Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Bulletin urgent de la Commune autonome

San Juan Copala

Bulletin urgent de la Commune autonome

mercredi 22 septembre 2010

Au peuple triqui
Au peuple d’Oaxaca
Au peuple du Mexique et à ceux du monde
Aux médias
Aux organisations sociales, civiles et de droits humains

La Commune autonome de San Juan Copala informe le public en général des derniers événements survenus dans la communauté de San Juan Copala.

À l’aube du 13 septembre, vers 4 heures du matin, plus de 500 hommes fortement armés d’AK-47, de R-15 et de mitraillettes, du Mouvement d’unification et de lutte triqui (MULT) et de l’Union pour le bien-être social de la région triqui (Ubisort), en provenance de vingt communautés du MULT et de quatre communautés de l’Ubisort, se sont emparés par la violence de la Commune autonome de San Juan Copala et de son bâtiment municipal. Paramilitaires qui tiraient et criaient en même temps depuis le bâtiment de la mairie, ancienne caserne, et depuis les collines environnantes, des slogans comme "Vive le MULT ! Vive l’Ubisort ! Vive Rastrojo ! À mort les autonomes ! À mort le MULTI ! À mort José Ramírez Flores ! À mort le professeur Miguel Ángel Velasco ! À mort Jesús Martínez Flores ! Copala est au MULT et à l’Ubisort !" et "Vous avez jusqu’à demain pour abandonner la communauté, ou vous serez massacrés comme des chiens !". Lors de cette invasion et attaque violente ont été blessées nos compañeras María Rosa Francisco, 35 ans, et María Rosa López, 55 ans ; la première a été blessée à la cheville et au mollet gauches, et la seconde à hauteur de la jambe gauche.

Le 15 septembre, l’Ubisort et le MULT ont fêté le bicentenaire et le centenaire [1] à la mairie autonome de San Juan Copala ; la chose a été filmée et commentée en espagnol par Gabino Ávila Martínez, de Cuyuchi Copala, l’un des paramilitaires et activistes du MULT qui ont pris la mairie autonome avec l’Ubisort, et qui est aussi le bras droit de Rufino Merino Zaragoza et le collecteur d’impôts de la commune de Santiago Juxtlahuaca, district gouverné par le Parti Unité populaire créé par le MULT. Pendant ce temps, plus de 500 hommes fortement armés du MULT et de l’Ubisort surveillaient et épiaient depuis les quatre points cardinaux les habitants de la Commune autonome de San Juan Copala. L’après-midi du même jour, notre compañera Macaria Merino Martínez, 85 ans, a été blessée par les paramilitaires du MULT et de l’Ubisort quand elle s’est montrée à la porte de sa maison ; elle a reçu une balle d’AK-47 à hauteur de la cheville gauche.

À l’aube du 18 septembre, à 4 heures et demie, notre compañero David García Reyes, 25 ans, a été assassiné sur le parvis de l’église catholique par les paramilitaires du MULT et de l’Ubisort alors qu’il essayait de sortir de la communauté.

À l’aube du 19 septembre, à 4 heures, notre compañero Paulino Ramírez Reyes, 28 ans, a été assassiné à l’intérieur de son domicile, situé à quelques mètres de l’église catholique, par le MULT et l’Ubisort. Paulino était le fils d’Antonio Pérez Ramírez, 72 ans, grand dirigeant moral et fondateur de la Commune autonome dans la communauté de Santa Cruz Tilapa, lui aussi assassiné au lieudit La Cumbre Yerbasanta avec deux autres compañeros, Antonio Cruz García, 39 ans, et Rigoberto Ramírez González, 40 ans, alors qu’ils préparaient la "Troisième caravane de la paix", qui devait partir de Huajuapan de León (Oaxaca) vers Mexico le 23 août. Le même jour "ont été disparus" nos compañeros Eugenio Martínez López, 65 ans, dirigeant et fondateur de la Commune autonome de San Juan Copala, Jordán González Ramírez, 33 ans, María Agustina Flores, 54 ans, et Susana López Martínez, 21 ans.

Le 20 septembre, à 3 heures du matin, les paramilitaires du MULT et de l’Ubisort ont mis le feu et détruit plus de 100 maisons des dirigeants et sympathisants de la Commune autonome de San Juan Copala, blessant le jeune Pablo Velasco Dorantes, 16 ans, qui présente aussi de graves brûlures. Pablo Velasco est l’un des enfants du professeur Miguel Ángel Velasco, dirigeant et fondateur de la Commune autonome de San Juan Copala. Notre compañero José Gonzalo Cruz, 100 ans, a disparu.

Enfin, nous vous informons que la Commune autonome de San Juan Copala n’a pas disparu et ne va pas disparaître, car elle a l’appui et le soutien des gens et de plusieurs communautés triquis.

Ce n’est pas parce que le MULT et l’Ubisort ont assassiné nos dirigeants, nos sympathisants, et des gens solidaires avec notre lutte que nous allons nous laisser vaincre ; nous sommes plus forts que jamais !
Ce n’est pas parce que le MULT et l’Ubisort ont brûlé nos maisons et volé nos affaires qu’ils vont nous intimider ; nous sommes plus forts que jamais !
Les lâches actions du MULT et de l’Ubisort de brûler nos maisons et voler nos affaires démontrent ce qu’ils sont : rien que des lâches !
Nous n’allons pas nous laisser vaincre par le groupe paramilitaire priiste [2], soi-disant à gauche et assassin qu’est le MULT !
Nous n’allons pas nous laisser vaincre par le groupe paramilitaire priiste qu’est l’Ubisort !
Nous n’allons pas nous laisser vaincre par l’assassin Ulises Ruiz Ortiz !
Vive le général Emiliano Zapata !
Vivent nos dirigeants et compañer@s tombé-e-s sous le feu du MULT et de l’Ubisort !
Vivent les compañer@s qui ont donné leur vie et leur sang pour notre lutte !
Vivent nos courageuses femmes et nos courageux enfants !
Vivent les peuples autonomes du Mexique et du monde !
Vive la Commune autonome de San Juan Copala !

Jesús Martínez Flores
président de la Commune autonome de San Juan Copala
21 septembre 2010

Traduit par el Viejo.

Notes

[1] Respectivement de l’indépendance (1810) et de la Révolution (1910). (NdT)

[2] Du PRI, parti au pouvoir au Mexique pendant 70 ans jusqu’en 2000 ; c’est celui du gouverneur assassin d’Oaxaca, Ulises Ruiz Ortiz, battu aux dernières élections mais qui prend tout son temps pour débarrasser le plancher. (NdT)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0