Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Agressions répétées de membres de l’OCEZ contre des bases de soutien (...)

Déclaration du CBG "Corazón del Arcoiris de la Esperanza"

Agressions répétées de membres de l’OCEZ contre des bases de soutien zapatistes

Conseil de bon gouvernement de Morelia

dimanche 13 mai 2007

Conseil de bon gouvernement "Corazón del Arcoiris de la Esperanza"
Caracol "Torbellino de Nuestras Palabras"

Le 2 mai 2007.

À la société civile mexicaine et internationale,
À la presse nationale et internationale,
Aux organismes de défense des droits humains fondamentaux,

Par la présente, le Conseil de bon gouvernement "Corazón Arcoiris de la Esperanza" DÉNONCE les agressions, les provocations et les vols dont ont été victimes nos compañeros des bases de soutien de la communauté El Carrizal, dépendant de la Commune autonome rebelle zapatiste Ernesto Che Guevara, exactions perpétrées par des membres de l’Organisation paysanne Emiliano Zapata (OCEZ, Organización Campesina Emiliano Zapata) appartenant à cette même communauté.

Le 6 mars dernier, des membres de l’organisation mentionnée ont volé du bétail dans la communauté El Carrizal, mais ils ne se sont pas arrêtés là : ils sont entrés chez nos compañeros, à qui ils ont dérobé du maïs, du café, un moulin à nixtamal et des outils agricoles (des machettes, des pioches et des bêches). Le même jour, poursuivant leurs provocations, les membres de la même organisation ont bloqué le passage de deux tracteurs de nos compañeros qui se rendaient aux champs pour une deuxième journée de travail. (La veille en effet, ils avaient pu y travailler un peu, mais des membres de l’OCEZ armés de machettes et autres armes blanches n’ont pas tardé à les interrompre, menaçant le conducteur du tracteur de lui confisquer les clés du véhicule s’il ne s’en allait pas immédiatement.) Les compañeros ont demandé des explications et ont voulu savoir pourquoi on leur bloquait le passage, mais les membres de l’OCEZ ont refusé toute discussion.

Le 20 avril dernier, vers 18 heures, deux membres de la même organisation - l’un d’eux identifié comme Ricardo Sántiz López, fils de Ramiro Sántiz López qui se prétend dirigeant de l’OCEZ dans cette communauté - sont allés chez Tomás Sántiz pour le provoquer et ont ensuite provoqué des dégâts chez d’autres particuliers, lançant des pierres contre les bâtiments et cassant les toits. Plus tard, vers 21 heures, des coups de feu ont été tirés.

Enfin, le 21 avril dernier, vers 17 heures, des membres de l’OCEZ ont à nouveau provoqué des affrontements avec l’organisation ORCAO, tirant de nombreux coups de feu d’armes de gros calibres. Au cours de cet affrontement, les membres de l’OCEZ ont profité de la confusion pour saccager les logements de nos compañeros, à qui ils ont volé du maïs, des haricots, du café, des bombes d’arrosage, des outils des champs et des animaux de basse-cour. Ils ont aussi pillé le magasin d’un de nos compañeros, dérobant des marchandises pour une valeur de 6 000 pesos et endommageant un réfrigérateur et une caisse enregistreuse.

Ces faits sont corroborés par des preuves et par plusieurs témoignages qui démontrent le pillage auquel se sont livrés et continuent de se livrer les membres de l’OCEZ à l’encontre de compañeros de cette communauté. Personne n’ignore que l’OCEZ cherche à expulser nos bases de soutien de cette communauté. Cela fait plusieurs années que nos compañeros doivent résister à ces agressions et au vol de leurs biens, sous le seul prétexte de ne pas être des sympathisants de l’OCEZ.

Aussi déclarons-nous, en qualité de Conseil de bon gouvernement, que :

1. Nous protestons énergiquement contre de telles pratiques de l’OCEZ, que cette organisation ne cesse d’effectuer à l’encontre de nos compañeros ;

2. Nous appelons cette organisation à cesser de perpétrer de telles provocations, à cesser de voler et de saccager les maisons de nos compañeros, et nous exigeons que leurs possessions soient respectées et qu’une telle violence prenne fin ;

3. Nous appelons M. Ramiro Sántiz López, qui se prétend dirigeant de l’OCEZ, à faire preuve de civisme et d’intelligence. Une organisation comme celle-ci, qui a pris le nom de Zapata, devrait démontrer qu’elle lutte pour les indigènes et les paysans, respectant ainsi les idéaux de Zapata au lieu de faire le contraire.

Pour finir, nous tenons à signaler à ces personnes que ce n’est pas de nous que viendra la violence ou la mort et que nous nous battrons toujours pour la vie. Mais nous n’allons pas laisser les choses se passer de cette façon, parce qu’il n’est pas bon que les indigènes que nous sommes s’affrontent entre eux.

Pour le Conseil de bon gouvernement "Corazón del Arcoiris de la Esperanza" :
Jerónimo
César

Caracol IV, "Torbellino de Nuestras Palabras"
Chiapas, Mexique.

Traduit par Ángel Caído.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0