Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Communiqués et déclarations de l’EZLN > Comment s’organise la Commission Sexta pour la deuxième étape de l’Autre (...)

Comment s’organise la Commission Sexta pour la deuxième étape de l’Autre Campagne

Communiqué de la Commission Sexta et du CCRI-CG de l’EZLN

jeudi 12 avril 2007

Communiqué du Comité clandestin révolutionnaire indigène - Commandement général de l’Armée zapatiste de libération nationale.
Mexique.

Le 8 avril 2007.

Par l’intermédiaire de sa Commission Sexta, l’EZLN s’adresse respectueusement à tous les compañeros et à toutes les compañeras adhérant à la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone et aux sympathisant(e)s de l’Autre Campagne, pour leur communiquer ce qui suit :

I. Au sujet de la consultation interne concernant les six points de l’Autre Campagne

A) Au début du mois de mars 2007, la Commission Sexta de l’EZLN a remis toutes les réponses à cette consultation - reçues soit directement, soit à travers les brigades de l’Autre Campagne organisées expressément dans l’ensemble du pays - à un groupe de compañeras et de compañeros adhérents pour qu’ils dépouillent les résultats afin de pouvoir les rendre publics.

B) Le dépouillement n’a pas été simple, mais dans quelques jours ces compañeras et compañeros nous remettront les résultats finaux et, dès que nous les auront reçus, nous les communiqueront à la connaissance de tous les compañeros et toutes les compañeras de l’Autre Campagne. Cela dit, nous savons déjà que cela représente la parole de plus de 10 000 adhérents et adhérentes ayant répondu à titre individuel ou par familles, groupes, collectifs ou organisations (sans oublier, évidemment, les zapatistes).

II. Au sujet de ce qu’a été la première étape de la participation directe de l’EZLN à l’Autre Campagne

A) En tant qu’EZLN, nous pensons que la première étape, telle que nous l’avions envisagée, a rempli ses engagements, à savoir : écouter pour se connaître et se respecter. Cette première étape a en effet permis que des luttes et des résistances dans l’ensemble du Mexique puissent être connues et aussi que la plupart des personnes participant à cette tentative puissent dire qui elles sont, où elles en sont, comment elles voient le monde et leur pays, le Mexique, ce qu’elles veulent faire et comment elles pensent le faire.

B) Contrairement à ce que prétendaient certains de ceux d’en haut, l’Autre Campagne a survécu à l’ivresse électorale et poursuit son chemin pour devenir le point de repère des luttes qui sont menées en bas et à gauche. Des gens qui s’étaient tenus à l’écart de l’Autre Campagne tournent les yeux et tendent l’oreille maintenant vers elle, se demandant si elle parviendra à se consolider et à devenir une voie indépendante et de gauche dans la lutte pour un autre Mexique.

C) Ceux qui prétendaient que dans le nord de notre pays l’Autre Campagne n’obtiendrait aucun écho, affirmant que c’était le fief du soutien du PAN, de la droite, se sont trompés du tout au tout. Non seulement le nord du Mexique souffre des mêmes injustices que le reste du peuple mexicain, mais il est également riche de lutte et de mouvements anticapitalistes et de gauche. Le Nord (l’Autre Nord) existe aussi.

D) Pour ce qu’ont pu constater et constatent encore les zapatistes, ce sont les peuples indiens, les jeunes et les femmes, comme travailleurs et travailleuses et avec leurs différences, qui constituent la partie la plus décidée de l’Autre Campagne.

III. Au sujet de la répression dont nos compañeras et compañeros sont victimes dans tout le Mexique, et notamment au Yucatán, et de l’exigence de la liberté et de la justice pour Atenco et pour Oaxaca

A) Il y a presque un an, en mai 2006, la lâche attaque qu’a subie Atenco marquait le début d’une campagne de persécution et de répression visant nos compañeras et compañeros de l’Autre Campagne dans tout le Mexique. Depuis, on a procédé à la mise en place d’un réseau qui nous permette de communiquer rapidement la répression que nous subissons et, quoique de manière irrégulière pour l’instant, de nous épauler mutuellement.

B) Bien qu’elle ne soit pas de la dimension de la répression dont ont été victimes Atenco et Oaxaca, d’autres compañeras et compañeros de La Otra ont été attaqués sans recevoir le soutien de l’ensemble des adhérent(e)s.

