Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Sur la Réserve écologique communautaire zapatiste de Huitepec

Déclaration du CBG "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo"

Sur la Réserve écologique communautaire zapatiste de Huitepec

Conseil de bon gouvernement d’Oventik

dimanche 9 septembre 2007

Conseil de bon gouvernement Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo
Caracol Resistencia y Rebeldía por la Humanidad

Le 30 août 2007.

À l’opinion publique,
À la presse nationale et internationale,
À la société civile mexicaine et internationale,
Aux moyens de communication nationaux et internationaux,

Le Conseil de bon gouvernement "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo", siégeant à Oventik, dans le Caracol II "Resistencia y Rebeldía por la Humanidad", zone des Altos de Chiapas, Mexique, tient à dénoncer publiquement et à faire savoir les faits suivants concernant la Réserve écologique communautaire zapatiste de Huitepec :

Comme on le sait parfaitement, tant au Mexique qu’au niveau international, en 2006, la communauté de Huitepec Ocotal, deuxième district de la commune de San Cristóbal de las Casas, État du Chiapas, a décidé de déclarer "zone naturelle protégée et réserve écologique communautaire zapatiste" El Huitepec, avec l’accord du Conseil de bon gouvernement de la zone des Altos, et d’y installer, dès le mois de mars 2007, un campement d’observateurs civil, avec la participation de membres des bases de soutien zapatistes ainsi que de la société civile nationale et internationale.

En dépit de cela, notre réserve écologique communautaire n’a pas été respectée, des personnes n’ayant rien à y faire y pénétrant en effet à tout moment comme s’il s’agissait de leur propriété privée, ainsi que le montre notamment les faits suivants :

    1. Le 2 avril, un individu a été surpris en train de couper un arbre et, quand il lui a été demandé de ne pas le couper, il a refusé d’obtempérer et s’est montré très agressif, ce qui a empêché que l’on puisse relever son identité.
    2. Le 4 avril, des soldats de l’armée fédérale ont pénétré, avec un véhicule Hummer, dans le campement de la société civile en prenant des photos, puis ils se sont rendus au pied des antennes, où ils sont restés une heure.
    3. Le 5 avril, une des patrouilles effectuant une ronde dans la réserve écologique a trouvé certains des écriteaux barrés et endommagés.
    4. Le 8 avril, 7 femmes ont été surprises alors qu’elles emportaient du bois coupé et il leur a été dit de ne pas couper du bois ; elles, par contre, ne se sont pas montrées agressives.
    5. Le 30 avril, 6 personnes ont été découvertes cherchant du bois de chauffage dans la réserve et il leur a été dit de ne pas venir chercher de bois dans cette réserve afin de ne pas maltraiter les arbres. Ce même 30 avril, cependant, 3 jeunes ont été surpris coupant du bois et cherchant de l’eau.
    6. Le lendemain 1er mai, ces mêmes 3 jeunes, accompagnés en cette occasion par leur patron, ont été surpris en train de creuser un puits. Au cours de la discussion qui a suivi, il leur a été dit qu’ils se trouvaient dans une réserve écologique et que s’ils voulaient y prendre quelque chose il leur fallait la permission du Conseil de bon gouvernement. Ils ont prétendu qu’ils avaient besoin d’eau pour leur communauté, mais on ignore si c’est la vérité.
    7. Le dimanche 6 mai, des inconnus à bord de 2 camionnettes ont débarqué dans le campement de la société civile, affirmant qu’ils étaient venus prier sur la colline. Un des véhicules était un minibus bleu sans plaques d’immatriculation, l’autre une camionnette blanche immatriculée CY-89-451.
    8. Le 14 juin, 2 personnes ont été surprises qui coupaient du bois. On leur a dit la même chose, de ne pas entrer dans la réserve pour ne pas endommager les arbres.
    9. Le 15 juin, un tuyau a été découvert connecté à un petit puits. On ignore qui l’a posé, aussi les compas des bases de soutien du campement ont-ils décidé de le déconnecter.
    10. Le 16 juin, une femme a été surprise en train de récolter des fleurs qu’elle avait plantées dans la réserve.
    11. Le 21 juin, un groupe de touristes se promenaient sans permission dans la réserve écologique. La personne leur servant de guide possède une auberge à San Cristóbal, près de la place du Cerrillo.
    12. Le 25 juin, on a découvert plusieurs endroits dans la réserve où avaient été plantés environ 500 arbres, sans que l’on sache qui avait pu planter ces arbres en quelques heures.
    13. Le 21 août, un des écriteaux a été trouvé scié, sans que l’on sache qui a pu le scier.
    14. Également, selon les informations qui nous sont parvenues, Mariano Diaz Ochoa, un des actuels candidats aux élections à la mairie de San Cristóbal de las Casas, déclare dans le cadre de sa campagne que quand il aura été élu il procèdera à l’expulsion de la Réserve écologique zapatiste.

Salutations.

Pour le Conseil de bon gouvernement "Corazón céntrico de los Zapatistas delante del mundo", Zone Altos de Chiapas, Mexique.

Mario Ruiz Arias
Edgar Varera Ortiz
Guadalupe Diaz Diaz
Senayda Luna Lopez

Traduit par Ángel Caído.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0