en vue de conclure des accords minimaux pour une véritable réforme de cet État qui devra émaner de méthodes de consultation réellement démocratiques telles que sondages d’opinion, ateliers de réflexion régionaux, forums au niveau de l’Oaxaca, consultations publiques et autres mécanismes.

Les membres de l’Initiative en ont profité pour déclarer publiquement leur refus pur et simple d’une rencontre autour d’un projet de réforme de l’Oaxaca annoncée par le "dégouverneur" Ulises Ruiz Ortiz. Selon les membres de cette plate-forme, y participer "reviendrait à légitimer une nouvelle parodie, une véritable réforme démocratique ne pouvant émaner que des citoyens et non être décrétée par l’administration, la première visée par une telle réforme". Ils ont également signalé que "toutes les réformes de l’État réalisées au Mexique ont résulté d’une pression sociale et de mobilisations populaires, jamais de commissions officielles", et qu’il est d’autant moins possible de promouvoir une réforme de l’État quand on prétend le faire à travers "une simple opération de chirurgie esthétique effectuée précisément par celui qui a provoqué la profonde crise sociale actuelle et manque de crédibilité et de toute légitimité". Pour conclure, ils ont manifesté que "l’actuelle administration de l’Oaxaca ne peut pas prétendre au dialogue alors qu’elle continue de persécuter, de gruger et de réprimer le peuple de l’Oaxaca". Inversement, une réforme de cet État émanant de la base (sociale) est à même de "nous doter du cadre juridique et politique approprié en vue d’instituer une assemblée constituante plurielle et pleinement représentative qui permette d’élaborer une nouvelle constitution".

Le document présenté en cette occasion par l’Initiative cherche à dégager des accords minimaux concernant une réforme de l’État en se fondant sur les consensus atteints précédemment en matière de pluralité juridique, d’état de droit, de division des pouvoirs, de justice et de sécurité publique, de transparence, de participation citoyenne, d’équité de genre, de mécanismes électoraux, de communication, de patrimoine et de justice sociale.

La proposition du tyran

Le "dégouverneur" Ulises Ruiz Ortiz a lancé un appel à la "réconciliation" et prétend "encourager la recherche d’une résolution aux problèmes structurels, bouillons de culture de la pauvreté, de la marginalisation et de l’injustice, afin d’avoir un nouvel Oaxaca, ordonné et muni de nouvelles institutions à même d’affronter les défis qui se présentent aujourd’hui à nous".

Il affirme que pour que l’Oaxaca soit un État prospère et démocratique où prévaut l’équité, il faut lancer un appel aux Oaxaquiens de toutes les couches sociales et de toutes les tendances et il propose d’ouvrir les espaces nécessaires à la discussion et à la participation des citoyens, afin d’élaborer ensemble une nouvelle constitution de l’Oaxaca.

Il admet qu’il est indispensable de changer en profondeur de méthode, d’opérer des changements sur le fond, non pas dans la structure hiérarchique du pouvoir mais par la participation citoyenne que réclame la société.

Ulises Ruiz Ortiz est secondé au sein de la Commission spéciale pour une réforme de l’État de l’Oaxaca par Hector Sánchez, administrateur et secrétaire technique de cette commission et l’un de fondateurs de la "Coalition ouvrière, paysanne et étudiante de l’Isthme" d’antan, la COCEI, légendaire organisation de gauche qui jouissait d’une grande sympathie au Mexique dans les années 1970 à cause de la lutte qu’elle menait dans l’isthme d’Oaxaca. Aujourd’hui, elle est notoirement connue pour ses liaisons avec le gouvernement et à cause de sa sinistre habitude d’acheter les mouvements sociaux. En effet, cette organisation se consacre à sucrer les organisations sociales pour négocier avec elles une par une et affaiblir ainsi la lutte pour l’indispensable grande transformation. Signalons qu’elle s’est constituée en parti politique en créant le Parti de la révolution démocratique, le PRD, dans l’Oaxaca. Ce n’est pas sans importance, car aujourd’hui comme hier certains secteurs qui ne voient pas au-delà d’une lutte pour des réformes, simples carottes que le système promet sans jamais les réaliser, tirent de là leurs seuls arguments, ne concevant la lutte qu’au travers des partis, le regard rivé sur l’en haut.

