Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Prisonniers en lutte > Victor Herrera, jeune anarchiste, condamné à plus de deux ans de prison suite (...)

Mexico, 2 octobre 1968, massacre de la place des Trois-Cultures à Tlatelolco

Victor Herrera, jeune anarchiste, condamné à plus de deux ans de prison suite à la manifestation du 2 octobre 2009 à Mexico

¡2 de octubre no se olvida !

samedi 9 octobre 2010

Sentence condamnant Victor Herrera

« Dans ce lieu où règne la tristesse, on ne condamne pas le délit, on condamne la pauvreté... »

... Et en plus on condamne la vérité, la dénonciation face à l’injustice, la mémoire, le cri ¡Ya basta ! (Ça suffit !) face aux attaques d’un gouvernement.

Après un long procès d’un an, le 6 octobre 2010, la juge Celia Marin Sasaki a condamné Víctor Herrera Govea à deux ans et neuf mois de prison et 90 jours d’amende équivalents à 4 932 pesos, de plus il doit payer 6 500 pesos de dommages au magasin Oxxo et 2 002 pesos pour les objets « volés ».

Il est accusé de « dommages à la propriété d’un tiers » et « de vol en bande organisée » d’un magasin Oxxo. Le seul élément présenté est le témoignage de deux policiers qui dès le début a été fabriqué de toute pièce et s’est révélé contradictoire.

La première question qui nous vient à l’esprit est pourquoi ? Est-ce-que la juge ne sait ni lire ni écouter ?

Tout cela semble illogique, comme si la juge n’avait jamais pris en considération les vidéos et les photos, les témoins, les lettres de protestation nationales et internationales... Et pourtant, il en a été ainsi, elle n’a rien pris de tout cela en compte, elle n’applique pas la justice, elle se charge de condamner un jeune qui est sorti manifester le 2 octobre, de condamner la mémoire, la protestation sociale. Son rôle a été de suivre les ordres d’un gouvernement qui se consacre, chaque fois plus cyniquement, à dépouiller, réprimer, massacrer et emprisonner le peuple, qu’il est supposé gouverner.

Tout a commencé le 2 octobre 2009, pendant la marche commémorant le massacre de [la place des Trois-Cultures à Tlatelolco] 1968, quand le cortège anarchiste a été encerclé par des policiers antiémeutes, sous le prétexte qu’un groupe de « casseurs », avait assailli un magasin Oxxo. Víctor Herrera Govea, qui se trouvait dans ce cortège, a été brutalement frappé par les policiers antiémeutes.

Grâce à la pression du reste des manifestants et à la pression des caméras qui témoignaient des faits, son arrestation a été évitée dans un premier temps. Cependant à la fin de la manifestation, alors qu’il retournait chez lui, il a été détenu et frappé à nouveau par des policiers en civil qui l’ont finalement fait monter dans une voiture sans immatriculation.

Ce 2 octobre 2010, cela fait déjà un an que Víctor est en prison.

Et aujourd’hui il a été condamné. La peine peut être remplacée par des « travaux d’intérêt général ». Alternativement il peut lui être accordé la suspension conditionnelle de l’exécution de sa peine, en payant une garantie de 15 000 pesos. D’autre part, la lutte pour obtenir un non-lieu peut continuer, mais prendre ce chemin implique d’attendre quelques mois de plus.

Devant cette situation, en tant que proches, nous sommes en train de réfléchir à une décision, dans l’attente de l’avis de Víctor et d’autres compagnons.

Comité por la Libertad de Víctor Herrera Govea
http://vsencapsulamiento.wordpress.com/

Pour avoir plus d’information en français sur la campagne pour Víctor :
http://liberonsles.wordpress.com/

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0