C) Aux attaques et au harcèlement que subissent les communautés indigènes zapatistes, il faut ajouter la répression dont sont actuellement victimes nos compañeras et compañeros de l’Autre Yucatán, qui ont été réprimés et emprisonnés pour avoir protesté contre la visite qu’a effectuée Bush dans cet État mexicain. Les autorités voudraient extorquer plusieurs de ces compañeras et compañeros en exigeant de colossales sommes d’argent pour les relâcher sous caution, tandis qu’elles en maintiennent d’autres en détention sous le prétexte d’accusations ridicules et sans aucune base légale.

Dans ce cas bien précis, nous appelons de manière spéciale tous les compañeros et toutes les compañeras de l’Autre Campagne au Mexique et au nord du Río Bravo pour lancer, dès le 10 avril prochain, une vaste campagne de soutien et de solidarité avec nos compañeras et compañeros de l’Autre Yucatán et exiger leur libération.

D) La lutte pour obtenir la libération de nos compañeras et compañeros d’Atenco n’ayant pas terminé, nous appelons également l’ensemble de l’Autre Campagne à organiser des manifestations, les 3 et 4 mai, pour exiger la liberté et la justice pour Atenco et Oaxaca.

Plus précisément, une marche sera organisée à Mexico le 4 mai 2007, qui partira de l’Ange de l’Indépendance, à 16 heures (4 heures de l’après-midi) en direction du zócalo de la ville de Mexico. Et le 5 mai, un convoi motorisée se dirigera vers la prison de Santiaguito pour faire savoir à nos prisonniers et à nos prisonnières que nous ne les oublions pas et qu’ils ne sont pas seuls.

IV. Au sujet de ce que devrait être la deuxième étape pour les zapatistes et de leur participation directe à cette étape

A) La première étape, celle de l’écoute et de la rencontre, étant achevée, nous, les zapatistes, nous pensons qu’il faut maintenant commencer à élaborer une première ébauche du programme national de lutte.

Il faudrait désormais que les souffrances de notre peuple ne restent plus isolées dans une simple dénonciation, dénonciation par ailleurs indispensable, mais qu’elles commencent à être systématisées et à être communiquées par les gens qui endurent ces souffrances.

Il ne suffit plus, par exemple, de dénoncer le fait que la réforme de l’article 27 de la Constitution mexicaine effectuée par Salinas a légalisé la guerre de spoliation des terres contre les paysans et les communautés indigènes. Il est maintenant nécessaire de commencer à proposer non seulement l’abrogation de cette injustice faite loi, mais aussi que, d’en bas et à gauche, on exprime ce qui devrait la remplacer.

Dans le moindre recoin de notre pays, cette spoliation porte un nom, de même que des mots concrets expriment la solution qu’exige le peuple mexicain.

B) Toutes nos souffrances et nos revendications doivent être systématisées pour pouvoir ensuite faire partie intégrante d’un programme national de lutte.

Il ne s’agit pas que ce soit un groupe ou une organisation, pas plus que l’EZLN ou un comité directeur ou un regroupement d’organisations, qui élabore ce programme national de lutte. Non, il faut que ce programme se construise petit à petit à partir des exigences exprimées par la bouche même de notre peuple.

C) C’est pourquoi nous appelons tou(te)s les adhérent(e)s à la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone et toutes les unités organisatrices de l’Autre Campagne à poursuivre, reprendre ou entamer des contacts avec les gens qui ont répondu à l’appel de l’Autre Campagne, qui sympathisent ou qui font partie de notre mouvement, à commencer à aborder ce que sera notre programme national de lutte.

D) La Commission Sexta de l’EZLN procèdera de même dans l’ensemble du pays afin de commencer à donner forme et contenu à notre souffrance et à la lutte qui s’organise en bas et à gauche.

V. Au sujet de la façon dont la Commission Sexta de l’EZLN s’est organisée pour la deuxième étape de sa participation directe à l’Autre Campagne

A) Pour organiser sa participation à cette deuxième étape, la Commission Sexta de l’EZLN a établi un regroupement territorial par zones et par régions, de la façon suivante :

ZONE NORD.- Comprenant 3 régions :

Région nord-occidentale : États de Sinaloa, Basse-Californie, Sonora, Chihuahua, territoire de Basse-Californie Sud et région transfrontalière ;

Région nord-centrale : États d’Aguascalientes, Durango, Zacatecas, San Luis Potosí Centre et San Luis Potosí Altiplano ;

Région nord-orientale : États de Coahuila, Nuevo León, Tamaulipas, Canton de La Laguna et le nord du Río Bravo.