Hector Sánchez est un métis nanti dépourvu de toute autorité morale et légitimité, inapte à conduire quelque processus de mutation sociale que ce soit dans l’Oaxaca. La nomination de ce triste sire nous permet d’apprécier à leur juste valeur les véritables intérêts de cette "consultation", simple manœuvre pour tenter de manipuler la société et contrôler les deniers publics : le changement dans la continuité, en somme.

Le jour de sa prise de fonctions, il a eu le culot de déclarer que "les défis auxquels doit faire face l’Oaxaca sont gigantesques, la réforme de notre l’État devant envisager des changements sur le fond et faire participer tous les Oaxaquiens qui souhaitent construire un État développé où règne la démocratie". Se réfère-t-il aux soi-disant Oaxaquiens "authentiques" ? À ceux qui ont monté Radio Ciudadana ("Radio citoyenne"), radio qui a polarisé la société ? Ou parle-t-il des privilégiés de tous temps ? Quoi qu’il en soit, il ne s’est pas privé d’ajouter que "la société oaxaquienne vit aujourd’hui un conflit qui n’est pas encore totalement apaisé, il est encore trop tôt pour affirmer que les blessures se sont refermées et qu’il ne s’est rien passé, la clameur populaire exige encore un changement, de nombreuses voix demandent à être écoutées, les plaintes et le mécontentement se font entendre ; ce sont les carences et les injustices, le fait de désespérer pouvoir les surmonter, qui ont provoqué cet état de crispation que nous avons connu récemment". Il suffit de savoir d’où sort cet individu pour nous rendre compte de quel côté il lorgne : du côté de la démobilisation, du mensonge et de la trahison.

Sa nomination et cette farce n’ont d’autre but que celui d’aggraver la crise que connaît cet État et de continuer à diviser, à polariser le peuple de l’Oaxaca.

Les propositions des nouveaux fonctionnaires du SEGOB et du gouvernement fédéral.

Le ministère de l’Intérieur a limité le nombre et la qualité des participants à une table de négociation où était représentée l’APPO, tandis que la répression continue. Lors d’une réunion récente, il a remis à l’APPO son "Pacte pour la gouvernabilité, la paix et le développement de l’État de l’Oaxaca", document que le ministre Abascal avait déjà tenté de faire passer le 3 octobre. Il s’agit de propositions sans fondements qui illustrent une vague intention d’encourager des réformes légales et institutionnelles, l’ensemble restant très vague. On y devine que le ministère sait pertinemment qu’il existe de très graves problèmes politiques et sociaux dans l’Oaxaca et que les revendications des peuples de cet État sont légitimes, mais il montre que cet organe a été et reste incapable de formuler le diagnostic exact de la situation et encore moins de prendre les mesures nécessaires pour affronter cette crise et la surmonter.

Il juge nécessaire de se réunir pour parvenir à élaborer un grand pacte pour l’Oaxaca. Ses membres disent qu’ils s’engagent à contribuer à un effort conjoint pour que la population indigène et métisse de toutes les communautés bénéficient réellement d’un système d’éducation et de santé, de logements dignes, d’emplois bien payés et des autres services publics dont ils ont été privés jusqu’ici.

Ils affirment avoir établi le diagnostic de la situation politique, économique et sociale de l’Oaxaca et que ce diagnostic leur permettra de parvenir, dans le cadre des institutions, non seulement à normaliser les activités de la population, mais aussi à promouvoir une nouvelle forme de convivialité.

Ce document mentionne également le fait qu’ils ont notamment pris conscience de l’importance d’une démocratisation effective par le biais d’une réforme de l’État, qui permette, associée à des mesures de détente à court terme, de rétablir des conditions propres au développement de la société oaxaquienne. Ils proposent en outre qu’un tel pacte rompe avec l’opposition classique démocratie parlementaire-démocratie directe, prônant un modèle de "démocratie participative".

Leur pacte viserait donc cinq objectifs distincts :

- Un nouvel équilibre des pouvoirs : une meilleure coordination entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif et la Justice ;
- La participation de la société aux décisions du gouvernement ;
- La reconnaissance de la diversité sociale dans l’Oaxaca ;
- Une économie propice au développement ;
- Un État providence pour éliminer la pauvreté, la marginalisation et l’abandon social dans l’Oaxaca.

