Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Rencontres "Terre et territoires"

à la CIP au 14-16, quai de Charente, 75019 Paris

Rencontres "Terre et territoires"

les 5 et 6 décembre à Paris

jeudi 3 décembre 2009

Rencontres "Terre et territoires"
les 5 et 6 décembre à Paris

Le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (Cspcl) organise à Paris deux journées de rencontres, débats et concerts de soutien, sur le thème « terre-territoires ».

Samedi 5 décembre

3 tables de discussion de 13 à 19 heures :

1) Habiter un territoire, un quartier, un village, une communauté, une cité, le monde...

« Rien n’est moins évident dans ce monde que d’habiter. Et pourtant, nous n’avons jamais été autant appelés à habiter un monde. N’entendez pas là occuper un terrain ou une maison, ni même y cultiver, y ripailler, y faire l’amour. (...). Rapidement, s’impose ce constat : on n’habite jamais seul (...) Cela signifie que s’impose, dans l’acte d’habiter, l’émergence d’un «  nous ».
Extraits de "Esquive comme le papillon, pique comme la guêpe", Éditions Chemins et ruines, 2009.

2) Comment créons-nous du lien dans nos quartiers, nos villages, notre voisinage ? Comment résistons-nous aux tentatives de nous interdire d’habiter en nous délogeant, déplaçant, enfermant, fragmentant... ?...

De la liberté de circulation à l’abolition des frontières : À l’heure où les marchandises circulent librement, il n’y a que les hommes que les frontières bloquent encore !

Du partage de l’espace et de la circulation dans l’espace, du nomadisme d’un jour ou de toujours, de la solidarité locale et internationale, des territoires sans frontières, des « papiers » et des « sans papiers », du centre et de la périphérie, du « nous » et des « autres »...

3) Liens, échanges, relations ville / campagne

Comment tisser les liens de nos luttes urbaines et rurales ? Comment échapper au « marketing territorial » et aux relations touristiques ? Comment éviter que l’on nous impose un paysage rural fantasmé ? De quelles façons résistons-nous à la marchandisation de la terre et de l’agriculture  ?...

Dimanche 6 décembre

3 tables de discussion de 13 à 19 heures :

1) Des lieux pour organiser l’autonomie

De quels types d’espaces avons-nous besoin pour organiser notre autonomie dans nos quartiers, nos villages, nos collectifs... ? Des lieux pour y faire quoi ? Quelles sont les difficultés actuelles pour ouvrir et maintenir des espaces de lutte ? Quelles sont les alternatives aux cadres imposés par l’État capitaliste ?...

2) Transformer les espaces du quotidien en espaces de lutte

Comment mettre en lien un espace de lutte avec son voisinage, son quartier, sa ville ? Comment briser les logiques d’isolement entre espaces de lutte et espaces du quotidien ? Comment passer de lieux politiques délimités à une transformation généralisée de nos espaces de vie ? Quel rôle ont les occupations dans les mouvements sociaux ? Comment penser une autre géographie où la proximité ne serait pas qu’une question de distance  ? Quels rapports collectifs pour construire quelles autonomies ?...

3) Pour un espace public d’échanges, d’expressions, de fêtes, de vie

« Même si on nous enlève nos lieux, il nous reste la rue »

Face à la main-mise de l’État sur l’espace public, comment récupérer la rue, la place... comme espaces de tous, de vie, d’expressions, de fêtes...  ? Comment réinventer l’espace public face au découpage autoritaire, à la zonification ?...

Ces rencontres sont prévues à la CIP (14-16, quai de Charente, 75019 Paris M° Corentin Cariou), espace qui dans les dernières années s’est converti en lieu de convergence des luttes sociales et qui se trouve aujourd’hui menacé d’expulsion par la mairie de Paris. Se rencontrer autour des problèmes de territoires, c’est aussi défendre et être solidaire de l’existence de ces lieux qui construisent l’autonomie. Nous vous invitons à suivre l’actualité de cette lutte sur le blog de la rencontre et sur leur site http://www.cip-idf.org/.

Le soir, deux concerts seront organisés :

Samedi 5 à 20 heures :

  • La K-Bine
  • La Replik
  • Los Tres Puntos
  • Dimanche 6 à 19 heures :

  • Tulamort
  • René Biname
  • La Fraction
  • Entrée prix libre

    Les bénéfices seront utilisés pour partie pour l’organisation des rencontres européennes des collectifs de solidarité avec les zapatistes de janvier s’il y a besoin et sinon seront reversés intégralement aux communautés zapatistes.

    Voir le blog dédié à ces rencontres : http://terre-et-territoires.blogspot.com/

    SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0