Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Nouvelles agressions contre des bases de soutien zapatistes à (...)

Déclaration du CBG "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo"

Nouvelles agressions contre des bases de soutien zapatistes à Zinacantan

Conseil de bon gouvernement d’Oventik

dimanche 7 octobre 2007

Le Conseil de bon gouvernement "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo" dénonce les agressions survenues à Zinacantan.

SNAIL TZOBOMBAIL YU’UN LEKIL J’AMTELETIK TA O’LOL YO’ON ZAPATISTA TA STUK’IL SAT YELOB SJUNUL BALUMIL

Le 2 octobre 2007.

À L’opinion publique,
À la presse nationale et internationale,
À la société civile mexicaine et internationale,
Aux organismes de défense des droits de l’homme,
Aux médias alternatifs,

Le Conseil de bon gouvernement "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo", de la zone des Altos de Chiapas, siégeant au Caracol II d’Oventik, État de Chiapas, Mexique, tient à dénoncer publiquement les faits suivants.

Notre dénonciation a pour objet de porter à la connaissance de l’opinion publique mexicaine et d’autres pays les faits survenus dans la communauté de Chactoj, commune officielle de Zinacantan, État de Chiapas, dont la municipalité est gouvernée par le PRD.

Premièrement. Le 1er octobre 2007 s’est présentée dans les bureaux de notre Conseil de bon gouvernement une commission représentant une base de soutien zapatiste appartenant à la communauté ci-dessus mentionnée pour informer de ce qui s’était passé le dimanche 30 septembre. À savoir, un agent municipal a ordonné à d’autres policiers placés sous son commandement de procéder à l’arrestation de deux personnes membres des bases de soutien zapatiste de cette communauté, sous le prétexte qu’elles n’avaient pas participé au vote du parti du Soleil aztèque de la commune de Zinacantan. Nos deux compañeros ont été retenus onze heures durant, étant donné que dans cette communauté on a toujours obligé nos compañeros des bases de soutien à coopérer et à participer aux diverses manifestations organisées par le PRD.

Deuxièmement. Nos compañeros ont toujours accepté de collaborer, notamment aux différentes fêtes patronales, mais comme ils n’appartiennent plus à ce parti, ce qui est su de tout le monde, ils ont prévenu l’agent en question qu’ils n’allaient pas participer à ces élections car ils sont zapatistes. C’est ce qui a motivé leur arrestation et ils n’ont été libérés que vers 2 heures du matin, le lendemain 1er octobre.

Troisièmement. Quand ces deux personnes ont été libérées, les autorités de cette communauté les ont obligées à signer un document, sans qu’ils aient la possibilité d’en lire le contenu, et on leur a annoncé qu’ils allaient écoper d’une amende de 12 000 pesos ! Les intéressés n’ayant évidemment pas accepté de devoir payer une telle somme, les mêmes autorités ont décidé de leur confisquer toutes leurs possessions, ce qui représente 1 000 briques, une déchiqueteuse, trois canalisations et un tube de PVC de 6 mètres de long qu’ils avaient chez eux. On leur a tout confisqué, on leur a coupé le tuyau d’eau potable et on leur a aussi dit qu’on allait leur confisquer leur milpa.

Quatrièmement. Quand on les a libérés, on leur a encore demandé de payer une amende, d’un montant de 1 640 pesos, et comme nos compañeros n’ont pas autant d’argent on leur a donné une heure pour l’obtenir, mais tout ce qu’ils possédaient leur a déjà été enlevé.

Cinquièmement. Avec tout ça, nous n’y comprenons plus rien. En effet, le PRD prétend être un parti de gauche, un parti différent des autres partis, et parle beaucoup de démocratie. Mais nous nous demandons sérieusement : où est donc ce changement dont ils nous rebattent les oreilles ?

Sixièmement. Face à cette nouvelle injustice et aux provocations visant les bases de soutien zapatistes, en qualité de Conseil de bon gouvernement nous ne pouvons rester les bras croisés sans rien dire. Nous protestons énergiquement contre toutes ces injustices que commet le Parti de la révolution démocratique.

Septièmement. Nous exigeons que l’on respecte les peuples et les bases de soutien zapatistes et nous vous demandons d’être à l’écoute de ce qui pourrait arriver et des attaques dont pourraient être victimes les peuples zapatistes en différents lieux ou communautés.

Salutations.

Conseil de bon gouvernement "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo", Zone Altos de Chiapas, Mexique.

Patricia Hernández Santiz, Mateo Perez Gómez, Jorge Perez Hernández, Martha López Hernández, Esau Rodríguez Aguilar.

Traduit par Ángel Caído.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0