Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Témoignages, entretiens, récits et réflexions... > Année du Mexique : pendant le show, la guerre continue

Année du Mexique : pendant le show, la guerre continue

Jean-Pierre Petit-Gras

dimanche 20 février 2011

Jamais on avait autant parlé du Mexique...

Journalistes, spécialistes, ignorants, politiques, touristes, justiciers, anthropologues, organisateurs de manifestations culturelles, analystes, indignés, zopilotes de tous bords, se répandent, en vagues dégoulinantes, de blogs en manchettes, de buvettes en micros... Tous et toutes veulent savoir, ou savent déjà. Mais bien peu d’entre eux s’intéressent à la guerre mexicaine. La guerre, quelle guerre ?

Début janvier, soixante tueurs masqués, lourdement armés, ont fait irruption dans une petite communauté indigène tepehuana du Durango (la région natale de Pancho Villa), Tierras Coloradas [1]. Les habitants, avertis de l’attaque, ont juste eu le temps de se réfugier dans la montagne, tandis que les membres du commando incendiaient une quarantaine de maisons, l’école et plus de vingt véhicules... Quelques jours auparavant, les Tepehuanos avaient mis en fuite plusieurs de ces tueurs, qui venaient d’assassiner deux habitants du village.

Selon le maire de la ville voisine d’El Mezquital, le mieux serait maintenant que les Tepehuanos émigrent vers l’État voisin du Nayarit...

De tels événements sont fréquents au Mexique. Après la destruction, à l’automne, du village triqui de San Juan Copala, et de multiples autres agressions, paramilitaires ou policières, contre des communautés de l’Oaxaca, après les meurtres perpétrés à Santa María Ostula, Michoacan, contre les comuneros nahuas en lutte pour la récupération de leurs terres, les nombreux meurtres perpétrés dans le Guerrero, les Huastecas [2], les montagnes des Huicholes ou celles des Tarahumara, ces faits démontrent qu’avec les communautés mayas et zoques zapatistes du Chiapas, c’est toute une culture, un mode d’occupation des territoires qui sont l’enjeu de la guerre actuelle.

Lors de sa dernière réunion, à Mezcala [3], les 110 délégués représentant 44 peuples, tribus et nations indigènes ont fait état de ces choses-là, avec des paroles qu’aucun « leader », aucun parti politique de nos pays ne sont capables d’employer. Ou même de comprendre.

L’excellent texte d’Alessi Dell’Umbria [4] l’analyse en profondeur : les tueurs du narco, associés ou non aux « forces de l’ordre » militaires et policières, préparent le terrain pour une reconversion des campagnes. Un chamboulement général, qui intéresse au plus haut degré les entreprises multinationales, nord-américaines comme européennes. Car les ressources agricoles, biologiques, minérales et énergétiques du pays sont à prendre. Et les industries de l’armement, notamment françaises, sont sur les rangs, bien placées, pour vendre les moyens d’écraser l’opiniâtre résistance des populations rurales et urbaines.

L’année du Mexique en France avait pour objectif de nous raconter que ce pays est superbe, et regorge de richesses artistiques et archéologiques fabuleuses - ce qui est vrai. Et que l’on peut y passer ses vacances - à condition de ne pas trop regarder ce qui s’y passe.

Ces 350 manifestations, financées par les groupes Safran, Schneider et quelques banquiers (il faut bien utiliser une petite partie des énormes bénéfices de l’année boursière) avaient pour but principal de cacher la sale guerre. L’affaire Cassez semble avoir pris le relai de la désinformation.

Mais çà et là, quelques groupes de Mexicains et de Français se prennent à rêver : et si nous organisions, sans l’argent des grands de ce monde, notre petite année du Mexique à nous ?

20 février 2011,
Jean-Pierre Petit-Gras

Notes

[1] Voir : http://www.jornada.unam.mx/2011/01/13/index.php?section=politica&article=009n1pol.

[2] Région orientale du Mexique, siège d’une culture de plus de quatre mille ans.

[3] Voir http://cocomagnanville.over-blog.com/article-pleniere-du-cni-region-centre-pacifique-67156629-comments.html.

[4] La paranoïa et la terreur comme paradigmes de gouvernement. Voir sur le site du CSPCL (http://cspcl.ouvaton.org/article.php3?id_article=806).

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0