Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Appel à former la Caravane européenne au Chiapas

En solidarité avec l’autonomie zapatiste et l’Autre Campagne du Mexique

Appel à former la Caravane européenne au Chiapas

du 27 juillet au 12 août 2008

mardi 24 juin 2008

Appel à former la Caravane européenne au Chiapas
en solidarité avec l’autonomie zapatiste et l’Autre Campagne du Mexique
du 27 juillet au 12 août 2008

Un pont de solidarité...
Une voie pour partager les résistances et les rébellions
Pour alimenter nos rêves et nos espoirs communs
Depuis l’Autre Europe anticapitaliste
À l’Autre Mexique d’en bas et à gauche
Dans un même cœur
Pour un nouveau monde, meilleur et possible...

Il y a plus de quatorze ans maintenant que les zapatistes répondent, jour après jour, à la question « Pouvons-nous vivre et construire la rébellion pendant qu’une guerre permanente a lieu, sans que cette rébellion ne se transforme en terreur et en guerre ? ». Tout au long de ces années écoulées, les zapatistes ont inventé leur réponse à cette question dans la pratique, en construisant leur autonomie au Chiapas, en construisant aussi une autre voie et en proposant au Mexique et au monde leurs tentatives et expériences d’une « autre façon de faire de la politique ».

Ce qui a permis à une telle réalité de perdurer, c’est sans le moindre doute la dignité et la résistance quotidienne des femmes et des hommes zapatistes, ainsi que la solidarité reçue et donnée. L’extraordinaire puissance de cette dignité, de cette résistance et de cette solidarité ont permis de construire de la vie au lieu de la mort et de la rébellion pacifique au lieu de la guerre qu’a voulu de tout temps imposer la sainte alliance entre pouvoirs politiques et économiques mexicains. C’est cette même force zapatiste et solidaire qui a rendu possible la construction de l’espoir d’une autre voie, d’une autre manière de faire et d’une autre parole au sein des mouvements et des résistances de notre planète Terre, qui subit elle aussi la sauvagerie du capitalisme et de son modèle néolibéral.

Le danger et la barbarie qui menacent les zapatistes restent cependant très présentes. C’est pourquoi - aujourd’hui comme auparavant - il nous incombe une fois de plus de partager la solidarité comme cet espace et ce chemin communs où nous pouvons défendre la dignité rebelle qui vit et résiste dans les montagnes du Sud-Est mexicain et alimente en retour nos propres luttes, espoirs, méthodes et pratiques pour pouvoir instaurer, tous et toutes ensemble, un autre monde, nouveau, meilleur et possible.

La situation actuelle au Mexique est extrêmement grave et préoccupante. Ayant vu tous démasqués ses mensonges quant à la démocratie et au respect des droits humains fondamentaux, le gouvernement mexicain opte pour l’emploi de la force et de la répression brutale de la moindre dissidence, protestation et résistance sociale dans ce pays. Le harcèlement des communautés indigènes zapatistes n’a jamais cessé en quatorze ans, mais ces derniers temps la situation est plus qu’alarmante. La pression qui s’exerce contre les communautés et leurs habitants est désormais constante, asphyxiante, accompagnée de tout un éventail de pratiques policières, judiciaires, militaires et paramilitaires illégales et criminelles, dans la plus totale impunité : agressions, expulsions, disparitions, assassinats, emprisonnements, attaques des coopératives autonomes, blocus informatif, innombrables provocations visant à provoquer des conflits entre indigènes...

« Ceux qui ont fait la guerre savent en reconnaître les prémices et signes précurseurs. Les signes de la guerre se dessinent clairement sur l’horizon. La guerre, elle aussi, comme la peur, a une odeur. Et aujourd’hui on commence à respirer son odeur fétide sur nos terres », prévenait le sous-commandant insurgé Marcos, en décembre 2007.

Il nous revient également d’éviter une catastrophe et d’empêcher le gouvernement mexicain d’imposer ses plans de mort. Nous devons agir immédiatement ! La solidarité est notre arme. Il s’agit de renouveler sa force et son imagination. Faisons savoir aux zapatistes, à la société, au monde et aux gouvernements que le zapatisme continue d’être source d’inspiration, d’espoir, de vie et de solidarité. Faire savoir et montrer que les zapatistes ne sont pas seul-e-s. Que nous non plus, nous ne sommes pas seuls, nous ne sommes pas seules.

