Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Les bases de soutien zapatistes de Zinacantán à nouveau privées d’eau par les (...)

Déclaration du CBG "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo"

Les bases de soutien zapatistes de Zinacantán à nouveau privées d’eau par les partisans du PRD

Conseil de bon gouvernement d’Oventik

lundi 26 mai 2008

Conseil de bon gouvernement Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo
Snail Tzobombail Yu’un Lekil J’amteletik Ta O’lol Yo’on Zapatista Ta Stuk’il Sat Yelob Sjunul Balumil

Le 22 mai 2008.

À la société civile mexicaine et internationale,

Le Conseil de bon gouvernement Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo tient à communiquer ce qui suit.

Concernant la spoliation que nous avons plusieurs fois dénoncée au cours des années précédentes, d’une parcelle de terrain sur lequel se situe le seul point d’eau dont disposent nos compañeros des bases de soutien de l’EZLN de la communauté de Sok’on, commune de Zinacantán :

Le problème reste entier à ce jour et les autorités officielles continuent de faire la sourde oreille à la souffrance de nos compañeras et compañeros de ces bases de soutien.

Pour nous, Conseil de bon gouvernement, il s’agit d’une démonstration éclatante du manque total de volonté de résoudre la situation de la part des autorités municipales, de l’État chiapanèque et de l’administration fédérale, car ce problème est loin d’être récent mais remonte à 2002 et n’a cessé de s’aiguiser. Il est intolérable qu’aucune des autorités officielles ne puisse ou ne veuille résoudre un conflit comme celui de Sok’on, où le manque d’eau affecte depuis des années nos compañeros bases de soutien, et ce, uniquement parce que les familles affiliées au parti au pouvoir se sentent dans leur droit pour spolier ceux qui n’appartiennent pas à leur parti. C’est ce qui empêche jusqu’ici nos compañeros bases de soutien d’user du droit de se servir de ce qui est à eux, en l’occurrence une source qui leur appartient depuis les temps ancestraux.

Nos bases de soutien ont totalement droit à s’approvisionner de l’eau de cette source car elle appartenait déjà à leurs ancêtres et qu’ils en ont pris grand soin et l’ont respectée, comme le faisaient leurs ancêtres. Il est donc particulièrement injuste que d’autres personnes venues d’ailleurs accaparent cette eau tandis que ses légitimes propriétaires souffrent de ne pas pouvoir utiliser le service de ce liquide vital.

En plus de ce qu’ils ont exproprié à nos compañeros des bases de soutien de la communauté de Sok’on dès 2002, les habitants de la communauté de Nachij, affiliés au PRD, ont onze sources auxquelles s’approvisionner, dont trois possédant un très gros débit, à tel point qu’il y en a de trop et que beaucoup de cette eau est stockée pour rien dans le bassin de dépôt. La communauté de Nachij n’a donc aucun motif et aucune raison de s’emparer de la sorte de cette source appartenant à nos compañeros des bases de soutien.

À cause des agissements des habitants de cette communauté partisans du PRD, nos compañeros bases de soutien sont dans une terrible situation car ils n’y a aucun autre point d’eau avec lequel ils pourraient satisfaire leurs besoins en eau, tandis que d’autres personnes en ont plus qu’ils n’en veulent. Or l’eau est une des principales sources de vie que la nature nous a généreusement données. Nous avons donc tous le droit de compter sur cette ressource que constitue l’eau. Pourtant, des personnes sans aucune conscience, comme ces partisans du PRD, sont capables de priver d’autres frères de la source qui leur appartient, sans s’inquiéter des conséquences que cela entraîne.

Le 1er mai 2008, nos compañeros des bases de soutien nous ont informé que, à 10 heures, les fonctionnaires du gouvernement Julio Roberto López Gómez, délégué de l’administration chiapanèque, et Ángel Solórzano Lara, opérateur politique, sont arrivés à la communauté de Sok’on.

À 15 heures, le jour même, sont arrivés Mariano López Pérez, sous-directeur du tribunal de justice indigène, ainsi que José de la Cruz, cacique de Nachij connu sous le surnom de Tzukipan, accompagnés par cinq agents d’une patrouille de la police de Sécurité publique, prêts à intervenir en fonction des événements.

On prétend que ces hauts fonctionnaires du Chiapas seraient simplement venus accompagner les partisans du PRD de Nachij pour célébrer la fête de la Sainte-Croix. Nous, nous disons que leur présence est très suspecte, sachant que c’est la première fois que des hauts fonctionnaires de notre État se rendent dans une communauté aussi éloignée de tout que Sok’on.

Nos compañeros des bases de soutien ont expliqué à ces hauts fonctionnaires que Nachij avait de nombreuses sources, dont certaines ont pu être visitées par ces membres du gouvernement, de sorte que ces injustices commises par les partisans du PRD ont pu être dûment constatées.

Aussi, en tant que Conseil de bon gouvernement, appelons-nous solennellement les autorités officielles à assumer leurs responsabilités et à résoudre immédiatement ce problème, parce que les compañeros de nos bases de soutien zapatistes ne peuvent endurer ainsi une telle situation, sans pouvoir compter sur leurs ressources en eau, car il est notoire que cette source leur appartient.

Nos compañeros des bases de soutien zapatistes ont toujours fait preuve de leur volonté de résoudre ce problème de manière pacifique et de parvenir à un accord, mais tout semble indiquer que les gens qui sont affiliés à un parti ainsi que leurs autorités n’ont pas la moindre volonté de résoudre pacifiquement ce problème, ils se contentent d’imposer leur volonté et d’humilier tous ceux qui n’appartiennent pas à leur parti.

En effet, nous, en qualité d’autorités de notre gouvernement autonome, avons convoqué en plusieurs occasions l’ancien maire de Zinacantán. Il n’a jamais cru bon de se présenter pour essayer de trouver une solution, par absence de volonté et manque total d’intérêt. On voit bien que cette attitude est partagée par tous les gens de son parti.

Quant à nous, nous tous et nous toutes, les zapatistes, sachez que nous ne sommes pas inhumains mais au contraire des êtres humains dignes, aussi tenons-nous à ce que ce problème se résolve de manière pacifique, pour peu que les administrations officielles manifestent un tant soit peu de bonne volonté et fassent preuve de compréhension.

Nous déclarons enfin que si les autorités gouvernementales ne prennent pas leurs responsabilités et ne cherchent pas à résoudre cette situation, nous les tiendrons pour principaux responsables de tous les agissements des gens du même parti, le PRD, qui affecteraient nos bases de soutien ainsi que de tout ce qui pourrait leur arriver suite à cette privation d’eau.

Voilà notre parole, nous suivrons attentivement l’évolution de ce problème.

Salutations.

Le Conseil de bon gouvernement Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo

Patricia Hernández Santiz, Mateo Pérez Gómez,
Esaú Rodríguez Aguilar, Flor López Pérez.

Traduit par Ángel Caído.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0