Pour résumer, ce pacte social pour l’Oaxaca s’articulerait autour de trois axes - démocratie participative, bien-être social et modernisation de l’exercice du gouvernement -, ses propositions en vue d’une réforme complète s’inscrivant dans la dynamique "RÉFORME - DÉTENTE - DÉVELOPPEMENT".

La position actuelle de l’APPO

L’affrontement direct de certains secteurs de l’APPO et des barricadiers avec la PFP, le 25 novembre 2006, affrontement auquel participaient des nervis infiltrés incitant à une violence par ailleurs magnifiée et déformée par les médias, a donné une image négative de ce mouvement. L’APPO semble donc être tombée dans le piège tendu pour justifier face à l’opinion publique le déclenchement d’une répression décidée antérieurement. La réponse que l’APPO a donnée au terrorisme d’État a été de faire le "tlacuache" [1]. En dépit de la peur et de la paralysie qui s’étaient emparées de beaucoup de gens, l’APPO a donc fait le mort pendant quelques jours. Quand le gouvernement a cru que le mouvement avait été écrasé, elle a appelé à la marche du 1er décembre, qui est parvenue à rassembler 5 000 personnes. Certes, c’est un nombre insignifiant en comparaison avec les immenses cortèges des manifestations précédentes, mais c’est un nombre très élevé étant donné la persécution dont étaient victimes les habitants. Le Tlacuache avait remué une patte. Il s’est relevé complètement le 10 décembre, le mouvement se réorganisant, ce qui a permis au Tlacuache de regagner les montagnes pour y réfléchir, y opérer sa mue et réapparaître sous différents visages, qui caractérisent la substance de l’APPO. Le repli devant la répression lui a permis de se régénérer, de reprendre l’expérience et le travail en cours dans les villages, les communautés et les quartiers, tout en protégeant ses activités par l’ouverture d’un dialogue avec les institutions, dialogue conçu comme un moyen mais non une fin.

La Loi indigène proposée dans l’Oaxaca manifeste la faiblesse d’un processus reposant exclusivement sur des organismes civils qui, en contribuant à améliorer les lois (le regard fixé vers le haut), oublient la construction et la consolidation d’organisations des peuples à qui pourraient bénéficier de telles lois. Si l’on obtient de bonnes lois, comme un plébiscite pour déposer des autorités, par exemple, mais que les peuples ne sont pas organisés, les mêmes lois pourraient être utilisées par des caciques et se retourner contre les rares autorités honnêtes. Ce que nous voulons dire, c’est que la lutte ne s’achève pas en obtenant des réformes appropriées, mais avec l’engagement quotidien des peuples pour qu’une telle transformation soit effective.

C’est pourquoi l’APPO appelle à la formation de groupes de réflexion au niveau local et régional pour être en mesure de connaître et de formuler les changements que le peuple de l’Oaxaca veut voir réalisés et dans lesquels il a déposé ses espoirs. L’heure est à la parole et à l’écoute pour que s’exprime la population. Un premier pas dans cette direction est la Première Assemblée régionale de l’APPO qui aura lieu les 27 et 28 janvier 2007 à Ciudad Ixtepec et à laquelle sont invités à participer l’APPO ainsi que les organisations et les secteurs de la région, pour examiner ensemble plusieurs questions, dont l’économie, l’éducation, la culture, l’environnement, la santé, la démocratie, le territoire et la communication.

La réflexion engagée sur ces questions est une manière d’encourager un dialogue qui permette de construire une nouvelle société de paix, de justice et de liberté pour la vie bonne et digne rêvée par tous et par toutes.

Actuellement, on étudie les conditions minimales pour qu’un tel dialogue au sein de la société puisse se faire. L’Intérieur a autorisé ces groupes de réflexion à la condition expresse qu’on y aborde exclusivement la réforme de l’État et non la libération des prisonniers politiques ni la destitution d’Ulises Ruiz Ortiz, qui "est en cours", s’imaginant que la question sociale dans l’Oaxaca s’est diluée après les mesures de répression entamées le 25 novembre. De son côté, l’APPO ne renoncera à exiger ni le départ d’Ulises Ruiz, ni à ce qu’il soit châtié pour les crimes commis conte le peuple de l’Oaxaca, ni la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques et la présentation des disparus, sans compter l’annulation immédiate de tous les mandats d’arrêt visant les militants de la lutte sociale. Aucune réforme de cet État et aucun changement radical ne pourront s’effectuer tant qu’Ulises Ruiz Ortiz sera gouverneur.