C’est pourquoi, et comme convenu lors de la Rencontre européenne pour la défense des communautés zapatistes et de l’Autre Campagne au Mexique et la lutte commune avec eux, organisée à Athènes du 9 au 11 mai 2008, nous lançons cet appel à la société civile internationale d’en bas à gauche et anticapitaliste, à réaliser tous et toutes ensemble la Campagne europénne de solidarité pour l’autonomie zapatiste et contre la guerre au Chiapas, à rejoindre les diverses initiatives qu’elle organisera ou suscitera et donc aussi à organiser, à renforcer et participer à la Caravane en soutien à l’autonomie zapatiste et à l’Autre Campagne mexicaine, qui entamera son périple le 27 juillet prochain à Mexico DF (avec la possibilité de s’y incorporer aussi le 3 août, en un point de son parcours qui reste à déterminer) et s’achèvera le 12 août en territoire zapatiste. Pour pouvoir participer et s’inscrire, prenez contact avec les collectifs et groupes de soutien aux zapatistes de votre pays ou de votre ville.

NON, LES ZAPATISTES NE SONT PAS SEUL-E-S

La solidarité européenne s’unit au pas rebelle des zapatistes et à l’Autre Campagne mexicaine.

Nous faisons tous partie des luttes diverses qui ouvrent dans le monde entier des voies autonomes pour construire un avenir différent pour l’humanité.

Traduit par Ángel Caído.

À CELLES ET CEUX QUI VEULENT PARTICIPER A LA CARAVANE

Quelques indications

- Les dates sont fixées ainsi que les points de départ et d’arrivée mais non le parcours et il est probable que l’on n’en ait le détail qu’une fois sur place.

- Pour des raisons de logistique et de sécurité : on ne peut rejoindre la Caravane qu’à deux dates fixes : le 27 juillet et le 3 août.

- Aucune personne non enregistrée ne pourra intégrer la Caravane : il faut donc le faire auprès des comités en France qui devront eux-mêmes communiquer la liste des personnes au comité de Paris (CSPCL), qui en fera une compilation pour l’envoyer au Mexique via Barcelone (coordinateur de l’enregistrement).

- Il y a des règles basiques à respecter comme zéro alcool et zéro drogue : les raisons sont multiples et ces consignes doivent être absolument respectées.

- Un document mexicain plus précis à l’égard des consignes sera rédigé et envoyé à tous pour que l’on ait les mêmes informations.

- L’organisation est assurée par La Otra Campaña au Mexique et par les zapatistes pour la partie qui aura lieu sur leurs territoires :

* la sécurité : il faudra assumer que l’on dépend de la commission de sécurité mexicaine ;
* l’alimentation et l’hébergement sont assurés et gratuits ;
* le transport est à charge de chacun des individus : il y aura des véhicules mis à disposition (cars probablement) et donc il s’agit de payer l’essence, les péages (éventuellement) et les réparations (si elles sont faisables sur place directement : donc des petites réparations).

L’organisation interne de la Caravane revient aux Européens :

* Commission registre : Barcelone
* Commission médias-communication : Italie
* Commission finances : Grèce, Athènes
* Commission activités culturelles : Paris
* Commission juridique : Suisse
* Commission information (consiste à récolter toute la documentation sur la Caravane : archives)

Pour ceux qui connaissent des avocats de confiance, il faudrait qu’ils soient contactés et qu’ils confirment si on peut solliciter leur aide en cas de besoin : si c’était le cas, c’est la commission suisse qui sera avertie et qui se chargera de faire le relais au niveau de chaque pays selon les personnes concernées.

Pour ceux qui veulent intervenir comme "médias autonomes, indépendants, libres, etc.", il devra sur place se coordonner avec la commission italienne : l’objectif étant également d’être en coordination avec la commission médias mexicaine, mettre en commun le matériel, le faire passer sur Internet, rédiger ou créer en commun un document final.

D’autres informations seront ultérieurement diffusées.

Un abrazo rebelde a tod@s.

P.-S.

Voir aussi sur le site Europa zapatista
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0