Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Communiqué après l’assassinat à Oaxaca d’Heriberto Pazos Ortiz, dirigeant du (...)

Commune autonome de San Juan Copala

Communiqué après l’assassinat à Oaxaca d’Heriberto Pazos Ortiz, dirigeant du MULT

lundi 25 octobre 2010

Communiqué de la Commune autonome de San Juan Copala
face aux récents événements

24 octobre 2010

Aux médias honnêtes,
Aux organisations sociales et démocratiques,
À la Otra Campaña,
À l’Armée zapatiste de libération nationale,
À la nation triqui,

Devant les regrettables événements dans lesquels des criminels inconnus ont lâchement ôté la vie au principal dirigeant du Mouvement d’unification et de lutte triqui (MULT), Heriberto Pazos Ortiz, causant ainsi une plus grande instabilité dans notre région, car ce fait s’ajoute à la longue série d’homicides qui accroissent la division et la rancœur parmi notre peuple, la Commune autonome de San Juan Copala réaffirme que le caractère de son projet autonome a été depuis sa création et sera toujours un effort d’organisation civile et pacifique. C’est pourquoi face aux constantes attaques de paramilitaires qui, rien qu’au cours des dix derniers mois, ont occasionné l’assassinat de vingt de nos compañeros ainsi que des dizaines de blessés sans que jusqu’ici il y ait eu une seule arrestation, nous avons toujours utilisé comme seule arme la dénonciation et la mobilisation politique, avec l’aide, bien sûr, de compañeros solidaires de tout le pays.

C’est pourquoi, face aux joyeuses déclarations de la procureure de justice de l’État d’Oaxaca sur "le conflit armé" de Copala et aux menaces de la part de membres du MULT contre le campement des déplacés - ce sont, dans leur majorité, des femmes de notre communauté qui tiennent ce campement sur la grand-place de la capitale de l’État -, nous exigeons une enquête prompte et diligente sur ce crime, ainsi que sur tous ceux qui ont eu lieu dans notre région au cours des derniers mois, et qu’on ne cherche pas à nous tromper ni à justifier la répression contre un village qui n’exige que la justice dans la dignité.

Respectueusement,

La Commune autonome de San Juan Copala

Traduit par el Viejo.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0