Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Bulletin de presse n° 2

Brigade européenne de solidarité avec les zapatistes au Chiapas

Bulletin de presse n° 2

samedi 10 juillet 2010

Brigade européenne de solidarité avec les zapatistes

Bulletin de presse n° 2
8 juillet 2010.

La tournée de la Brigade européenne de solidarité avec les zapatistes, commencée il y a deux jours, continue.

La Brigade est arrivée au Caracol II d’Oventik, siège du Conseil de bon gouvernement (JBG) de la zone Altos de Chiapas.

Le Conseil de bon gouvernement d'OventikIci, les membres de la brigade ont été reçus par le Conseil lui-même, auquel ils ont apporté la solidarité de l’Europe d’en bas et à gauche. Le Conseil leur a parlé de la communauté d’El Pozo (Commune autonome de San Juan Cancuc), qui a été victime de la violence des sympathisants des partis PRD et PRI, venus le 21 juin agresser les compañer@s de cette communauté dans l’intention de leur couper la distribution d’eau potable et d’électricité.

Suite à la brutale agression qu’ont subie deux compañeros bases de soutien zapatistes, il y a eu un bilan, en légitime défense, de deux morts non zapatistes ; il y a eu également deux blessés (l’un d’eux, Miguel Pérez Hernández, est surveillé par la police à l’hôpital Vida segura à Tuxtla) et deux promoteurs de santé zapatistes, Miguel Hernández Santís et Diego Martínez Santís, se trouvent injustement emprisonnés au Centre de réhabilitation sociale (CERESO) n° 5 situé à San Cristóbal. Actuellement, la communauté s’est déplacée à cause des menaces.

Alors que le gouvernement cherche à diviser les communautés au moyen de programmes d’assistance comme Procampo [aide agricole] ou Provivienda [aide au logement], en cautionnant des sectes religieuses ou en soutenant des groupes paramilitaires afin de provoquer des affrontements et de justifier ainsi l’intervention de la police ou de l’armée fédérale, les zapatistes, eux, ne veulent pas se battre entre membres des mêmes communautés ni tomber dans le piège du mauvais gouvernement.

Les membres de la Brigade européenne de solidarité ont également pu s’informer sur les progrès de l’autonomie zapatiste. Dans des domaines comme l’agro-écologie, un responsable leur a relaté comment les zapatistes résistent et construisent des alternatives "au système capitaliste qui exige de produire et de produire et de ne rien rendre à la terre", avec des projets contre les cultures transgéniques comme "La semence mère en résistance".

Ils ont visité aussi la clinique autonome La Guadalupana où on leur a exposé les réussites importantes en matière de santé, par exemple la prévention de maladies curables qui auparavant causaient de nombreuses morts chez les nourrissons.La clinique autonome 'La Guadalupana' à Oventik

"Nous sommes des promoteurs et promotrices, nous promouvons l’éducation, nous n’enseignons pas", a dit un des responsables du Système d’éducation autonome de la zone Altos. Les délégué-e-s européen-ne-s ont été renseignés aussi sur des thèmes comme le fonctionnement de la justice, les coopératives de production ou les travaux collectifs des femmes rebelles de cette zone.

Les membres de la Brigade mettent en relief la parole du Conseil de bon gouvernement : "Face aux coups politiques, économiques et moraux, nous continuons à résister, à développer la conscience. Nous résistons en refusant les aides du gouvernement, mais aussi en organisant mieux notre autonomie : l’école et la santé, entre autres, sont des secteurs de travail par lesquels nous résistons. C’est difficile, mais nous voulons démontrer au gouvernement que nous sommes capables de vivre tout seul-e-s et de faire les choses nous-mêmes."

Traduit par el Viejo.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0