ZONE CENTRE.- Comprenant 3 régions :

Région centre-orientale : États de Querétaro, Hidalgo, Puebla, Tlaxcala, Veracruz centre et nord et les différentes Huastecas ;

Région centre-centrale : État de Mexico et District fédéral de Mexico ;

Région centre-occidentale : États de Nayarit, Jalisco, Colima, Guanajuato et Michoacán.

ZONE SUD : Comprenant 2 régions :

Région Sud : États de Morelos, Guerrero et Oaxaca ;

Région sud-orientale : États de Chiapas, sud du Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatán et territoire de Quintana Roo.

PEUPLES INDIENS : en accord avec le Congrès national indigène, des rencontres seront organisées spécialement entre une délégation commune CNI-EZLN et les peuples indiens qui sont adhérents sur l’ensemble du territoire national.

B) Ces jours-ci, les trois délégations de la Commission Sexta finissent de s’installer dans les régions nord-ouest, centre nord et nord-est de la zone nord du Mexique, délégations qui effectueront leurs travaux avec les compañeras et compañeros de La Otra dans les États de cette partie de notre pays, du 10 avril courant au début du mois de juin 2007.

Des contacts seront également établis dans les jours qui viennent avec les délégations respectives du Congrès national indigène pour rencontrer les peuples indiens au nord du Mexique.

C) Les différentes délégations de la Commission Sexta se rendront aux divers endroits prévus en suivant la même procédure que celle adoptée lors de la première étape, à savoir : en fixant des dates pour chaque État, le calendrier des activités étant établi en fonction des propositions d’activités envoyées par "les Otras" de chaque lieu. Comme auparavant, nous demandons uniquement que l’on nous aide pour l’hébergement et pour la nourriture, et, si possible, avec le carburant pour le transport.

D) Pour les travaux dans le nord du Mexique, la délégation zapatiste se compose de la commandante Dalia, du commandant David, du commandant Emiliano, du commandant Eduardo, de la commandante Eucaria, du commandant Guillermo, de la commandante Kelly, du commandant Maxo, de la commandante Miriam, du commandant Moisés, de la commandante Sandra, de la commandante Susana, du commandant Tacho, de la commandante Yolanda, du commandant Zebedeo et du sous-commandant insurgé Marcos.

La délégation de la Commission Sexta dans le nord-est du Mexique (États de Nuevo León, Coahuila, Tamaulipas, Canton de La Laguna et nord du Río Bravo) se trouve déjà au siège de cette délégation, installé à Monterrey, dans le Nuevo León.

La délégation de la Commission Sexta dans le centre nord du Mexique (États d’Aguascalientes, Zacatecas, Durango, San Luis Potosí Centre et San Luis Potosí Altiplano) se trouve déjà au siège de cette délégation, installé à Aguascalientes, dans l’État d’Aguascalientes.

Les délégations de la Commission Sexta dans le nord-ouest du Mexique (États de Basse-Californie, Chihuahua, Sinaloa, Sonora et territoire de Basse-Californie Sud) devant se rendre au campement Cucapá et auprès des peuples indiens (conjointement avec le Congrès national indigène) prendront leurs quartiers et entameront leurs travaux respectifs le 10 avril, dans la communauté indigène cucapá d’El Mayor, dans la Basse-Californie.

E) Du mois de septembre au mois de décembre 2007, la Commission Sexta de l’EZLN formera deux nouvelles délégations qui se rendront séparément dans les zones Centre et Sud pour appuyer le travail de l’Autre Campagne sur place.

VI. Au sujet de l’Autre Campagne, en bas et à gauche

Pour l’instant, ignorés par ceux qui en haut sont ce qu’ils sont, mais échangeant nos regards et nous écoutant entre nous, l’Autre Campagne continue de chercher, de trouver et de construire, non plus seulement les marcheurs et les marcheuses, mais aussi le chemin, les étapes et le but : un autre Mexique, un Mexique meilleur, plus juste, plus libre et plus digne.

C’est tout pour aujourd’hui, compañeras et compañeros.

Liberté et justice pour Atenco !
Liberté et justice pour Oaxaca !
Des montagnes du Sud-Est mexicain.
Pour le Comité clandestin révolutionnaire indigène-Commandement général de l’Armée zapatiste de libération nationale.
Commission Sexta de l’EZLN.
Sous-commandant insurgé Marcos.
Mexique, avril 2007.
Traduit par Ángel Caído
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0