Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Prisonniers en lutte > Le Réseau contre la répression et pour la solidarité dénonce l’arrestation de (...)

Le Réseau contre la répression et pour la solidarité dénonce l’arrestation de 140 compañeros adhérents à La Otra Campaña

samedi 5 février 2011

Face aux arrestations au Chiapas

Hier, 3 février, ont été arrêtés par la police de l’État, la police fédérale, et des éléments de l’armée fédérale, 140 [1] compañeros de l’ejido [2] de San Sebastián Bachajón alors qu’ils réalisaient une protestation après avoir été chassés du guichet de paiement de l’entrée des cascades d’Agua Azul par un groupe de militants du PRI appuyés par les polices fédérale et de l’État.

L’hypocrisie du gouverneur du Chiapas, Juan Sabines, se montre à présent au grand jour. Ses paroles sont une chose et ses actes sont tout autres. Ses mots d’admiration envers Samuel Ruiz [3], d’un côté, et de l’autre sa haine et sa violence à l’égard des indigènes et de leurs organisations indépendantes.

Il ne tolère pas que ses anciens péons lui parlent d’égal à égal, et moins encore qu’ils défendent leurs droits et leurs terres.

Que voyons-nous au Chiapas, au-delà des campagnes diffusées dans les médias commerciaux qui s’efforcent de donner une fausse image de l’État du Sud-Est ? Rien que la répression et la spoliation.

Ce n’est pas la première fois que Juan Sabines agresse des militants sociaux, aussi bien de communautés zapatistes que de celles qui adhèrent à La Otra Campaña, qu’il s’en prend au mouvement social qui lutte pour la justice, pour son droit à vivre dignement, pour la construction d’un nouveau pays et d’un nouveau monde ; nos 140 compañeros arrêtés aujourd’hui en sont une nouvelle preuve.

On n’a pas touché un cheveu de ceux du PRI alors qu’ils dépouillaient les comuneros de Bachajón, mais on a arrêté les comuneros alors qu’ils luttaient justement pour récupérer ce qu’ils avaient obtenu au prix de leurs efforts.

Le Réseau contre la répression et pour la solidarité (RvsR) reste en alerte face à cette situation injuste et réalisera les actions nécessaires de solidarité envers nos compañeros du Chiapas.

Nous appelons tous nos compañeros et toutes nos compañeras du pays à réaliser des actions de solidarité et de protestation face à cette agression du PRI et du gouvernement de Sabines contre les compañeros membres de l’ejido de San Sebastián de Bachajón, selon leurs propres modalités.

Nous appelons nos compañeros et compañeras de la Sezta internationale à réaliser des actions urgentes de soutien et de solidarité.

Liberté pour les prisonniers politiques
Liberté pour nos compañeros de San Sebastián Bachajón

Contre la spoliation et la répression... la solidarité

Réseau contre la répression et pour la solidarité (RvsR)
4 février 2011.

Traduit par el Viejo.

Notes

[1] C’est le chiffre qui circulait hier, 4 février ; aujourd’hui, il semble qu’il y ait eu en fait 121 arrestations et deux disparitions (NdT).

[2] L’ejido est une des formes de communauté villageoise reconnues par la loi (NdT).

[3] L’ancien évêque de San Cristóbal de Las Casas, connu pour son engagement aux côtés des peuples indigènes, mort il y a peu (NdT).

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0