Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accordéon

Luis Hernández Navarro

mardi 6 février 2001

1. Quantité de zapatistes qui se rendront à la ville de Mexico : 24.

2. Nombre d’États du Mexique au travers desquels ils passeront : 12.

3. Date du départ de la marche : 24 février 2001.

4. Jour de l’arrivée au zocalo de la ville de Mexico : dimanche 11 mars.

5. État dans lequel ils s’arrêteront le plus de temps : Michoacán.

6. Raison pour laquelle ils demeureront plus de jours dans cet État : participer à la réunion du Congrès national indigène (CNI).

7. Occasions où les zapatistes ont affirmé qu’ils marcheront armés : aucune.

8. Objectif de la mobilisation : rencontrer le Congrès de l’Union pour dialoguer sur l’initiative de réformes constitutionnelles en matière de droits et de culture indigènes élaborée par la Commission de concorde et de pacification (Cocopa).

9. Date à laquelle l’initiative de la Cocopa a été rendue publique : 29 novembre 1996.

10. Moment auquel l’initiative a été présentée au Sénat de la République :

5 décembre 2000.

11. Temps écoulé entre son élaboration et son entrée au Congrès : 4 ans.

12. Jour de la signature des Accords de San Andrés, base de l’initiative de la Cocopa, entre le gouvernement fédéral et l’EZLN : 16 février 1996.

13. Années qui se sont écoulées depuis la signature des accords : 5.

14. Leaders et organisations indigènes qui ont fait partie du corps des conseillers zapatistes à la table de négociation sur les droits et la culture indigènes : 55.

15. Membres de la liste de conseillers métis des zapatistes invités à la même table : 51.

16. Nombre de représentants de peuples indigènes qui ont assisté au Forum national indigène, convoqué d’un commun accord par l’EZLN et la Cocopa entre le 3 et le 8 janvier 1996, et au cours duquel ont été discutées les grandes lignes de ce qui a été signé à San Andrés : 500.

17. Ethnies d’origine : 32.

18. Organisations indigènes présentes : 178.

19. Quantité de personnes qui ont participé à la fondation du CNI, l’organisation la plus nombreuse et la plus représentative du pays, en octobre 1996 : 10 000.

20. Délégués formels des organisations indigènes présents : 3 000.

21. Revendication centrale du CNI : approbation de l’initiative de loi de la Cocopa.

22. Manifestations d’appui spontané rapportées par la presse mexicaine en faveur de cette initiative entre décembre 1996 et mars 1997 : 193 provenant d’organisations indigènes régionales, 10 de coordinations paysannes nationales, 5 forums régionaux, 239 de communautés, 313 d’organismes solidaires de la société civile et 6 308 de personnalités mexicaines ; il faut ajouter à cela 190 provenant d’organisations sociales et politiques et 864 de personnalités de l’étranger.

23. Nombre de participants à la Consultation nationale pour la reconnaissance des droits des peuples indigènes et pour la fin de la guerre d’extermination, réalisée le 21 mars 1999 par l’EZLN dans tout le pays : 3 millions de personnes.

24. Pourcentage des personnes consultées qui opinèrent en faveur de l’approbation de l’initiative de la Cocopa par le Congrès : plus de 90 %.

25. Quantité de personnes qui ont donné leur opinion au Chiapas : 450 000.

26. Participants à la consultation à Oaxaca : 260 000.

27. Personnes ayant voté dans la ville de Mexico : 385 000.

28. Réformes constitutionnelles qui ont été débattues d’une façon aussi ample, profonde et intense par la société mexicaine avant son approbation comme l’est celle de la Cocopa : aucune.

29. Causes étant à l’origine de la misère indigène selon Alfredo Fernández Garza, PDG de Coparmex : l’alcoolisme, le manque d’amour et les "chicanes idiotes".

30. Châtiment que méritent les zapatistes, selon Ignacio Loyola, gouverneur de Querétaro, dont la famille est propriétaire d’une des principales entreprises de pompes funèbres de cet État : la peine de mort.

31. Mesure qu’il faudrait prendre contre les rebelles aussitôt sortis du territoire du Chiapas selon Raúl Picard, PDG de Canacintra : les arrêter.

32. Opinion qu’a du sous-commandant Marcos l’évêque d’Ecatepec, partisan de l’option préférentielle pour les riches : "C’est un pauvre diable quelconque".

33. Lieu où les sénateurs devraient recevoir les zapatistes, selon Enrique Jackson, coordonnateur de la députation du PRI au Sénat : un siège alternatif (les indios, c’est bien connu, il faut les faire entrer par la porte de derrière).

34. Opinion qu’inspire au même législateur l’initiative de la Cocopa : elle ne convient pas au pays.

35. Position de José Luis Soberanes, président la Commission nationale des droits humains (officielle), sur la question : si la paix au Chiapas dépend de l’approbation de l’initiative de loi sur les droits et la culture indigène, qu’on l’approuve, et les juristes, nous nous chargerons de la révision qu’il faudra faire de toute façon lorsque son application la rendra non viable.

36. Nombre de zapatistes qui iront vers la ville de Mexico et qui ont provoqué la récente tempête : 24.

Publié dans La Jornada, le 6 février 2001.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0