Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Acharnement judiciaire contre David Venegas, conseiller de l’APPO et membre (...)

Voix d’Oaxaca construisant l’autonomie et la liberté

Acharnement judiciaire contre David Venegas, conseiller de l’APPO et membre de VOCAL

mardi 25 septembre 2007

Oaxaca de Juárez, Oaxaca, 21 septembre 2007

Compañeros et compañeras,

Encore une fois, ils refusent la liberté à David Venegas, "el Alebrije".

Nous vous informons qu’hier, 20 septembre 2007, les autorités du gouvernement de l’État d’Oaxaca ont commis une vilenie de plus à l’égard de notre compañero David Venegas, "El Alebrije".

Quelques jours plus tôt, pour la deuxième fois, les autorités fédérales lui concèdent un amparo (protection) en réponse au recours déposé contre l’emprisonnement de David pour les délits de sédition, association de malfaiteurs et dommages par incendie. Aussi est ordonnée la mise en liberté de notre compañero, puisque les autorités ont reconnu qu’aucun des trois délits dont David était accusé n’était fondé juridiquement.

Hier, alors que notre compañero devait être remis immédiatement en liberté, les autorités du gouvernement d’Ulises Ruiz ont émis un nouveau mandat d’arrêt pour cause de requalification des délits ; à présent les délits dont on accuse notre compañero sont les suivants :

Attaques contre les voies générales de communication, résistance de particuliers, rébellion, attaques dangereuses et délits commis contre des fonctionnaires.

À cause de cela, notre compañero n’a pas été libéré et il se trouve actuellement incarcéré injustement à la Pénitentiaire centrale d’Oaxaca, Santa María de Ixcotel, alors qu’il devrait jouir à présent d’une liberté absolue.

L’actuel gouvernement a tellement peur de laisser en liberté un jeune rebelle que ce n’est pas la première fois qu’il utilise des ruses et des arguties politiques et juridiques pour le maintenir en prison. Rappelons :

Abus n° 1. L’arrestation de David (avril 2007), prétendument pour possession de drogue, alors que notre compañero n’est ni distributeur ni consommateur de drogue.

Abus n° 2. Alors que la sortie de David était imminente du fait de l’inconsistance de l’accusation, on délivre un autre mandat d’arrêt pour les nouveaux délits de sédition, association de malfaiteurs et dommages par incendie.

Abus n° 3. Les menaces de l’assassin Ulises Ruiz envoyées au mois de mai 2007 à David et sa famille.

Abus n° 4. Au mois de juin, alors que David gagnait un amparo face aux délits dont on l’accusait, les autorités de l’État font appel de cette décision et retardent ainsi encore la libération de David.

Abus n° 5. Alors que les autorités fédérales insistent sur le fait que les trois premiers délits ne sont pas fondés constitutionnellement et qu’on doit donc remettre David en liberté, il fait l’objet d’un nouveau mandat d’arrêt pour les cinq délits mentionnés plus haut.

Devant tous ces abus auxquels sont soumis chacun et chacune de nos compañer@s prisonniers et prisonnières politiques, et devant les onze ans d’injuste emprisonnement de nos frères prisonniers indigènes zapotèques de la région de Loxicha, nous invitons à se mobiliser le 25 septembre 2007 (onzième anniversaire de la répression de Loxicha).

À Oaxaca, ce jour-là, aura lieu une marche qui partira à 16 heures du paseo Juárez "El Llano".

Les grilles ne peuvent réduire la vérité au silence !
Liberté pour les prisonnier-e-s politiques !

Kolectivo Todxs Somos Presxs

Traduit par el Viejo.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0