Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > La Commission pour la défense des biens communaux de Santa María Ostula (...)

Michoacán

La Commission pour la défense des biens communaux de Santa María Ostula dénonce la disparition de compañeros

mardi 2 mars 2010

Aux peuples et gouvernements du monde
Au peuple du Mexique
Aux médias

La commission pour la défense des biens communaux de la communauté indigène de Santa María Ostula fait savoir publiquement que, le 23 février de l’année en cours aux environs de 15 h 30, les comuneros Javier Robles Martínez, qui en outre est conseiller indigène de la municipalité d’Aquila, et le professeur Gerardo Vera Orcino ont été enlevés et séquestrés dans le centre du chef-lieu municipal par un groupe paramilitaire fortement armé ; c’est pourquoi nous craignons pour leur vie et leur intégrité physique. Ces deux comuneros participaient activement à la lutte de la Communauté pour la défense de son territoire et de son autonomie ; en ce sens, nous avons la ferme conviction que nos compañeros ont été enlevés à cause de leur participation à la lutte sociale de la communauté pour récupérer les terres situées sur le site de Xayakalan.

Ce qui précède s’ajoute au fait que depuis le 18 août 2009 huit comuneros d’Ostula et El Coire ont été brutalement assassinés sans que personne ne mène l’enquête et désigne les responsables ; dans le même temps, les médias locaux cachent l’existence et l’impunité de puissants cartels mafieux dans la zone, et prétendent faussement que notre lutte communale est la cause de ces assassinats et d’autres exactions, afin de faciliter la persécution et la répression envers notre mouvement.

De la même manière, le 26 juillet 2008, le professeur Diego Ramírez Domínguez, membre de notre communauté et coordinateur, jusqu’à sa mort, de la commission spéciale que notre assemblée générale a nommée pour la défense et la récupération des terres de Xayakalan, a été violemment assassiné.

Devant les faits cités, nous avons décidé d’accroître notre résistance à tous les niveaux nécessaires ; de même, nous exigeons la présence du gouverneur de l’État et du procureur général de justice de l’État dans notre communauté pour que soient éclaircis les crimes commis dans la région et contre notre communauté, et que soient satisfaites nos exigences, que nous rappelons ci-dessous :

Présentation en vie des comuneros Javier Martínez Robles et Gerardo Vera Orcino ; élucidation de l’assassinat du professeur Diego Ramírez Domínguez et châtiment des auteurs intellectuels et matériels de sa mort ; enquête sur les assassinats jusqu’ici impunis de huit comuneros appartenant aux communautés nahuas de la Côte.

1. Respect de la possession de notre communauté sur les terres qu’elle a récupérées le 29 juin 2009 dans le site connu sous le nom de Xayakalan.
2. Création de la part des gouvernements de l’État et fédéral de mécanismes qui garantissent de façon définitive l’appartenance desdites terres à notre communauté.
3. Reconnaissance du nouvel établissement humain que nous avons implanté sur les terres récupérées et qui porte le nom de Xalakayan.
4. Création d’un plan de sécurité qui empêche de nouvelles attaques de la part des tueurs ou des groupes paramilitaires embauchés ou protégés par de soi-disant petits propriétaires de La Placita, municipalité d’Aquila, Michoacán.
5. Octroi de garanties de la part du gouvernement fédéral et de celui de l’État du Michoacán pour le fonctionnement des polices communautaires et de leur garde communale dans les communautés de Santa María Ostula, El Coire et Pómaro, c’est-à-dire sur tout le territoire nahua de la côte du Michoacán.
6. Enfin, nous voulons porter à nouveau à la connaissance générale le compte bancaire sur lequel peuvent faire des versements tou-te-s celles et ceux qui désirent se solidariser avec notre lutte :

Compte "perfiles" Banamex au nom de Victor Selestino Grageda, trésorier de la communauté
Compte n° 7989603
Clé n° 002497044779896031
Succursale Lázaro Cárdenas n° 447

Santa María Ostula, Aquila, Michoacán, le 24 février 2010.

Terre et liberté !

Commission pour la défense des biens communaux de la communauté indigène de Santa María Ostula

Traduit par el Viejo.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0