Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Lettre adoptée à Paris lors de la journée de solidarité du 5 mai (...)

Lettre adoptée à Paris lors de la journée de solidarité du 5 mai 2007

lundi 7 mai 2007

Lettre adoptée le 5 mai à Paris, lors de la journée de solidarité
pour la défense de la terre et du territoire

Réunis aujourd’hui à Paris pour une journée de solidarité avec les luttes sociales au Mexique, nous protestons avec la plus grande énergie contre le nouveau pas franchi dans la répression par l’État mexicain.

L’arrestation et le contrôle à un barrage de l’État fédéral, le 29 avril 2007, des représentants Miriam, Eucaria et Zebedeo de l’EZLN et des personnes les accompagnant dans cette étape de l’Autre Campagne témoignent de la volonté de l’État mexicain de s’attaquer à tous ceux qui luttent, y compris pacifiquement, pour un monde plus juste, pour la démocratie et la liberté. Ce nouvel événement survient après la répression barbare qui s’est produite à Atenco il y a tout juste un an, également après l’extrême violence employée pour venir à bout de la commune libre d’Oaxaca, et la réactivation des groupes paramilitaires au Chiapas depuis la fin de l’année dernière, débouchant sur une multiplication des agressions à l’encontre des communautés zapatistes. Nous ne pouvons qu’être extrêmement inquiets devant la multiplication des actes de terrorisme d’État perpétrés par les gouvernements mexicain successifs de Vicente Fox et de Felipe Calderón.

Nous témoignons de notre entière solidarité avec les communautés et personnes victimes de cette violence utilisée par un État qui n’est plus que le bras armé des puissances financières capitalistes et dont la seule raison d’être est aujourd’hui de protéger une minorité de privilégiés contre ceux de plus en plus nombreux qui luttent en bas, à gauche pour une autre société.

La Confédération national du travail (CNT), le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (CSPCL), le Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA) et les gens réunis ce jour-là.

Solidaridad con las víctimas de la represión

Reunidos en Paris el sábado 5 de mayo, en un día de solidaridad con las luchas sociales en México, protestamos de la manera más enérgica contra el reciente paso represivo dado por el Estado mexicano.

La detención, en un retén militar del estado de Nuevo León, el 29 de abril de 2007, de l@s comandant@s del EZLN, Miriam, Eucaria y Zebedeo, y de las personas que los acompañaban en esa etapa de la otra campaña, es prueba de la voluntad del Estado mexicano de atacar a todas y todos los que luchan, inclusive si es de forma pacífica, por un mundo más justo, por la democracia y por la libertad.

Estos hechos ocurren exactamente en el primer aniversario de la bárbara represión en San Salvador Atenco y en continuidad con la extrema violencia usada para intentar acabar con la comuna libre de Oaxaca. Estos hechos ocurren después de la reactivación de los grupos paramilitares en Chiapas a finales del año 2006 y que han conducido a la multiplicación de las agresiones contra las comunidades zapatistas.

No podemos evitar sentirnos preocupados frente el aumento de los actos de terrorismo de Estado perpetrados por los gobiernos de Vicente Fox y de Felipe Calderón.

Declaramos nuestra entera solidaridad con las comunidades y las víctimas de la violencia ejercida por un Estado que es el brazo armado de las potancias financieras capitalistas y cuya única razón de ser es, hoy, la de proteger a una minoría de privilegiados contra los que, cada más numerosos, luchan abajo y a la izquierda por la construcción de otra sociedad.

La Confederación Nacional del Trabajo (CNT), el Comité de Solidaridad con los Pueblos de Chiapas en Lucha (CSPCL), el Comité de Solidaridad con los Indios de América (CSIA) y la gente reunida en el Día de Solidaridad.

http://www.jornada.unam.mx/2007/05/07/index.php?section=opinion&article=002a2cor

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0