Il est essentiel de continuer à réactiver le mouvement par toutes sortes de mobilisations et de manifestations publiques de solidarité, mais aussi et surtout d’encourager la réflexion et l’élaboration de propositions concrètes envisagées par l’APPO. Cela doit s’accompagner des groupes de réflexion impulsés par l’Initiative citoyenne, pour que nous puissions tous et toutes réussir à transformer radicalement l’Oaxaca mais aussi à nous transformer, nous.

Un tel éventail de propositions fait automatiquement surgir plusieurs questions. Peut-on lutter pour des réformes légales et institutionnelles dans l’Oaxaca et simultanément s’organiser en bas pour une transformation réelle de la société ? Devons-nous nous épuiser dans un dialogue avec des institutions qui ont toutes les chances de ne pas tenir leurs éventuels engagements et abandonner la construction de notre autonomie ? N’oublions pas que le gouvernement de Zedillo avait effectivement signé les Accords de San Andrés, ce qui ne l’a pas empêché de ne pas les respecter ou de les appliquer, de même que la loi de l’OIT qui envisage le droit des peuples à l’autodétermination dans les faits n’est nulle part appliquée. En admettant que les réformes institutionnelles sont de quelque utilité pour faciliter de véritables changements, comment éviter qu’elles absorbent toutes nos énergies et concentrent tous nos espoirs, au lieu de les placer dans la construction d’une complète autonomie ?

Nous avons à effectuer un choix "stratégique" non seulement dans les formes mais aussi sur le fond de la question. Peut-on effectuer des changements ou des réformes à moyen terme tout en poursuivant une stratégie de transformationradicaleàlongterme ?

Dans l’éventualité où des réformes et le dialogue seraient acceptés, il est de toute première importance qu’elles ne constituent qu’une première étape au sein d’une stratégie plus profonde... Pour cela, leurs acteurs doivent être des personnes jouissant d’une pleine légitimité, réellement représentatives, et que l’un des objectifs avoués du mouvement oaxaquien soit en permanence d’avoir des serviteurs et non des leaders ou des dirigeants. Que ces acteurs ne servent pas d’intermédiaires entre le gouvernement et le peuple pour défendre leurs propres intérêts. Qu’ils ne finissent pas par être ce qu’ils critiquent. Que cette détermination des peuples de l’Oaxaca qui leur ont permis de résister aux assauts du gouvernement serve à construire un présent et un avenir communautaire, sans dirigeants mais avec des personnes entièrement au service de leurs peuples.

Il est vital que ce dialogue ne s’effectue pas en négligeant la pluralité la société qui appuie un tel processus. De cette manière, la lutte pour une transformation radicale s’accompagnera d’une véritable réflexion et pourra se poursuivre au-delà de la réalisation d’éventuelles réformes et sera en mesure de continuer à construire la régénération qu’attend l’Oaxaca.

N’oublions pas ! Coude à coude, épaule contre épaule, l’APPO, l’APPO c’est nous, ensemble.

Rubén Valencia Núñez [2].

Traduit par Ángel Caído.

http://www.ciepac.org/boletines/ultimo.php

Notes

[1] Le "tlacuache" est un animal prédateur qui s’attaque surtout aux volailles. Quand on le surprend et que l’on veut le tuer, il faut le frapper longuement, car lorsqu’il est sur le point de mourir, il fait le mort et cesse de respirer pour tromper son adversaire. Dès qu’il se sent à nouveau en sécurité, il sursaute et remue les pattes pour filer par où il est venu et regagne généralement les montagnes. Mais il revient toujours. (Note figurant dans l’original.)

[2] Ruben Valencia Núñez est conseiller de l’APPO pour la région de l’isthme de Tehuantepec et adhérant à l’Autre Campagne.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0