Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Les zapatistes de la Commune autonome Tierra y Libertad démentent des (...)

Déclaration du CBG "Hacia la Esperanza"

Les zapatistes de la Commune autonome Tierra y Libertad démentent des accusations de séquestration

Conseil de bon gouvernement de La Realidad

vendredi 23 mars 2007

Conseil de bon gouvernement "Hacia la Esperanza".
Caracol "Madre de los Caracoles del Mar de Nuestros Sueños".

À la société civile mexicaine et internationale,
À la presse nationale et internationale,

Les autorités de la Commune autonome Tierra y Libertad, par l’intermédiaire du conseil de bon gouvernement "Hacia la Esperanza", situé à La Realidad, Chiapas, Mexique, tiennent à communiquer ce qui suit.

1. Par une brève du correspondant Fredy Martines Pérez publiée dans le journal local Cuarto Poder le 17 mars 2007, nous avons appris que les autorités de la mairie d’Independencia ainsi que des proches parents de M. Flavio Jiménez Vásquez nous accusaient de l’enlèvement de ce dernier. C’est pourquoi nous intervenons pour démentir de telles accusations.

2. La Commune autonome de San Pedro de Michoacán n’est en aucune façon mêlée à cette affaire : le correspondant de Cuarto Poder se montre gravement irresponsable en ne vérifiant pas en détail ses informations avant de les livrer à la publicité. Nous tenons donc à récuser ces accusations erronées émises à notre encontre et nous nous limiterons à exiger du journal Cuarto Poder plus de sérieux afin de s’en tenir à la vérité.

3. L’arrestation de Flavio Jiménez Vásquez n’est pas due à un enlèvement, mais pour ne pas avoir respecté l’accord qu’il avait signé avec la famille d’une personne décédée lors d’un accident qui s’est produit au mois de décembre, accord dans lequel il s’engageait à verser la somme de 30 000 pesos exigée par la famille du défunt. Le 6 mars dernier, à conclusion du délai convenu pour ce paiement, M. Flavio Jiménez Vásquez ne s’étant pas présenté, la famille du défunt, en la personne de Francisco Morales et de Juan Morales, père du défunt, a donc porté plainte, en date du 10 mars, pour exiger le respect de cet accord.

4. Flavio Jiménez Vásquez a également violé d’autres accords qu’il s’était engagé à respecter, tel celui concernant la ligne de transport desservant Tzovol et le troisième secteur que couvre cette ligne. Il a en outre procédé à des détentions illégales en complicité avec le bureau de la circulation routière de Comitán zone frontière, qui n’a rien fait jusqu’ici pour résoudre ce conflit concernant les transports publics, se faisant payer au contraire une certaine somme d’argent pour favoriser le troisième secteur. C’est là une preuve supplémentaire de la grande complicité des autorités gouvernementales, qui ne font mine de résoudre les conflits qu’en échange d’argent et refusent d’apporter une véritable solution aux problèmes qui existent.

5. En vertu de tout ce qui précède, nous démentons publiquement les accusations d’enlèvement lancées à l’encontre de nos communes autonomes. Flavio Jiménez éclaircit lui-même les circonstances de sa détention dans un document de sa propre main (cf. document en annexe). Dès qu’il aura rempli ses engagements, il sera libre de poursuivre normalement ses activités. De notre côté, nous lui fournissons tout le nécessaire, dans la mesure de nos moyens.

Salutations.
Commander en obéissant.

Conseil de bon gouvernement "Hacia la Esperanza"
Le 20 mars 2007.

Traduit par Ángel Caído
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0