Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Atenco en lutte contre le projet d’aéroport > Liberté pour les prisonniers politiques d’Atenco

Rassemblement à Paris le lundi 4 mai de 18 h 30 à 21 h 30

Liberté pour les prisonniers politiques d’Atenco

à la fontaine des Innocents, RER Châtelet-les-Halles ou métro Les Halles

mercredi 22 avril 2009

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIERS POLITIQUES D’ATENCO (MEXIQUE)

En France, face aux effets de la crise, des salariés en colère retiennent leurs patrons pour les contraindre à la négociation, comme à Caterpillar. Imaginez que, pour ce seul fait, ils aient été condamnés à des dizaines d’années de prison... Or, c’est très exactement ce qui arrive aux prisonniers d’Atenco au Mexique !

Atenco est une bourgade des environs de Mexico. En 2001, ses habitants, mobilisés pour défendre leurs terres, ont réussi à empêcher la construction de ce qui devait être le nouvel aéroport de Mexico. Les gouvernements locaux et fédéraux leur en ont gardé une rancune farouche. En mai 2006, profitant d’un conflit mineur portant sur la vente de fleurs au marché, la police a lancé une opération qui s’est soldée par deux morts, des centaines d’arrestations brutales, le viol d’environ trente femmes. Ces atteintes gravissimes aux droits humains ont été reconnues, le 12 février 2009, par la Cour suprême de justice du Mexique. Hélas, dans sa délibération, la Cour suprême de justice a évité de se prononcer sur les responsabilités des dirigeants policiers et politiques qui ont participé à ces faits les 3 et 4 mai 2006.

Parmi les détenus, se trouvaient les principaux organisateurs des mobilisations contre le projet d’aéroport. Douze d’entre eux ont été condamnés à des peines aberrantes, jusqu’à 112 ans d’emprisonnement dans le cas d’Ignacio del Valle (détenu dans une prison de haute sécurité avec isolement presque total, cellule éclairée jour et nuit, etc.). Ces peines reposent sur des délits fabriqués et arguent également que des fonctionnaires municipaux auraient été retenus par la population, puis relâchés (ce qui, en tout état de cause, ne saurait justifier des peines aussi disproportionnées).

- Cette injustice n’est pas tolérable. Des gens humbles et dignes sont emprisonnés à vie, alors que leur seul tort est d’avoir lutté pour défendre leurs terres et leurs conditions de vie.

- Trois ans après la répression des 3 et 4 mai 2006 et l’emprisonnement arbitraire de douze personnes, une campagne est organisée au Mexique et à travers le monde pour exiger la libération des prisonniers d’Atenco et pour faire savoir au gouvernement mexicain que cette situation provoque une indignation croissante.

Pour exiger la libération des prisonniers d’Atenco,
rassemblons-nous le 4 mai 2009 de 18 h 30 à 21 h 30 à la fontaine des Innocents
RER : Châtelet-les-Halles. Métro : Les Halles

Organisations à l’appel du rassemblement : Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (CSPCL, Paris), Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan), Terre et Liberté pour Arauco, France Amérique latine (FAL), Tamazgha (association berbère), Secrétariat international de la CNT, MRAP.

Cliquez pour télécharger l’affiche du rassemblement


Paris, le 4 mai 2009.

C’est par un temps venteux que s’est déroulé un rassemblement à l’appel de plusieurs collectifs et organisations à la fontaine des Innocents pour réclamer la libération des douze prisonniers d’Atenco. Ce sont plus d’une centaine de personnes qui, tout au long de ces deux heures trente, ont participé à ce rassemblement et ont été informées sur la situation des prisonniers.

Un panneau informatif rappelait la terrible répression qui s’est abattue les 3 et 4 mai 2006 sur Atenco. Il donnait quelques éléments biographiques de chacun des douze prisonniers d’Atenco. Une banderole, offerte en 2003 par des compas du FPDT, était accrochée juste derrière une table de presse sur laquelle on pouvait trouver de l’information, des films sur la répression d’Atenco, des autocollants et une feuille sur laquelle on pouvait signer la pétition pour la libération des prisonniers [1]. Deux prises de parole, de même que la distribution de tracts aux passant-e-s, ont permis d’informer sur la Campagne liberté et justice pour Atenco.

À la fin du rassemblement, une piñata, à l’effigie de FeCal [diminutif de Felipe Calderón], a été dressée puis démembrée sous les coups de l’assistance et le regard des passants.

Ce rassemblement n’est que l’une des étapes qui doivent nous mener vers la libération des douze prisonniers d’Atenco...

¡Zapata vive !
¡La lucha sigue !

Liberté et justice pour Atenco !

Versión en español :

Informe de la concentración para la liberación de los presos políticos de Atenco

París, 4 de mayo de 2009.

Esta tarde de viento se realizó una concentración respondiendo al llamado de varios colectivos en la Fuente de los Inocentes, en el corazón de París, para reclamar la liberación de los presos de Atenco. Una centena de personas, durante dos horas y media, participaron en la concentración y fueron informados de la situación de los doce presos.

Una serie de carteles recordaba la terrible represión que golpeó Atenco el 3 y 4 de mayo de 2006. Se presentaba ahí algunos elementos biográficos de cada uno de los presos de Atenco.

Una pancarta que los compas del FPDT nos regalaron en 2003 fue colgada justo detrás de la mesa información en la que se podían encontrar noticias, películas sobre la represión en Atenco, calcomanías y una hoja en la que se podía firmar la petición por la liberación de los presos. Dos compañeros que tomaron la palabra y asimismo la repartición de volantes a las personas que pasaban permitieron informar sobre la campaña “Libertad y Justicia para Atenco”.

Al final de la concentración se colgó una piñata de FeCal, que fue rota por los participantes del acto a la mirada de los transeúntes.

Esta concentración es solo una de las etapas que debe llevarnos hasta la liberación de los doce presos de Atenco.

¡Zapata vive !
¡La lucha sigue !
¡Libertad y justicia para Atenco !

Aqui unas fotos del concentración / Voici quelques photos du rassemblement :

Notes

[1] Elle a, à ce jour, été signée par 200 organisations, collectifs ou individus.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0