Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Convocation urgente à des actions en soutien à Copala

Commune autonome de San Juan Copala

Convocation urgente à des actions en soutien à Copala

mardi 21 septembre 2010

Convocation urgente à des actions en soutien à Copala

Aux peuples d’Oaxaca,
Aux peuples du Mexique et du monde,
Aux organisations sociales, syndicats, collectifs et personnes du mouvement social,
À tous ceux et toutes celles qui croient qu’un monde meilleur est possible,

En janvier 2007 les hommes et les femmes de San Juan Copala ont décidé de manière pacifique de se déclarer commune autonome. Cette déclaration d’autonomie ne signifie pas autre chose que la volonté d’un peuple indigène de décider elles et eux-mêmes du sort de leur village, de leur vie communautaire, de leurs ressources naturelles et de leur futur. Cependant la déclaration d’autonomie de San Juan Copala a provoqué la haine la plus violente de la part du sale gouvernement d’Ulises Ruiz et de tous ceux qui sont ennemis de la liberté des peuples à décider de leur futur.

Aujourd’hui la commune autonome de San Juan Copala se retrouve sous le feu. Beaucoup se souviennent de l’embuscade du 27 avril 2010 durant laquelle une personne défendant les droits de l’homme et un Finlandais solidaire furent assassinés, dans une caravane qui tentait d’apporter du soutien à San Juan Copala ; la nouvelle a fait le tour du monde. Mais bien peu sont ceux qui connaissent les innombrables assassinats d’indigènes triquis qui jusqu’au jour d’aujourd’hui continuent à être perpétrés à Copala. Depuis la déclaration d’autonomie en 2007 jusqu’à présent au moins dix-neuf hommes, femmes et enfants ont été assassinés des mains de paramilitaires entraînés et payés par le sale gouvernement d’Ulises Ruiz Ortiz, et contrôlés directement par le secrétaire de gouvernement Evencio Martinez Nicolas et le tristement célèbre Jorge Franco Vargas dit « el Choki », tous deux oppresseurs du peuple d’Oaxaca. Durant ces derniers jours, la violence contre les hommes et les femmes de la commune autonome s’est ravivée. En ce moment les paramilitaires au service du gouvernement ont pris San Juan Copala, quatre hommes sont portés disparus, un autre a été assassiné et pratiquement toutes les familles qui restaient encore au village ont été expulsées violemment, seul restent deux familles, soit près de vingt personnes, anciens, femmes et enfants, qui courent le risque d’être massacrées par les paramilitaires à n’importe quel moment. Ceci est un appel au secours désespéré des femmes et des enfants triquis qui viennent aujourd’hui sur la place centrale de la ville de Mexico et destiné aux peuples d’Oaxaca, du Mexique et du monde.

Aujourd’hui les femmes triquis se sont mises en grève de la faim sur la place centrale de la ville d’Oaxaca comme ultime recours pour empêcher le massacre que craignent leur famille à San Juan Copala. Mais ce n’est pas la seule chose que l’on puisse faire. Nous faisons un appel fraternel mais énergique à tout le peuple d’Oaxaca, du Mexique et du monde à ce qu’ils se mobilisent de toutes les manières possibles pour empêcher le massacre des indigènes triquis de San Juan Copala. On ne peut pas rester indifférents face à ce massacre. Nos yeux n’ont pas besoin de plus d’horreur pour se déterminer à agir. Notre cœur n’a pas besoin de plus de douleur pour sentir le courage. Nous sommes toujours des êtres humains. Ils ne nous ont pas volé notre cœur.

Nous faisons un appel élargi à tous les peuples d’Oaxaca, du Mexique et du monde à s’associer aux activités que les femmes et les enfants déplacés de San Juan Copala convoquent de manière urgente.

Rassemblement au siège de la commission des droits de l’homme de l’État d’Oaxaca mardi 21 septembre à 11 heures du matin.
Marche depuis la fontaine des Sept-Régions jusqu’au campement des déplacés de Copala et jusqu’à la place centrale de la ville d’Oaxaca.

Mercredi 22 septembre à 17 heures. Marche de femmes en solidarité avec les femmes en résistance de Copala. Départ depuis la fontaine des Sept-Régions.

Samedi 25 septembre à 10 heures du matin (17 heures en France). Articuler des activités à cette date dans toutes les parties du Mexique et du monde où c’est possible.

Pour Copala c’est aujourd’hui parce qu’il n’y a pas de demain, à Oaxaca nous savons si bien comment réagit l’État quand un peuple le gêne.
Toutes et tous dans les rues !
Ne permettons pas ce massacre.

Arrêt du génocide à San Juan Copala !
Sortie immédiate des paramilitaires de San Juan Copala !
Sauvetage immédiat des familles restées à San Juan Copala !

Respectueusement

Campement des déplacés de San Juan Copala sur la place centrale de la ville d’Oaxaca
Coordination contre l’impunité et la répression

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0