Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Les survols et les incursions militaires, camouflés en opérations antidrogue, (...)

Déclaration du CBG "Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo"

Les survols et les incursions militaires, camouflés en opérations antidrogue, augmentent aux alentours de la commune de San Andrés

Conseil de bon gouvernement d’Oventik

samedi 28 février 2009

Conseil de bon gouvernement Corazón Céntrico de los Zapatistas delante del Mundo
Snail Tzobombail Yu’un Lekil J’amteletik
Ta Olol Yo’on Zapatista Stuk’il Sat Yelob Sjunul Balumil

Le 26 février 2009.

À l’opinion publique,
À la presse nationale et internationale,
À la société civile mexicaine et internationale,
Aux organismes des droits humains,

Frères et sœurs,

Le Conseil de bon gouvernement « Cœur central des zapatistes devant le monde », zone des Altos de Chiapas, Mexique, dénonce devant l’opinion publique les faits suivants :

Premièrement. Depuis le 21 février, des hélicoptères de l’armée effectuant des patrouilles ont survolé plusieurs communautés de la commune de San Andrés Sakamch’en de los Pobres, principalement le centre du Caracol d’Oventik et d’autres communes proches. Ce n’est pas la première fois que cela se produit, au contraire, car depuis le début 2009 des avions et des hélicoptères de l’armée ont survolé en plusieurs occasions la zone des Altos où nous nous trouvons, mais dernièrement les patrouilles d’hélicoptères et d’avions, ainsi que les mouvements de troupes au sol ont nettement augmenté.

Deuxièmement. Le 24 février, un détachement de l’armée fédérale comprenant deux camions et une camionnette a pénétré dans la commune officielle de Santiago del Pinar, sous le prétexte d’y effectuer une opération commando pour repérer des plantations de marijuana.

Le même jour, dans l’après-midi, vers 14 ou 15 heures, un camion de l’armée fédérale a pris la direction de la communauté de Talomwits et a stoppé dans la communauté de Tsajalo, dont la plupart des habitants sont des partisans du PRI, pour y passer la nuit. Les soldats de l’armée fédérale n’étaient pas seuls, des partisans du PRI de la commune de San Andrés leur servaient de guides et portaient des uniformes, comme les troupes fédérales.

Troisièmement. Le 25 février, au lieu de se diriger vers le l’endroit où on prétendait qu’il y avait des plantations de marijuana, les soldats ont pris la route de la communauté de Tivo, patrouillant aux abords des maisons de compañeros des bases de soutien de l’EZLN, où l’on voit parfaitement qu’il n’y a aucune plantation de marijuana, uniquement les maisons et les potagers de nos compañeros, qui ne se consacrent nullement à la culture de stupéfiants. Dans l’après-midi, les soldats se sont retirés et se sont dirigés vers la commune officielle de Santiago del Pinar, où ils continuent de camper à l’heure actuelle.

Devant de tels événements, le Conseil de bon gouvernement de la zone des Altos tient à dénoncer énergiquement les agissements du mauvais gouvernement par le biais de son armée fédérale et des partisans du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), agissements qui constituent une provocation du gouvernement et un prétexte pour introduire ses troupes dans nos communautés.

Tout le monde sait parfaitement que la plantation, le trafic et la consommation de drogues et autres activités illicites sont interdits dans nos communes autonomes ainsi que sur l’ensemble du territoire zapatiste et qu’il s’agit d’un règlement obligatoire sur le territoire zapatiste. Cependant, les gens appartenant aux partis politiques n’ont que faire de tels règlements et y réalisent des activités illicites, avec le soutien et la complicité du mauvais gouvernement, de la police et de l’armée fédérale.

Jusqu’ici, personne n’a pu trouver de plantations de drogues appartenant aux bases de soutien zapatistes, parce que toutes celles qui ont été découvertes appartiennent à des membres des différents partis politiques et à des paramilitaires. Pour comble, ce sont ces mêmes gens qui guident les interventions de l’armée. On voit donc clairement qu’il s’agit d’un plan du mauvais gouvernement pour nous faire la guerre.

C’est ce qui explique que chaque fois que les soldats viennent chercher de la marijuana, ils ne font qu’arracher les plants les plus grands : les plus petits, ils les laissent pour qu’ils continuent de pousser et avoir ainsi un prétexte pour pouvoir revenir effectuer une autre opération de ce type.

Ces opérations commandos poursuivent en fait deux objectifs :

Premièrement. Les soldats et autres viennent récolter la marijuana et laissent les jeunes plants pour les récolter par la suite ; c’est d’autant plus évident que, chaque fois qu’ils viennent, ils ne demandent rien, savent parfaitement à qui appartient le terrain où il y a des plantations et laissent en liberté leurs propriétaires et ceux qui sont impliqués dans ces activités illicites.

Deuxièmement. Cela leur permet de pénétrer dans les communautés zapatistes, dans le but de reconnaître le terrain et d’étudier la situation, ainsi que de contrôler, provoquer et harceler nos communautés en résistance.

Les troupes sont guidées par des paramilitaires pour pouvoir se repérer et attaquer ou arrêter nos compañeros quand ils le veulent. Les fédéraux ne se cachent d’ailleurs pas pour dire qu’ils n’arrêteront pas les propriétaires des plantations même s’ils les trouvent sur place en train de récolter, sous prétexte qu’ils ont seulement ordre de détruire les plants.

Voilà notre parole pour l’instant. Nous continuerons de dénoncer tout ce qui affecte nos communautés et nos communes autonomes.

S A L U T A T I O N S

Le Conseil de bon gouvernement
Cœur central des zapatistes devant le monde,
zone des Altos de Chiapas,

Verónica Hernandez Hernandez, Guadalupe Díaz Díaz,
Edgar Barrera Ortiz, Simón Sántiz Gómez.

Traduit par Ángel Caído.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0